noscript

Please Wait...

Beyrouth2021

Le ministre libanais de la santé révèle les dessous de la pénurie en oxygène et le secours syrien au Liban

Le ministre libanais de la santé révèle les dessous de la pénurie en oxygène et le secours syrien au Liban
folder_openRapports access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

La Syrie a livré au Liban une aide d’urgence de 75 tonnes d’oxygène, après une visite exceptionnelle faite par le ministre libanais de la santé Hamad Hassan à Damas. Une mesure qui a permis de sauver la vie à plus d’un millier de patients, vivant dans la dépendance totale à ce traitement. 

A ce propos, le ministre Hamad Hassan a accordé une interview au correspondant d’AlAhed depuis Damas.

- La situation sanitaire au Liban est critique, surtout en ce qui concerne la pénurie en oxygène. Votre visite en Syrie a-t-elle pour objectif de chercher une solution à la crise ?

Evidemment, nous avions une pénurie en oxygène la nuit, en raison du retard mis par le bateau turc pour acheminer la cargaison. Nous avons été informés du report de l’arrivée de la cargaison jusqu’à samedi. Ceci signifie que les hôpitaux du Liban seront sans oxygène pendant trois jours. Nous avons une usine locale qui produit près de 40 tonnes par jour mais cette quantité est insuffisante, puisque le besoin en oxygène liquéfié est estimé à 135 ou 140 tonnes. Nous n’avions pas d’autre choix que de contacter nos frères en Syrie qui a immédiatement approuvé cette demande humanitaire. Ainsi, le président de la République syrienne Bachar el-Assad a fait ce don personnel, ce qui sauvera la vie à des milliers de patients libanais, syriens, palestiniens répartis dans les hôpitaux libanais dans les soins intensifs. 

- Un accord a-t-il été signé jusqu’au samedi prochain ?

   En réalité, l’accord est verbal et fraternel, nous n’avons pas été contraints de signer des accords écrits. Ce don est un geste humanitaire urgent. Nous sommes conscients que nos frères syriens sont à nos côtés dans les moments des crises et des épreuves.

- Cette affaire médico-humanitaire sera-t-elle politisée au Liban ?

Malheureusement tout est possible. Nous avons une bonne intention et nous comptons sur cette initiative caritative qui sauvera beaucoup de gens et de malades qui vivent dans le besoin crucial de l’oxygène. Nous apprécions fort ce don provenant de nos frères syriens.

- Outre ce don, existe-t-il des dispositions nouvelles entre les ministères de santé des deux pays surtout au sujet du coronavirus ?

Comme tout le monde le sait, nous avons beaucoup de frères syriens réfugiés sur les territoires libanais et nous traitons avec eux comme tout autre citoyen libanais avec la coopération des organisations internationales. Je pense que cette affaire nécessite une coordination et une coopération permanente pour aider les frères syriens, libanais et palestiniens.

De son côté, le ministre syrien de la santé Hassan Ghabache a indiqué que le secteur sanitaire syrien subit un blocus suffoquant et ceci est clair de tout le monde. Le travail dans des conditions pareilles est épuisant, et c’est ce que nous disons à nos invités et aux organisations qui coordonnent avec le ministère de la santé.

Et de souligner que le don fait par le président Assad est un geste généreux. «Nous apprenons de sa majesté comment traiter avec les frères libanais et ce geste vise à sauver la vie aux frères libanais, sans tenir compte de la quantité d’oxygène livrée».

Interrogé si la quantité d’oxygène envoyée au Liban s’accroitra,  Ghabache a fait savoir que l’ordre donné par le président Assad est clair : Il faut présenter ce qui est possible et le plus rapidement possible aux frères libanais.

  

   

Comments

//