noscript

Please Wait...

Les drones et armes balistiques du Yémen ont-ils changé les règles traditionnelles des guerres ?

Les drones et armes balistiques du Yémen ont-ils changé les règles traditionnelles des guerres ?
folder_openAnalyses access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Des développements sans précédent dans l'histoire des guerres et des conflits armés, comptent en faveur du Yémen. Les navires et les bateaux de guerre sont la cible de missiles balistiques. Le théâtre des opérations est la mer Rouge, et les cibles sont les destroyers et les bateaux de guerre américains, britanniques et israéliens, soutenant ainsi la résistance héroïque de Gaza et la bataille historique Déluge d’Al-Aqsa.

Le développement militaire et la tactique de qualité ont été inaugurés par la force de missiles des forces armées yéménites en mer Rouge pour établir une équation empêchant la navigation maritime sioniste dans le détroit stratégique de Bab el-Mandeb stratégique ; une équation qui a été reconnue par des commandants militaires américains. Ce fait offre à tous les pays du monde des leçons importantes pour les guerres et les conflits à la fois régionaux et internationaux.

Pendant la guerre imposée au Yémen, qui dure depuis plus de neuf ans, les forces armées yéménites ont adopté une stratégie d'attaque de missiles et de drones contre les installations pétrolières vitales en profondeur du territoire saoudien et émirati. En parallèle, une guerre d'usure sur le terrain a été menée, une stratégie efficace qui a atteint ses objectifs en obligeant les pays agresseurs à se calmer et à réduire l'escalade, aboutissant à zéro frappe aérienne de leurs avions de guerre ou de leurs avions de reconnaissance de différentes tailles et types.

Malgré la technologie américaine et le soutien occidental britannique aux moyens de défense aérienne saoudiens et émiratis, qui sont liés aux satellites, ils n'ont pas eu d'impact efficace pour contrer les menaces yéménites ni pour surmonter le dilemme des missiles et des drones volant à basse altitude, échappant à la détection radar.

Les missiles balistiques font partie intégrante des capacités stratégiques de nombreux pays. Ces missiles sont conçus pour attaquer des cibles fixes en tant qu'armes offensives puissantes, capables d'atteindre rapidement leur objectif avec une force de destruction considérable. Les pays qui cherchent à se procurer des missiles balistiques doivent souvent respecter les exigences et les réglementations établies par les États-Unis et d'autres pays qui contrôlent la prolifération des armes.

Le Yémen, en raison de sa révolution contre la tutelle et de la nécessité de disposer d'une arme de dissuasion pour repousser les dangers, les menaces et les ambitions américaines, s'est engagé dans le domaine de la fabrication et du développement de missiles balistiques et de croisière à longue portée, dotés d’une grande précision. Les missions des missiles sol-sol ont été élargies pour inclure des missiles sol-mer. C'est là que réside le secret de la supériorité grâce à la volonté et au soutien de Dieu, ainsi qu'à la possibilité de connecter les modifications aux technologies modernes et à l'intelligence artificielle. Cela pourrait être la surprise qui réjouit l'ami et irrite l'ennemi.

Une nouvelle ère de missiles balistiques, y compris les missiles de croisière, met fin à l'hégémonie américaine dans la région et propulse des pays tels que la Corée du Nord et l'Iran au premier plan de la scène internationale, ce qui en fait des marchés attrayants pour l'exportation d'armes, y compris la Russie, malgré son statut avancé dans l'industrie et le développement des armes stratégiques à l'échelle mondiale.

Dans cette phase de confrontation navale, les États-Unis et leur prétendue alliance maritime sont contraints d'élargir leur zone de surveillance.

La géographie yéménite, avec ses montagnes et ses vallées ramifiées, a donné aux forces armées yéménites un avantage militaire en termes de flexibilité dans la préparation et le lancement de missiles depuis n'importe quel endroit vers n'importe quel point de la mer Rouge ou de la mer d'Arabie où se trouvent les navires ennemis.

Avec la participation de sous-marins explosifs et de drones, l'impasse occidentale américaine en mer s'aggrave, ce qui renforce leur intérêt pour l'acquisition et le développement de l'industrie des drones d'attaque et des drones offensifs en raison de leur coût modeste et de leur efficacité à changer les équilibres militaires.

Concernant les drones et leur dangerosité militaire, l'amiral américain Kenneth McKenzie a déclaré précédemment que la prolifération de petits avions bon marché constituait l'une des évolutions tactiques les plus préoccupantes en raison de la difficulté de les détecter et de les intercepter, soulignant que ce problème était «directement» pris en compte par le Pentagone pour adopter une nouvelle stratégie face à ce défi.

Les drones, initialement conçus pour la surveillance et la frappe d'objectifs fixes et mobiles après avoir été armés de missiles offensifs, sont désormais largement utilisés dans les combats conventionnels sur terre et en mer, comme le confirment les experts militaires.

Leur importance et leur valeur militaire ont été démontrées au Yémen par des frappes successives et ciblées contre les installations d'Aramco en Arabie saoudite, provoquant des perturbations sur les marchés mondiaux de l'énergie, ce qui a incité les acteurs du conflit en Ukraine à renforcer leur arsenal de ce type de capacités. Les navires et les installations pétrolières russes ont également été visés par des avions drones fournis par l'Occident à Kiev. La Russie a également intensifié son utilisation de drones pour frapper des cibles ukrainiennes, recherchant des fournisseurs de ce type d'armes en Iran et dans d'autres pays.

Les drones, aux côtés des missiles, ont joué un rôle efficace dans la dissuasion des pays agresseurs et contribuent aujourd'hui à l'encerclement de l'entité ennemie israélienne.

De nombreux pays et mouvements de résistance anti-américains possèdent des drones et des missiles, ce qui oblige ces derniers à rechercher de nouveaux moyens de combler le fossé créé par ces capacités. En retour, les surprises de l'autre partie dans l'axe du jihad et de la résistance ne cessent de se produire dans la guerre des cerveaux et des esprits.

Comments

//