noscript

Please Wait...

Le martyr Soleimani et l’autonomisation de la résistance en Palestine… des témoignages qui ne peuvent être retenus

Le martyr Soleimani et l’autonomisation de la résistance en Palestine… des témoignages qui ne peuvent être retenus
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le quatrième anniversaire du martyre du général Qassem Soleimani survient dans le contexte de l'agression sioniste contre la bande de Gaza et de la période du «Déluge d'Al-Aqsa», ce qui en fait une occasion de rappeler les efforts acharnés déployés par le martyr Soleimani en collaboration avec les autres leaders de l'axe de la résistance pour renforcer les capacités de la résistance palestinienne et améliorer ses performances militaires. Cela se concrétise aujourd'hui par la résistance héroïque face à une agression brutale sans précédent.

La République islamique d'Iran a joué un rôle important dans le développement des capacités de la résistance palestinienne dans tous les domaines, notamment l'armement, la formation, le transfert d'expérience de combat et le financement. Cela découle de sa vision religieuse de soutien à la lutte du peuple palestinien contre les oppresseurs sionistes. Cet effort a commencé en particulier au début des années 1990 après la conférence de Madrid, organisée par l'administration américaine pour mettre fin au conflit arabo-israélien et consacrer l'existence de l'entité provisoire. Cette orientation a pris un nouvel élan après la nomination du général Soleimani comme commandant de la Force Al-Qods des Gardiens de la Révolution islamique en 1998, où sa présence régulière en Syrie et au Liban a grandement soutenu le travail de la résistance au Liban et en Palestine, profitant des liens existants entre les deux scènes. Le martyr Soleimani et le martyr commandant Imad Moghnieh ont formé par la suite un duo pour fournir des capacités à la résistance en Palestine, sans distinction entre les factions. Le martyr Soleimani a bénéficié des relations du martyr Moghnieh avec la résistance palestinienne et de son expérience sur le terrain, s'ouvrant ainsi à toutes les factions de la résistance qui ont décidé de s'engager dans l'action résistante, y compris les factions non islamiques, ainsi que le mouvement Fatah dont les combattants ont adopté le nom de Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa après l'Intifada d'Al-Aqsa.

Les efforts pour renforcer la résistance palestinienne se sont intensifiés après la libération du sud du Liban en mai 2000. Les réunions de travail se sont concentrées sur la transmission de l'étincelle de la victoire au Liban vers la Palestine, comme l'a souligné le discours prononcé par le secrétaire général du Hezbollah à l'intention du peuple palestinien, affirmant que son destin était entre ses mains. En effet, l'explosion de l'Intifada d'Al-Aqsa en septembre de la même année a placé la Palestine face à une confrontation globale avec l'occupation. Le martyr Soleimani a activement suivi cette phase à travers des réunions successives avec les forces de la résistance. Les opérations de transfert d'armes vers la bande de Gaza et la Cisjordanie se sont intensifiées par voie terrestre et maritime, et l'une des cargaisons a été interceptée à bord du navire Karina A. Des formations militaires spécialisées ont également été dispensées aux combattants palestiniens en Iran, et l'expertise de la fabrication d'engins explosifs a été transmise à l'intérieur occupé par le biais de vidéos éducatives, ainsi que d'autres contributions qui n'ont pas été largement divulguées pour des raisons de sécurité. Après la libération de la bande de Gaza en 2005, le soutien à la résistance dans la Bande s'est renforcé grâce à plusieurs voies et a connu des avancées qualitatives ces dernières années, permettant à la résistance palestinienne de produire une quantité importante d'armes et de munitions, contribuant ainsi grandement à atteindre une certaine autosuffisance dans certains domaines et à surmonter les efforts de l'ennemi et de ses alliés visant à bloquer la résistance.

Les tunnels construits par la résistance palestinienne sous la bande de Gaza sont l'une des merveilles les plus marquantes de la résistance à Gaza. Il ne fait aucun doute que c'est une histoire qui mérite d'être étudiée et racontée, en examinant comment ils ont été construits, comment ils ont été cachés aux yeux de l'ennemi pendant longtemps, comment ils ont été utilisés pendant les combats, et comment ils ont été utilisés pour frapper l'armée ennemie pendant l'opération Déluge d'Al-Aqsa et lors de son offensive terrestre sur la bande.

