noscript

Please Wait...

Le Déluge du Yémen…vers de nouvelles démarches glorieuses

Le Déluge du Yémen…vers de nouvelles démarches glorieuses
folder_openAnalyses access_time depuis 26 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Saraa Al-Shahari

Il s'agit d'une nouvelle phase d'escalade lancée par l'axe de la Résistance après l'opération Promesse Honnête de l'Iran, qui a établi une équation de riposte contre l'ennemi israélien, en réponse aux efforts de l'ennemi visant à imposer ses règles.

Au niveau du soutien aux Palestiniens, les Yéménites continuent de manifester dans plus de 173 places publiques pour saluer les opérations continues et efficaces menées par les forces armées dans la bataille de la promesse de la libération, ainsi que leur engagement dans les affrontements en mer. Ils ont également appelé à plus d'opérations.

En effet, le nombre total de navires ciblés par les forces navales s'élève à 102 navires, et le nombre d'opérations yéménites en mer Rouge et dans l'océan Indien est en moyenne d'un navire tous les deux jours.

Le chef du département des affaires médiatiques et culturelles du bureau de la présidence de la République yéménite, Zaid Al-Gharsi, a déclaré dans une interview exclusive au site AlAhed que lorsque le Yémen a constaté que l'ennemi israélien ne cessait de commettre des massacres contre les habitants de Gaza, le commandement a annoncé des mesures d'escalade plus importantes dans le but d'accroître la pression sur cet ennemi jusqu'à ce qu'il cesse son agression et son siège sur Gaza. Ces mesures ont eu un impact évident tant à l'intérieur de l'entité israélienne qu'auprès de ses alliés, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

«L'une des mesures les plus marquantes qui a surpris le trinôme du mal américain, britannique et israélien, est l'élargissement de l'interdiction du passage des navires israéliens et le blocus en mer Rouge, allant jusqu'au sud de l'Afrique et au Cap de la Bonne-Espérance», a-t-il ajouté.

Dans sa déclaration à AlAhed, Al-Gharsi a souligné que cette décision stratégique, aussi prometteuse soit-elle en termes de développement rapide des capacités yéménites, a également de grandes répercussions au niveau régional et mondial. Cela inclut un changement de trajectoire du conflit à Gaza et dans la région, d'une manière inattendue pour les États-Unis et «Israël», dont les options face à cette mesure sont presque inexistantes.

«Si les États-Unis envisagent de faire face aux opérations maritimes yéménites dans l'océan Indien ou d'étendre le conflit, cela leur sera préjudiciable, car ils ne pourront pas le supporter, surtout après leur défaite et leur reconnaissance de l'échec face aux missiles et aux avions yéménites en mer Rouge. Ils n'ont d'autres choix que de continuer à être désorientés et de subir la défaite, ou de mettre fin à l'agression et de lever le siège sur Gaza, ce qui est l'objectif recherché par le Yémen», a-t-il expliqué.

Le Yémen a imposé un siège total sur «Israël»

 Al-Gharsi a poursuivi que le blocus maritime imposé par le Yémen a provoqué un séisme pour tous ceux qui sont économiquement liés à l'entité ennemie.

«Les compagnies maritimes et autres chercheront à rompre leurs liens avec cette entité et à l'abandonner. C'est une étape stratégique influente dans l'isolement économique de l'entité ennemie à l'échelle mondiale», a-t-il souligné.

Al-Gharsi a précisé que «les opérations maritimes yéménites exercent une pression considérable sur l'ennemi, qu'il ne pourra pas les supporter». «Il n'a d'autre choix que de mettre fin à l'agression et de lever le siège sur Gaza», a-t-il martelé.

Selon Al-Gharsi, «il y a beaucoup de surprises et d'options multiples dont le commandant yéménite a parlé, notant que ces choix seront annoncés après leur mise en œuvre sur le terrain.»

«De fait, le Yémen dispose toujours d'options et de cartes à jouer, et il a de nombreuses démarches à entreprendre qui causeront des douleurs à l'entité ennemie, ainsi qu'aux États-Unis et à l’Angleterre. De plus, il y a des surprises de qualité dans la technologie militaire», a-t-il affirmé.

Al-Gharsi a insisté sur le fait que «la montée de la riposte yéménite se poursuivra et ne s'arrêtera que lorsque l'agression cessera et que le siège sur Gaza sera levé».

«Quant à l'avenir des États-Unis dans la région, il est sur le point de disparaître avec la volonté de Dieu, en particulier dans la mer Rouge, surtout après les attaques directes contre ses navires de guerre et son incapacité à se protéger», a-t-il rappelé.

Et de conclure : «Les États-Unis sont sur le point de disparaître de la région, avec la volonté de Dieu, et il ne reste aux peuples qu'à placer leur confiance en Dieu et à agir pour faire face au trinôme du mal.»

Comments

//