noscript

Please Wait...

«Israël», Coronavirus et le Hezbollah

«Israël», Coronavirus et le Hezbollah
folder_openPresse arabe access_time depuis 2 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Les médias israéliens évoquent rarement la sécurité nationale ces jours-ci, même si les répercussions du nouveau coronavirus affectent cette question dans une mesure stratégique. Prenant en compte les appréhensions publiques, les médias occultent les titres sécuritaires, sauf dans des cas exceptionnels.

En dépit de ces faits, la question sécuritaire est omniprésente dans les milieux de la décision à «Tel-Aviv». Des questions sont posées sur la relation et les effets du virus sur les défis sécuritaires, dont ceux à dimension stratégique voire existentielle. Un fait qui pousse «Israël» à signifier à la partie adverse que la crise du coronavirus ne suspend point le suivi des organes sécuritaires pour affronter tout type de menaces et leur disposition permanente à mener des opérations préventives.

Ce serait une des considérations qui ont poussé l'ennemi à mener récemment des attaques sur la scène syrienne, dans le but notamment de rappeler qu'il est toujours prêt à la confrontation. Cependant, ce qui a lieu en Syrie ne peut être appliqué sur la scène libanaise, caractérisée par ses spécificités en matière de dissuasion, ce qui constitue un défi aux décideurs israéliens.

Dans une recherche publiée dernièrement par l'Institut de recherche sur la sécurité nationale de «Tel Aviv», des questions ont été posées sur les effets du coronavirus et l'augmentation des capacités militaires du Hezbollah, ce projet connu en «Israël» par le projet des missiles de grade précision. Le Hezbollah exploitera-t-il le virus et la préoccupation d’«Israël» à ce sujet, afin d’accélérer ses démarches dans le contexte de ce projet.

Cette question qui a reflété les appréhensions des autorités israéliennes à l'égard de l'exploitation, par les ennemis, d'une conjoncture extraordinaire en «Israël», révèle également l'impasse dans laquelle est plongé «Israël», face à la scène libanaise.

Selon le rapport publié par l'institut israélien, une des menaces imminentes contre «Israël» est illustrée dans l'exploitation de la crise du virus dans le projet de la production et du développement des missiles de grande précision dans le Nord, en Syrie et au Liban. Le Hezbollah et l'Iran, poursuit le texte, peuvent penser que la très grande pression à laquelle est confronté l'establishment sécuritaire israélien en raison de la pénurie de ressources humaines due au coronavirus, est une opportunité de développer et de protéger les chaînes de production des missiles en Syrie et au Liban, ainsi que les efforts pour les stocker.

Cela rejoint ce qui a été rapporté récemment dans le journal «Yedioth Ahronoth», à propos de «lettres de menaces» envoyées par «Israël» à l'axe de la résistance, sans indiquer comment et par l'intermédiaire de qui, comprenant l'avertissant contre la «provocation». Des messages selon lesquels «si quelqu'un pense qu'Israël est occupé par le coronavirus pour renoncer à ses affaires» sécurité, il doit remettre en question ses idées, puisqu'«Israël ne se taira sur aucune provocation ni aucun coup qu'il recevra, et sa réponse sera décisive.»

En parallèle, il est supposé que la même question est présente sur la table de décision du Hezbollah: ce qui peut être considéré par «Israël» comme une préoccupation du Hezbollah dans le suivi de la confrontation du virus dans son environnement direct et dans la scène  libanaise en général, sera –t-il une occasion pour l'ennemi de réessayer de changer les règles d'engagement entre les deux parties.

Les fausses estimations font-elles croire que le niveau de préoccupation du Hezbollah empêcherait une riposte à une initiative agressive israélienne?

Deux questions font partie d'une série d'autres qui s'imposent sur plusieurs scénarios.

Les approches des deux côtés du parapet, qui peuvent être décrites comme préventives et poussent davantage à plus de vigilance et de suivi.

Toutefois, ce qui est plus certain, c'est que la circonstance exceptionnelle imposée par le coronavirus, sans les armes de la résistance et les niveaux de sa dissuasion, aurait suffi à elle seule pour pousser «Israël» à imposer ses intérêts politiques et économiques au Liban. Ces armes et leur capacité à nuire à «Israël» ont jusqu'à présent empêché les plans cupides d'«Israël».

Article paru dans le quotidien libanais AlAkhbar, traduit par l’équipe du site

 

Comments

//