noscript

Please Wait...

Le rapport de «Yediot Ahronot» sur sayed Nasrallah: Un scandale de renseignement et de presse

Le rapport de «Yediot Ahronot» sur sayed Nasrallah: Un scandale de renseignement et de presse
folder_openPresse arabe access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Ibrahim Al-Amine *

Je suivais les médias israéliens depuis les années 1990. Nous avions l’habitude d’obtenir des journaux ennemis par courrier privé à Chypre. Un ami qui a un abonnement aux journaux israéliens l’envoie avec un ami qui travaille pour Middle East Airlines. Un collègue qui a appris l’hébreu à distance les traduit, avant l’arrivée des traducteurs à Beyrouth qui vivaient dans les prisons israéliennes. Puis, le monde Internet a pris son envol dans notre pays, et «Israël» était un pionnier, ce qui nous a aidés à obtenir tous ses périodiques, qu’il s’agisse de communiqués de presse, de bulletins d’étude ou autres. De nombreux journalistes et écrivains en «Israël» se sont toujours distingués par une connaissance approfondie et, surtout, par un degré élevé d’indépendance, malgré la stricte censure militaire. Il était préférable que cette catégorie de journalistes israéliens ne soit pas entraînée dans la mauvaise propagande, même si l’intérêt supérieur de leur pays l’exigeait.

La surprise d’hier n’est rien d’autre qu’une indication supplémentaire d’une détérioration qui se produit en «Israël» à de nombreux niveaux, y compris la presse elle-même. Je ne sais pas comment la rédaction du journal «Yediot Aharonot» a accepté cette insulte professionnelle et a accepté de produire un article qu’un étudiant de la Faculté de communication de masse aurait pu juger meilleur que lui si son professeur lui avait demandé de préparer un bref article sur le caractère de l’ennemi le plus proéminent d’«Israël», à savoir sayed Hassan Nasrallah.

Pendant des jours, la propagande israélienne a promu un événement de presse qui sera publié vendredi (hier) et lié à la divulgation d’informations classifiées de la Division «Aman» (renseignements militaires dans l’armée ennemie) concernant sayed Nasrallah. Hier, le rapport détaillé a été publié sous le titre «Le dossier secret de Nasrallah à Aman». Bien que le résumé qui a été divulgué ces derniers jours n’ait pas fait la une des journaux attrayants, le choc était dans le rapport lui-même, qu’il aurait mieux de le publier sur le site Web DEPKA et par son rédacteur en chef, connu pour son manque de crédibilité, Giora Chamis, et non par des écrivains chevronnés et éminents tels que Yossi Yehoshua et Raoufin. Weiss.

Il est utile de noter tout d’abord que le rapport est basé sur des entretiens avec des employés de «Aman», qui est le plus grand et le plus budgétaire des services de renseignement israéliens. Son activité se concentre sur la collecte et l’analyse d’informations militaires à travers diverses sources. Il se charge de diagnostiquer l’alerte précoce contre la guerre et les activités militaires hostiles en général. En outre, il est chargé de préparer l’évaluation du renseignement stratégique à soumettre aux décideurs en «Israël». Par conséquent, «Aman» est décrite comme l’appareil «d’appréciation nationale» de l’ennemi, et ses journaux jouent un rôle de premier plan dans l’élaboration de la politique de «Tel-Aviv» envers les parties hostiles. Le service de recherche (auquel appartiennent les officiers qui ont mené l’entretien) forme le noyau de «AMAN», car c’est l’organe dans lequel tous les documents de renseignement entrants sont rassemblés afin de traiter, analyser et en extraire les estimations nécessaires. Parmi eux, des éléments des diplômés du programme «Habsalut», qui est le programme pionnier pour le corps du renseignement, qui combine un service permanent avec des études de science politique et des sciences du Moyen-Orient, en combinaison avec les départements analytiques suivants: sciences informatiques, mathématiques, économie et politique. Environ 50 volontaires se présentent pour tester le programme «Habsalut» (qui signifie en arabe la fleur de lys ou narcisse, elle a été mentionnée dans la Torah et imprimée sur la monnaie du shekel) et ils seront entraînés pour le rôle de principaux officiers du renseignement qui traitent de questions centrales inscrites à l’ordre du jour national et militaire.

