Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Sayed Nasrallah: L’Etat de «Daech» a complètement disparu Soleimani à sayed Khamenei : la fin de «Daech», une grande victoire pour les musulmans du monde Syrie: le gouvernement contrôle 98% du pays, dit Poutine Au moins 50 morts dans un attentat-suicide dans le nord-est du Nigeria Rohani à Macron: L’Iran «ne cherche pas à dominer» le Moyen-Orient Le général Aoun appelle les militaires au «plus haut degré de vigilance» Document confidentiel sur une correspondance entre Jubeir et Ben Salmane sur un accord avec «Israël» Les Rohingyas de Birmanie sont victimes d’«apartheid», dénonce Amnesty Corée du Nord «terroriste» selon Washington: la Chine appelle au dialogue Poutine rencontre Assad en Russie, le félicite pour ses résultats dans la lutte contre le terrorisme Damas pilonnée pour la 7e journée consécutive: nouvelles victimes, nouvelles destructions Le FSB crée une base de données recensant les terroristes étrangers Les révélations de l’ex-PM qatari à la BBC dévoilent une conspiration anti-syrienne bien plus large Le Leader Khamenei rend visite aux sinistrés du séisme à Kermanshah Syrie: l’armée chasse «Daech» de Boukamal, dernière ville aux mains des terroristes Allemagne: Merkel «déplore» l’échec des négociations gouvernementales «Israël» a des liens secrets avec l’Arabie saoudite, confirme un ministre sioniste Irak : 300 femmes et enfants étrangers de «Daech» transférés à Bagdad avant expulsion Zimbabwe : dans la tourmente, Mugabe s’exprime devant la nation, sans annoncer sa démission Pyongyang pourrait avoir dès cette année un missile pouvant frapper les USA Frontière franco-italienne : un camp de migrants évacué par la police Migrants: une femme et un enfant périssent dans un nouveau naufrage en Egée Burkina : les putschistes sous très forte pression Un ex-gouverneur philippin arrêté en Thaïlande Patrouilles israéliennes le long de la frontière avec le Liban Attaque contre l’ambassade des Emirats arabes unis à Tripoli
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> LE HEZBOLLAH >> SG >> Résumés des discours

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé un discours consacré aux habitants de la Békaa, au nord Est du Liban, pour tirer la sonnette d'alarme face à la multiplication des incidents sécuritaires dans cette région. Parmi les idées évoquées par Sayed Nasrallah dans ce discours:

Sayed Nasrallah appelle à remettre tout criminel à l’Etat, et demande à l’Etat de jouer son rôle dans la Békaa

"Les incidents sécuritaires se sont multipliés dans cette région dans les derniers mois: tueries, vengeances, vols, viols. Les habitants de la région ont aujourd'hui peur pour leurs proches et les gens commencent à éviter de sortir la nuit.  

Pour cette raison, je me suis concerté avec le président Nabih Berri pour partager les responsabilités face à ce phénomène dangereux.  Nous devons tous préserver la sécurité de la Békaa comme ailleurs, au moment où l'insécurité règne partout. Malgré les divergences entre les forces politiques libanaises, nous avons mis le Liban à l'abri des guerres de la région. Mais ceci ne suffit pas. Nous devons préserver la sécurité intérieure et la coexistence dans cette région diversifiée.

Partant de là, j'insiste sur les points suivants:

La sécurité est un besoin pour tous. Toute population a besoin du facteur de sécurité pour vivre en paix et prospérer. C'est un objectif sacré tant sur le plan religieux et national.

La sécurité est la clé pour le développement, le tourisme, l'essor culturel, administratif, social… c'est une évidence qui a existé depuis toujours.

La réputation de cette région compte aussi. Cette région qui a réalisé des exploits majeurs dans la lutte contre les terroristes, certaines parties seraient impliquées dans la déformation de son image et dans la provocation des troubles. Depuis toujours, la Békaa était le noyau de la résistance et a sacrifié ses commandants et ses combattants face à l'occupation. Tous les jours, des martyrs originaires de la Békaa tombent en martyre pour la protection du Liban.
Face aux tueries et aux vols des magasins, nous devons déterminer les responsabilités de chacun de nous, sans se contenter d'imputer à l'Etat toute la responsabilité.

Nous ne pouvons garder les bras croisés devant ces incidents sécuritaires. Nous ne devons pas simplifier les choses: la condition économique ne peut être la raison unique de ces attaques. Il y a quelques jours, un homme a tué quatre personnes dans un village au Mont-Liban. C'est un meurtre horrible commis pour des raisons banales. Rien à voir avec l'économie et la pauvreté.

Cette équation n'est pas valable, pourtant l'Etat doit régler les problèmes économiques dans la région. Ce n'est pas une raison pour justifier les meurtres et les intimidations. La pauvreté existe depuis bien longtemps au Liban. Face à ce qui précède, venons coopérer ensemble pour régler cette crise. Au nom du Hezbollah et du mouvement Amal, nous sommes appelés à agir sur plusieurs dimensions:

Les forces politiques, les dignitaires religieux, les chefs de tribus et de familles, les professeurs, les universitaires, les journalistes doivent tous rappeler aux gens que l'acte de tuer est un fait prohibé et répugné par la religion et la loi. Nous devons rappeler que ces agissements sont condamnables et vils, et hausser la voix pour que tout le monde répugne des actes pareils. Celui qui pense ainsi commettre un crime similaire, doit réfléchir aux répercussions.

