noscript

Please Wait...

La prise pour cible d’Al-Tanaf…démarrage de la résistance contre l’occupation en Syrie ?

La prise pour cible d’Al-Tanaf…démarrage de la résistance contre l’occupation en Syrie ?
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Il était certain que la base américaine Al-Tanaf, dans le sud-ouest de la Syrie, sera la cible d’une attaque aux missiles, aux drones piégés ou par les deux armes, de la part d’unités relevant du front de la Résistance, en riposte à la dernière agression israélienne, ayant profité de la lacune que constitue cette base militaire.

En effet, cette base était le point de départ et le site le plus délicat, pour les attaques contre la scène syrienne, dans l’Est, contre la scène irakienne dans l’ouest et contre la zone frontalière entre ces deux pays. Et ce, indépendamment du fait qu’«Israël» a exploité la présence américaine dans cette base et l’espace aérien ouvert entre son site et la Jordanie, pour mener ses offensives. De surcroit, Al-Tanaf est le point de coordination, de l’orientation et du lancement des groupes terroristes dans les régions précitées, en plus de son influence directe sur le mouvement des deux armées, syrienne et irakienne et de leurs alliés de l’axe de la résistance, lors de leur bataille pour poursuivre la libération de l’Est syrien ou les affrontements avec «Daech» dans l’ouest de l’Irak.

Par ailleurs, cette base est importante pour les Américains, étant quasi-isolée sur le terrain et supervise les plus importants postes géographiques des unités américaines entre la Jordanie, la Syrie et l’Irak. Ces faits la place dans la ligne de mire des unités de l’axe de la résistance. Cependant, on suppose voire on affirme qu’elle est dotée d’une structure défensive puissante en matière de systèmes de défense aérienne des plus modernes, de système de défense électronique, de surveillance à distance, de brouillage et de systèmes de communications complexes avancées, ou en termes de radars de détection précoce de tous les corps volants, tels que les drones, les missiles, ou les hélicoptères.

Malgré les données susmentionnées, cinq drones et 3 missiles ont explosé dans les installations de cette base, qui s’étend sur une large superficie.

Indépendamment de la tombée de victimes ou de blessés à l’intérieur ou dans l’entourage de cette base, parmi les soldats américains, britanniques ou parmi les unités terroristes armées dirigées par les forces américaines, on peut déduire que la prise pour cible a été une réussite totale. Cette opération, outre ses réalisations militaires et stratégiques, constitue un grand défi pour les Américains. Ces derniers doivent réviser leurs calculs et s’attendre à de nouveaux faits, différents de ceux du passé.

La dimension israélienne dans ce qui a lieu peut être expliqué de tel :

Premièrement, bien que cette attaque porte tous les facteurs de la riposte à l’agression contre Palmyre par les bombardiers israéliens, la prise pour cible directe de la base est porteuse d’un double message adressé peut-être plus à Israël, puisque Al-Tanaf est un point de protection indirect à l’ennemi. Cette base constitue également un point de départ offensif dans l’intérêt de l’agenda israélienne dans la région, illustré dans les attaques contre les composantes de l’axe de la résistance.

Deuxièmement, dans la dimension militaire, alors que les responsables israéliens exprimaient toujours leurs appréhensions face aux drones et de l’existence de ces armes efficaces aux mains des forces de l’axe de la résistance, dont les drones et missiles d’Ansarullah au Yémen, les craintes israéliennes se sont multipliées à l’heure actuelle, avec la réussite de l’attaque contre Al-Tanaf, en dépit d’un large réseau de défense aérienne américaine déployé dans la région.

Ainsi, «Israël» a déduit les énormes effets des drones lors de toute prochaine confrontation ou lors de toute opération menée à son encontre, surtout qu’il est quasi-cerné par les parties de l’axe de la résistance et que ses installations stratégiques et vitales, sont situées dans une profondeur fragile, que les drones de la résistance peuvent facilement atteindre.

En outre, si nous écartons le lien entre l’opération contre la base et «Israël», la dimension américaine dans la prise pour cible d’Al-Tanaf, peut être expliqué comme ce qui suit :

Il est évident que l’attaque contre Al-Tanaf peut être considérée comme la riposte attendue de la part des unités de l'axe de résistance au bombardement de Palmyre, tant l'opération porte toutes les circonstances et données qui la déterminent ainsi ; mais le conflit avec les Américains en tant que force d'occupation en Syrie est bien au-delà d'une réponse à une ou plusieurs attaques. Il est supposé qu'elle fait partie d'un processus continu et global de résistance ouverte contre cette occupation.

De fait, trois données essentielles donnent une nouvelle dimension à cette confrontation ou accrochage avec les Américains, à partir d’aujourd’hui :

-sur le plan militaire : Le succès de l'opération, la consolidation et la confirmation des capacités de l'axe de résistance face aux Américains, contre leurs bases fixes ou leurs patrouilles et centres de déploiement, ouvre la voie désormais à une nouvelle étape de la confrontation sous le nom de « Résistance réelle contre l'occupation américaine en Syrie ».

-Du côté du droit international, la légitimité de viser cette occupation est claire et s'impose loin de toute controverse. C'est un droit historique pour tous les peuples dont les terres sont occupées. Un droit protégé et par toutes les chartes, normes et lois internationales.

-Du côté des conditions propices au lancement de la résistance, tout le monde a suivi l'humiliant retrait américain d'Afghanistan, qui s'est opéré après vingt ans de pertes énormes et d'efforts inutiles, sans atteindre aucun objectif déclaré ou non déclaré de cette occupation. Un retrait effectué sous la pression des opérations de résistance, non sous la pression d'aucune autre affaire, ni politique, ni diplomatique.

Sur ce, toutes les données annoncent une grande possibilité, quasi-confirmée, selon laquelle «l’attaque-riposte» réussie contre la base Al-Tanaf, serait le début d’une nouvelle phase des activités de la résistance face à l’occupation américaine. Une résistance qui réussira à libérer tout le territoire syrien de toutes les occupations, régionales, occidentales ou des groupes terroristes.

 

 

 

Comments

//