En fait, on ne sait pas comment les journalistes ayant publié le rapport ont évalué les sources qui leur ont fourni des informations. Ils devaient en fait vérifier s’ils se trouvaient devant des analystes et des officiers professionnels, ou un groupe d’amateurs qui surveillaient professionnellement les médias. Et évidemment, comme ils aiment le répéter à plusieurs reprises, les journalistes ont dû se rendre compte qu’«Israël» était au milieu d’une bataille très intense et brutale. Dans ce cas, le renseignement ne perd pas d’informations précieuses sans garantir des résultats égaux à l’importance de l’information. C’est ce qui apparaît dans le contenu du rapport, qui peut être affirmé qu’il est «dépourvu de toute information de nature de renseignement»… «Aman» ne vous a fourni aucune information de valeur de renseignement, qui, d’ailleurs, peut être compris par ceux qui vivent au cœur d’un conflit de cette ampleur. Et pour ne plus vous sous-estimer, je vais vous dire ce qui se passe dans notre direction. Pensez-vous, par exemple, que les services de sécurité politiques et militaires affiliés à la résistance puissent jouer avec ce qui nuit à leur professionnalisme en injectant des informations naïves et ridicules dans les médias avec l’intention de se montrer? Les journalistes professionnels de l’ennemi étaient censés ne pas tomber dans ce piège, et que vous avez agi – même si ces mots ne vous plaisaient pas – avec la logique de la symétrie. Je vous informe ici, qu’il ne faut pas imaginer que le Hezbollah est prêt à nous donner un entretien avec des spécialistes de la surveillance des chefs stratégiques de l’ennemi, et à nous fournir leurs analyses et données… Jamais cela n’arrivera!

Cependant, revenons un peu à la veille de la publication du rapport, quand il y avait un dialogue sur la Douzième chaîne israélienne à propos du rapport. Dans celui-ci, il interroge l’intervieweur sur le but du rapport, et la réponse vient directement et sans préparation des paroles de Jacob Achimeir, journaliste chevronné et ancien présentateur de programmes sur la chaîne Kan: se vanter, se vanter …

Avi Benyahu, un ancien porte-parole de «Tsahal», tente de le retenir: Non. Mais Achimir continue son discours: Chaque semaine il y a un théâtre, nous disant que ça a réussi et que nous avons réussi et nous avons ouvert le dossier de Nasrallah, ça suffit, vraiment assez!

Mais Benayahu tente de rectifier la situation: il est possible que nous voulions lui montrer à quel point il est exposé, et il est possible qu’il y ait d’autres questions ouvertes, de sorte qu’il sache ne pas traiter avec nous. Tout cela est un travail de renseignement, réduisant la classification de sécurité des informations de renseignement pour les besoins opérationnels. Je suppose qu’il y a une considération de ce genre ici, personne ne ferait aucune affaire politique si un personnel des membres du service régulier de l’Unité de recherche à Aman le faisait.

Néanmoins, Achimir revient choquer le public: je déteste tellement cette arrogance, sûrement la semaine prochaine aussi il y aura à nouveau «nous avons gagné»…

Le problème ici n’est pas une course entre ceux qui marquent des points sur les autres. Le problème ici est la mauvaise collusion entre la presse et le personnel de l’établissement militaire et sécuritaire en «Israël» pour faire face à «une certaine carence» ou même à un «complexe psychologique». C’est une carence liée à l’incapacité de l’ennemi, non seulement de ne pas supporter la force croissante de la résistance militaire, mais aussi de ne pas tolérer la position très avancée qu’occupe Nasrallah dans la conscience du public israélien, et pas exclusivement parmi les dirigeants en «Israël». Il semble que l’ampleur des dommages et de la peur parmi le public israélien a poussé le commandement suprême à recourir au renseignement militaire, afin de promouvoir un vocabulaire sur la personne de Sayyed Nasrallah, bien qu’avec une reconnaissance inévitable de sa crédibilité, de la gravité de ses menaces et sa capacité à les mettre en œuvre, en particulier ce qui est lié au ciblage de l’arrière israélien.

Que veulent-ils nous dire? Est-ce une volonté de revendiquer la connaissance des renseignements militaires, au point de prétendre qu’il ne reste plus rien qu’«Israël» ne sache, même si c’est dans la catégorie des intentions préméditées, et sans demander à celui qui est censé interviewer : Pourquoi «Israël» ne s’en prenne pas à la direction du Hezbollah sans laisser aucune empreinte, tant qu’il est capable de connaître les intentions, et ne se limite pas à la localisation des dirigeants du Hezbollah et à leurs mesures …

Qu’est-ce que cela signifie pour l’interview de sortir avec 15 officiers, spécialistes et chercheurs – ils travaillent jour et nuit pour collecter et analyser des informations sur Nasrallah – avec ces données qui ne dépassent pas ce qui est présent dans les médias arabes sur le Hezbollah et son secrétaire général, sa famille et qu’est-ce qui y est lié, que ce soit correct, fabriqué ou modifié? Il a été présenté au public israélien dans des contextes spécifiques et ciblés, pour suggérer la capacité d’acquérir des connaissances et de relier les sujets, y compris l’interview de Nasrallah avec Al-Akhbar en 2014.

«Aman» en sait beaucoup, à part ce qu’il a donné aux journalistes israéliens. Et afin de ne pas sortir les mains vides, je vous informerai de ce qui suit:

Nasrallah ne vit pas sous terre. Il voyage hors du Liban, se déplaçant entre les villes et les villages, dans les rues et les quartiers. Et il a des équipes spécialisées dans tout, et un agenda dedans de Joe Biden au maire de Mays al-Jabal et au chef du conseil local de la colonie de «Shlomi».. Et au fait, ses mains touchent toujours les arbres!

Un article paru dans le quotidien libanais Al-Akhbar traduit par Sird

 

Comments

//