Le meurtrier ou le voleur ne doivent pas être protégés. Aucune couverture familiale ni politique ne doit être assurée pour ce fautif. Il doit être remis à l'Etat pour qu'il subisse les sanctions convenables. Le meurtrier est le seul responsable de son acte et on ne peut en aucun cas imputer la faute à toute sa famille. Nous devons retourner au pacte d'honneur que vous avez conclu avec Sayed Moussa Sadr dans les années 1970. A cette époque, Sayed Sadr exprimait une grande peine pour les incidents survenus en 1970 comme les vendettas et les crimes.

Ensuite, un pacte d'honneur a été conclu et signé par les tribus et les grandes familles. Parmi les points de ce pacte: "Nous nous opposons à toute personne qui commet un crime, nous levons toute couverture à celle-ci, et nous la privons de toute sorte d'aide. Le criminel doit être personnellement poursuivi et ses proches ne sont en aucun cas tenus pour responsables pour son acte…"

Presque toutes les familles de la Békaa, sunnites, chiites, chrétiens confondus, ont signé ce pacte. Nous sommes tous invités à faire revivre le contenu de ce pacte auquel nous ajouterons deux points:

Je propose, tout comme mes frères du mouvement Amal, de travailler de concert  pour remettre le criminel à l'Etat libanais. Qu'il s'agisse d'un voleur, d'un fauteur de troubles ou d'un tueur. Tout le monde doit faire pression pour qu'il soit remis à l'Etat. C'est la première mesure effective que nous devons adopter pour assurer la sécurité des gens. Il sera ensuite emprisonné et sanctionné pour ensuite étudier les solutions disponibles.  C'est le seul obstacle qui dissuade les gens de commettre des crimes. Dans ce cas, les familles des victimes se calmeront, et se résigneront à la volonté et la décision de l'Etat.

Nous craignons qu'une cinquième colonne tente d'inciter les gens aux meurtres et aux attaques. Dorénavant, le Hezbollah posera comme condition première la remise à l'Etat de tout meurtrier, avant de passer à la résolution des problèmes et de retrouver un consensus entre les parties adversaires.

Les oulémas et les forces politiques doivent intervenir immédiatement pour régler les problèmes à leurs débuts, avant que les choses ne dégénèrent et que d'autres gens soient tués.
Nous devons tous appelé l'Etat à assumer ses responsabilités à tous les plans: sécuritaire, développemental, culturel…

Sur le plan sécuritaire, le Hezbollah et le mouvement Amal allons déployer des efforts accrus pour que l'Etat arrête les voleurs, les criminels et ceux qui vont les protéger seront aussi tenus pour responsables.

Nous allons tenir des sit-in et des grèves, nous formerons des délégations pour visiter les présidents et nous ferons d'autres activités pour que l'Etat agisse en ce sens. Quant à l'Etat, il doit être présent en force. Tous les services de sécurité et l'armée doivent poursuivre sérieusement les criminels et les arrêter. Nous ne vous appelons pas à tuer les gens tous azimut, mais mettez un terme à l'insécurité.

Certains oulémas et des personnalités de la société civile nous ont appelés à dresser des barrages et à arrêter les personnes recherchées. Cette mesure est dangereuse, et menace l'unité du pays. En plus, qui garantit que ces barrages peuvent maintenir la sécurité? Dans les incidents à aspect social, aucun parti politique, aucune communauté ne peut les régler. L'Etat est la seule partie qui peut et qui doit régler une affaire pareille.

Mais dans les cas de la protection du pays, la population ou les forces populaires peuvent combler les lacunes liées à l'absence de l'Etat. Aujourd'hui, nos jeunes combattants et les soldats libanais sont déployés au long de la frontière de l'Est pour protéger le pays. Ceci est faisable. Mais la sécurité intérieure relève de la responsabilité de l'Etat.

Par exemple, si l'Etat décide de décréter une amnistie dans le pays, les calculs politiques des forces au Liban réclament la libération de tous les criminels, ce qui a entravé l'aboutissement de cette affaire. Nous devons faire la distinction entre les personnes emprisonnées, étudier leurs affaires au cas par cas, pour libérer les non-criminels.

L'Etat doit régler les questions en litige pour amoindrir les soucis, et conforter la population. De plus, l'Etat doit juger les gens emprisonnés, au lieu de les jeter pendant des années en prison sans étudier leurs affaires. L'Etat doit encore accroitre les projets de développement pour aider la population. Nous cherchons à alléger le fardeau et à faciliter le règlement des questions polémiques.

Je passe à un autre point, celui des tirs en l'air dans les différentes occasions. Nous avons pris des mesures contre les membres du Hezbollah pour mettre fin à ce phénomène. Ceci nécessite des efforts culturels, sociaux et familiaux de la part de nous tous. Une seule partie ne peut à elle seule relever ce défi.  Si chacun de nous assume sa part de responsabilité, nous pourrons parvenir à un résultat satisfaisant.

Notre objectif ultime est de voir la région de Baalback-Hermel vivre en paix, en sécurité. L'Etat doit faire son devoir pour régler les problèmes économiques et vitaux.

La population et l'Etat se partagent la responsabilité. Nous réitérons une fois de plus notre respect et notre engagement au pacte d'honneur conclu par Sayed Moussa Sadr, et nous allons coopérer avec les services de sécurité pour traduire devant la justice les criminels. Nous avons toujours collaboré dans des dossiers plus importants pour la protection de cette région, et ensemble nous relèverons ce défi.  

Source : French.alahednews

29-10-2016 | 18:28

Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut