Please Wait...

Qu’a fait Pompeo dans l’un des villages de Byblos?

folder_openPresse arabe access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Source : Al-Joumhouriya, traduit par AlAhed

Le journal libanais «Al-Joumhouria» a révélé des informations concernant la visite du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo au village «Bhedidat» à Byblos.

Selon les informations d’ «Al-Joumhouria», l'objectif de la visite de Pompeo à Byblos, et au village de «Bhedidat» en particulier, non divulguée à l'avance, est d’arracher un accord sur le projet de l’établissement d'une grande base militaire pour accueillir des flottes américaines à partir de la base de Hamat à Batroun et s'étendant jusqu'à la ville de Byblos.

Selon les informations, la visite de Pompeo à l'église archéologique Saint-Jean était habituelle, mais ce qui ne l’était pas c’est la visite faite au petit village «Bhedidat», appelé «la zone des lettres», notamment que cet endroit est considéré géographiquement dur et possède un avantage stratégique, la présence d’un «delta», une sorte d'embouchure formée d'un cours d'eau qui se jette dans la mer à partir duquel il est facile de surveiller toute la zone de Selata.

Avec des positions militaires, cet endroit peut fournir aux Américains un contact visuel direct et clair avec leur base présumée à Hamat, de sorte qu'aucune communication sans fil ni aucun autre type de communication avec cette base ne peut être bloquée.

Les informations indiquent que la base de Hamat nécessite de faire de Bhedidat un point de contrôle, puisque les bases militaires ont besoin d’un ensemble de points de surveillance, qui assurent la communication avec la base.

Cependant, ces deux sites, Bhedidat  et Hamat, qui se situent autour de la base navale américaine présumée, se soutiennent mutuellement, garantissant la surveillance et la communication. Si les Américains installent des bases militaires au Liban, sur des zones bien choisies, ils pourront les protéger à partir de ces sites, de Hamat jusqu’à Byblos.

Le journal «Al-Joumhouria» a déclaré que les États-Unis avaient fait un don d'un demi-million de dollars pour la rénovation d'une église à Bhedidat, certains se demandaient pourquoi cette église en particulier bien qu’il existe plusieurs autres églises plus importantes et plus prestigieuses au Liban, du point de vue archéologique et architectural. Les anciennes églises ont davantage besoin de rénovation, mais les États-Unis n’ont fait aucun don les concernant, même pour de petites réparations. Il faut noter que la somme d’un demi-million de dollars, alloués à la rénovation de l'église de Bheidat, pourraient acheter la moitié des terres du village, vu que le prix par mètre carré est environ dix dollars.

L’histoire de la restauration de l’Eglise ne sert que de couverture à la visite du site choisi pour l’établissement de la base militaire, afin d’explorer, de confirmer, et d’approuver le projet. Cet emplacement géographique a déjà été exploré par des experts auparavant. Sans oublier que la base qui devra être établie à Bhedidat, est en contact visuel direct avec la base principale à Hamat, de sorte que les Américains fournissent de Hamat jusqu’à Selata passant par Bhedidat une ligne de sécurité pour la supposée zone de déploiement.

Des experts militaires expliquent que Bhedidat «détermine la frontière sud-est de la supposé zone de déploiement américaines et la frontière est de cette zone via la liaison Hamat, ainsi qu’un point de contrôle garantissant la surveillance et la défense aérienne de toute installation militaire sur la côte de Byblos, et la protection des radars maritimes qui couvre la plage de la ville en la reliant à d’autres points tels que Beja, Shubatin, Zan et Surat, qui formeront le littoral de la côte de Hamat à Jbeil ou devra être construite la base navale.

Comments

//