noscript

Please Wait...

L’attentat sanguinaire de Crocus: une nouvelle preuve sur l’impasse américaine

L’attentat sanguinaire de Crocus: une nouvelle preuve sur l’impasse américaine
folder_openAnalyses access_time depuis 19 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Après l'annonce de Moscou l'arrestation de la plupart des auteurs de l'attaque terroriste contre «Crocus City Hall», qui a fait de près de 150 victimes, nous pouvons tirer quelques observations concernant l'événement et les interpréter dans le contexte temporel et spatial du conflit mondial et de ses conséquences.

Il est important de noter que les auteurs n'ont pas opté pour des attentats-suicides, que ce soit à l'intérieur du complexe de Crocus lors de l'attaque ou lors de leur poursuite et arrestation. Cela suggère qu'ils ne sont probablement pas affiliés à des organisations telles que «Daech» ou à des groupes radicaux qui gravitent autour d'«Al-Qaïda» et des groupes similaires.

Il est également important de souligner qu'après l'attaque terroriste, ceux qui sont derrière cet acte n'ont pas cherché à les éliminer. Ils ont délibérément planifié leur fuite vers la frontière ukrainienne, ce qui a été confirmé par les autorités russes qui les ont poursuivis en direction de cette frontière et les ont arrêtés. Les planificateurs de cette attaque terroriste et ceux qui sont derrière les auteurs savaient qu'il serait difficile pour eux de traverser la frontière ukrainienne, surtout après un événement de cette ampleur et les mesures de sécurité que les autorités russes mettraient en place. Il est fort probable que ceux qui sont derrière eux aient prévu que leur fuite vers l'Ukraine atteindrait un objectif spécifique, qu'ils aient réussi à traverser ou non la frontière. En d'autres termes, leur direction vers la frontière avec l'Ukraine était l'objectif souhaité par les planificateurs de cette attaque.

Cela nous conduit à croire que la partie qui est derrière eux souhaitait les voir capturés ou éliminés dans cette région en direction de la frontière ukrainienne, ou que leur tentative de traverser la frontière russo-ukrainienne soit révélée en cas de réussite. Par conséquent, cette partie souhaite suggérer une éventuelle implication de Kiev dans cette attaque, tout comme cela s'est produit après l'explosion de Nord Stream, où les médias occidentaux ont délibérément suggéré la responsabilité de Kiev dans l'opération... Cela signifie que les planificateurs voulaient laisser des preuves de la responsabilité de Kiev dans l'attaque, qu'elle soit réelle ou non.

L'objectif était de faire de cet horrible événement un nouveau 11 septembre, mais cette fois-ci à l'intérieur de la Russie, en soulignant médiatiquement et du point de vue du renseignement la responsabilité ukrainienne en tant qu'entité extérieure. Cela signifie que ceux qui ont planifié cela souhaitent influencer la prise de décision russe de manière décisive et forte envers Kiev, afin de changer complètement la situation et de forcer Kiev à n'accepter qu'une seule option, celle d'une solution politique basée sur la vision russe et résultant d'une nouvelle réalité imposée par la réaction russe à travers la machine militaire envers Kiev. Il est évident que Moscou n'est pas celui qui souhaite cela, car cela ne correspond pas à ses principes politiques et éthiques, et elle est au moins en avance sur le terrain.

Il est donc nécessaire de se concentrer sur celui pour lequel l'Ukraine est devenu un fardeau, cherchant une issue à sa défaite imminente et des justifications pour une retraite humiliante. Cela ne s'applique qu'aux États-Unis et à leur allié britannique, après avoir échoué à obtenir le soutien de la Russie pour sortir de l’impasse au Moyen-Orient en raison du Déluge d’Al-Aqsa et de ses conséquences catastrophiques pour Washington et Londres.

Quant au propos sur «Daech» et de ses revendications de l'attaque terroriste, il ne s'agit que d'un camouflage et d'une désinformation. Son objectif principal est de créer un espace de rencontre avec Moscou à mi-chemin, de former un espace de négociation et de règlement basé sur l'ennemi commun («Daech») selon les allégations de l'Occident. Il en va de même pour la connexion entre les dossiers, en particulier entre l'Ukraine et le Moyen-Orient, dans le but d'un échange sur la base de la prétendue activité de «Daech» en Syrie et en Irak, où les zones d'influence russe et américaine se chevauchent et se concurrencent. Washington a longtemps utilisé cette organisation terroriste pour réaliser des agendas politiques et géopolitiques, et a tenté en vain de relier et d'échanger entre les dossiers du Moyen-Orient et de l'Ukraine.

Washington réalise que l'avancée russe à l'échelle mondiale en Ukraine, au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, et même jusqu'en Amérique du Sud, progresse rapidement et est soutenue par les alliés de la Russie, en particulier la Chine et l'axe de la Résistance, et que Washington et ses alliés sont impuissants à l'arrêter. Parmi les signes de cette impuissance qui sont récemment apparus, on peut citer, par exemple, les résultats du Déluge d’al-Aqsa en Méditerranée orientale, en mer Rouge, dans l'océan Indien, en Syrie et en Irak, ainsi que le rejet par la Russie et la Chine du projet de résolution américain au Conseil de sécurité des Nations unies, dont Washington avait besoin pour traiter les conséquences du Déluge d’al-Aqsa conformément à ses intérêts. Un autre signe de l'impuissance américaine est l'annulation par le Niger du traité de coopération de défense avec Washington.

La responsabilité de Washington et de Londres dans les actes terroristes à Moscou est claire voire évidente.

Il n'est pas nécessaire de prêter attention aux déclarations et condamnations mensongères du gouvernement américain concernant ce crime odieux. L'impasse américaine est devenue extrêmement grave et s'aggrave chaque jour, et l'opposition des adversaires des États-Unis à l'égard de la volonté américaine de parvenir à un règlement a rendu Washington fou et hystérique.

Ce qui effraie le plus Washington aujourd'hui, c'est la prise de conscience que le temps n'est pas de son côté et que ses adversaires profitent du temps. C'est pourquoi l’administration américaine essaye de les pousser à l'écouter et à accepter de faire passer certains de ses intérêts, et utilise pour cette fin tous les moyens, y compris le terrorisme organisé transfrontalier.

Comments

//