noscript

Please Wait...

Facebook, Instagram et WhatsApp émergent d’une panne géante

Facebook, Instagram et WhatsApp émergent d’une panne géante
folder_openFAITS DIVERS access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

C’est le soulagement dans le monde après la panne qui a frappé le géant du numérique lundi 4 octobre. Selon des journalistes de l’AFP, les réseaux sociaux Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger fonctionnent de nouveau ce mardi.

Cette panne de presque 7 heures a touché potentiellement des dizaines de millions d’utilisateurs dans le monde, d’après des sites spécialisés de suivi des plateformes.

Sur le site Downdetector, qui suit les pannes des services numériques et qui a identifié celle du géant des réseaux sociaux comme «la plus importante qu’il ait jamais observée», les signalements d’incidents étaient largement en baisse après minuit (heure française).

À Wall Street, l’action Facebook a clôturé la séance lundi soir à - 4,89 %

Le groupe s’excuse auprès de ses utilisateurs

«À l’immense communauté de personnes et entreprises dans le monde qui dépendent de nous: nous sommes désolés. Nous travaillons dur à vous redonner accès à nos applis et services et sommes heureux de vous dire qu’ils reviennent en ligne en ce moment », a tweeté Facebook mardi à 0 h 30 (heure française), après environ sept heures de panne.

Facebook a indiqué dans un communiqué que la panne de ses réseaux et messageries avait été causée par un «changement de configuration défectueux».

Il pourrait s’agir d’une erreur de maintenance.

C’est l’hypothèse avancée par Matthew Prince, PDG de Cloudfare, une société américaine spécialiste des réseaux informatiques.

Sur Twitter, de nombreuses rumeurs ont circulé sur les causes possibles du problème, et les conséquences pour les employés de Facebook, qui auraient eux-mêmes des problèmes de connexion en interne.

Toujours sur le réseau des gazouillis, le malheur de Facebook et ses plateformes faisait le bonheur de ses concurrents et de ses utilisateurs critiques.

«Les inscriptions sont en forte hausse sur Signal (bienvenue tout le monde)», a ainsi écrit la messagerie réputée pour son cryptage des données.

«Nous savons aussi ce que c’est de travailler pendant une panne et nous souhaitons bonne chance aux ingénieurs qui essaient de remettre les plateformes en ligne», a-t-elle ajouté.

«Que faire maintenant ? Gmail», s’amusait de son côté le compte officiel de Google au Royaume-Uni.

Les critiques et utilisateurs facétieux n’étaient pas en reste, avec de nombreux messages humoristiques et des références à la nécessité de se parler désormais «en vrai».

Des révélations accablantes ces dernières semaines

La plateforme aux près de 3 milliards d’utilisateurs par mois traverse l’une des pires crises sur sa réputation depuis deux semaines, à cause de révélations d’une lanceuse d’alerte.

Ancienne ingénieure chef de produits chez Facebook, Frances Haugen a fait fuiter de nombreux documents internes, notamment au Wall Street Journal, et a accusé le groupe de «[choisir] le profit plutôt que la sûreté» de ses utilisateurs, dans un entretien diffusé par la chaîne CBS dimanche.

Avant son départ de l’entreprise, en mai, Frances Haugen avait emporté avec elle de nombreux documents issus de recherches internes à l’entreprise et les avait confiés notamment au Wall Street Journal.

Dans un article publié à la mi-septembre, le quotidien a révélé, sur la base de ces informations, que l’entreprise effectuait des recherches sur son réseau social Instagram depuis trois ans pour en déterminer les effets sur les adolescents.

Les études évoquent notamment les liens entre le mythe du corps féminin idéal véhiculé par de nombreux contenus sur les réseaux et les risques pour la santé mentale des adolescentes complexées.

La lanceuse d’alerte est aussi revenue sur le scrutin présidentiel américain de novembre 2020, quand Facebook avait modifié ses algorithmes pour réduire la diffusion de fausses informations.

Mais selon Frances Haugen, «dès que l’élection a été terminée», le groupe les a reconfigurés comme avant, «pour donner la priorité à la croissance plutôt qu’à la sûreté», a-t-elle soutenu dans son entretien à l’émission 60 Minutes, sur CBS.

Elle doit être interrogée ce mardi 5 octobre par les élus américains lors d’une audition consacrée à l’impact de Facebook et Instagram sur les jeunes utilisateurs, une semaine après une longue séance de questions des sénateurs adressées à Antigone Davis, responsable de la sécurité et de l’enfance au sein de la firme.

Comments

//