noscript

Please Wait...

Un modèle iranien pionnier de lutte contre le coronavirus, Soleimani, idole des volontaires

Un modèle iranien pionnier de lutte contre le coronavirus, Soleimani, idole des volontaires
folder_openAnalyses access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

La République islamique d'Iran est une scène de lutte collective contre le nouveau coronavirus. Ce pays a prouvé sa réussite, à nouveau, dans la confrontation de telles crises, tandis que plusieurs autres pays, considérés comme puissances économiques et politiques dans le monde, sont confrontés à des crises majeures, dans cette lutte.

En effet, le système sanitaire iranien a prouvé sa réussite, dans la mesure où il n'a pas de crises dans le nombre des lits consacrés aux patients dans les hôpitaux. Les forces armées, dont l'armée et les Gardiens de la révolution ont participé à la lutte et créé des centres médicaux et des hôpitaux de campagne.

Les gouvernements successifs en Iran à la suite de la victoire de la révolution islamique et le début de la période de la reconstruction, ont accordé une importance particulière au système du bien-être de la société, surtout au système sanitaire. Une politique qui a placé l'Iran parmi les pays pionniers dans l'assurance médicale et les services de santé, en plus de ses réussites scientifiques sur le plan mondial.

Un modèle iranien pionnier de lutte contre le coronavirus, Soleimani, idole des volontaires

Le citoyen occidental paie des milliers de dollars pour effectuer le test du Covid-19, ces frais sont couverts à 90% en Iran.

Les forces armées ont exploité leurs expériences durant la période de la défense sacrée, notamment lors des attaques de Saddam Hussein aux armes chimiques et biologiques.

En outre, le rôle de la mobilisation populaire dans la lutte contre le coronavirus, a émergé depuis des semaines dans le pays. Le ministère de la Santé assure le suivi des citoyens via le site internet, où sont inscrits environ 60 millions Iraniens jusqu'au moment.

Si le citoyen connecté au site est suspecté de contamination par le virus, on lui fournit les directives nécessaires par texto et puis par téléphone.

Ce centre national de mobilisation générale contacte également les citoyens et assure le suivi de leur état de santé et de leurs proches. Les citoyens sont en mesure de contacter le numéro 3040 pour obtenir des consultations médicales.

Richard Brennan, représentant spécial de l'Organisation mondiale de la Santé en Iran, a déclaré que le système iranien de santé est fort et moderne, notant l'importance des mesures prises par les autorités iraniennes dans la bataille contre le virus, évoquant les partenariats entre les agences et l'application des plans spéciaux avec le soutien et la participation de la population.

Par ailleurs, les efforts des centres de recherches iraniens se poursuivent dans le domaine de la lutte contre le virus et la production d'un médicament. Le ministre de la Santé renouvelle constamment les protocoles de traitement des patients. Ce qui prouve la justesse de ces mesures, c'est le nombre des cas de guérison en Iran, où la plupart des infestés par le virus n'éprouvent pas le besoin de l'hospitalisation.

L'Iran a également réussi à produire les engins nécessaires à la détection du virus. Les forces de la mobilisation populaire ont divulgué le premier engin ambulant pour les tests. Cet engin fonctionne avec une capacité de 200 échantillons de laboratoires, en deux phases alors que les résultats apparaissent durant trois heures.

Quant aux forces de la mobilisation populaire Bassij, elles jouent un rôle important dans la stérilisation des rues et centres publics. Le bassij a créé des centres de production de masques et de gants, de matière de stérilisation, aux côtés des centres gouvernementaux pour produire les produits et équipements nécessaires à la lutte. Ces produits, dont les masques et les gants sont distribués gratuitement aux citoyens, en plus des produits alimentaires assurés aux pauvres et du soutien financier annoncé par les autorités aux peuple et professionnels endommagés économiquement par la crise.

Des jeunes volontaires suivent le modèle de Soleimani

Les volontaires du Bassij participent également à la lutte contre le coronavirus. Parmi ces groupes jihadistes, ceux qui dirigent le centre médical Qamar Bani Hachem, qui entreprend la stérilisation des rues de Téhéran et des lieux publics chaque soir.

Un modèle iranien pionnier de lutte contre le coronavirus, Soleimani, idole des volontaires

Un des volontaires, Mohammad, âgée de 16 ans, a indiqué qu'il était de son devoir de servir le peuple iranien dans la lutte contre le virus, suivant le modèle des martyrs et des moudjahidines lors de la défense sacrée, ayant consenti le sacrifice suprême pour protéger les Iraniens des dangers.

«Nous suivons la voie du martyr Qassem Soleimani. Cet homme qui s'est rendu personnellement au Khûzistân pour aider les citoyens, lors des inondations», a-t-il ajouté.

Il s'agit d'un modèle du moral de ces jeunes qui côtoient les cadres de santé iraniens, la plupart d'entre eux dès le premier jour de la crise, ne sont pas sortis des hôpitaux, mais travaillent dans un esprit de djihad afin de fournir de services aux citoyens.

C'est pour cette raison que l'Imam sayed Khamenei a remercié ces volontaires, leur jihad et leur action de grande qualité.

La République islamique de l'Iran a prouvé, une nouvelle fois, dans sa cinquième décennie, sa capacité à réaliser les exploits majeurs, où des puissances se sont avérées impuissantes. Cependant, l'Iran, gouvernement, peuple et forces armées affrontent la crise avec persévérance.

Les propos de l'imam Khamenei demeurent dans la mémoire de tous lors de sa prière en faveur de la nation à l'occasion du nouvel an iranien.

«Je dis au peuple iranien alors qu'il a fait face à divers événements et pas seulement en l'an 1398  de hégire, mais des événements durant de longues années, avec courage et haut moral, pour relever les défis avec espoir et optimisme. Il faut croire que l'amertume passera,  sans aucun doute. «Il ne fait aucun doute que le meilleur attend le peuple iranien», a-t-il conclu.

Comments

//