Nous ne connaissons que peu de choses sur ce prodige devenu légendaire dans l'esprit de l'ennemi avant l'ami, mais de nombreux leaders de la résistance palestinienne ont parlé, lors de diverses occasions avant le Déluge, de l'origine de l'idée de construction des tunnels.

Ahmed Abdel Hadi, représentant du mouvement Hamas au Liban, a expliqué lors d'un séminaire à l'Institut des études internationales à Beyrouth le 8 janvier 2020, quelques jours après l'assassinat du général Soleimani, que «l'idée des tunnels est venue de deux personnes : le martyr commandant Imad Moghnieh et le martyr hajj Qassem Soleimani». Il a ajouté que Soleimani «est allé à Gaza plus d'une fois et a contribué et participé au plan de défense qui a été élaboré au cours de la période précédente», selon ses dires.

Dans ce sens, Mansour Haqiqatpour, l'ancien assistant du général Soleimani, a déclaré dans une interview exclusive avec le site Al Jazeera Net que l'axe de la résistance avait planifié avec la résistance palestinienne la construction de plus de 400 kilomètres de tunnels sous une zone de terre d'une superficie n'excédant pas 40 kilomètres carrés. Il a assuré qu'il n'y avait pas lieu de craindre pour les tunnels de Gaza, car ceux qui les ont conçus ont pris en compte divers scénarios possibles, tels que inonder les tunnels d'eau, injecter des gaz toxiques ou faire exploser certaines parties. Il a également exprimé sa conviction que l'ennemi était «incapable de les inonder complètement d'eau, car ils ont été construits en parties distinctes et ne constituent pas un réseau unifié».

Plusieurs témoignages concordent pour dire que le martyr Soleimani, en tant que commandant de la Force Al-Qods qui coordonne avec les factions de la résistance palestinienne, a joué un rôle clé dans la préparation et le renforcement des capacités de la résistance en termes d'armement. Yahya Sinwar, le chef du mouvement Hamas dans la bande de Gaza, a révélé lors d'une conférence de presse le 28 août 2017 que l'Iran était «le plus grand soutien en armes, en argent et en formation pour les brigades Al-Qassam», qualifiant le soutien militaire iranien au Hamas de «stratégique» et affirmant que la résistance palestinienne «accumule et développe sa force militaire qui a doublé pour la libération de la Palestine et le retour des réfugiés». Lors d'une autre interview le 9 janvier 2020, Sinwar a souligné le rôle de l'Iran et de Soleimani dans la construction de la puissance militaire de la résistance depuis les années 1990 jusqu'à aujourd'hui, affirmant que le soutien fourni par la République islamique était «idéologique et basé sur des principes, motivé par un grand amour pour la Palestine et son peuple», ajoutant que «même en période de sanctions et de crise, leur soutien n'a jamais cessé... par exemple, en 2015, ils ont donné des dizaines de millions de dollars pour la fabrication militaire». Cela confirme que le soutien iranien illimité est fondé sur une conviction principielle et non sur une vision opportuniste, contrairement à ce que prétend constamment la propagande.

Les capacités de la résistance en matière de missiles se sont rapidement développées, passant de missiles à courte portée capables de frapper les colonies proches de Gaza à des missiles capables d'atteindre «Tel Aviv», Al-Qods au-delà. Cela a permis d'établir un équilibre de terreur face aux agressions sionistes contre le territoire.

Il est évident, à partir de ces divers témoignages, que le martyr Soleimani n'a pas limité son soutien à une seule faction de la résistance en Palestine. Au contraire, il a travaillé avec les forces de résistance de la région sur différents fronts pour les aider à atteindre un niveau de résistance et de victoire face à tout affrontement avec l'ennemi. Le soutien au Hezbollah, aux Brigades al-Qassam et d'autres factions de la résistance a été coordonné à travers une chambre de sécurité conjointe, composée d'officiers de renseignement du Hamas, du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution. Cette chambre a joué un rôle important en fournissant des informations de renseignement pendant la guerre de l'Épée d’Al-Qods en mai 2021.

Le martyr Soleimani était connu pour sa piété et son esprit combatif. Il se rendait sur le terrain, interagissait avec les combattants et communiquait avec les hauts responsables partout où il se trouvait, dans le but de renforcer la résistance et de remporter la victoire sur l'ennemi. Le soutien du martyr Soleimani à la résistance en Palestine ne se limitait pas à l'aspect militaire, mais englobait également une dimension spirituelle et morale.

Il est important de souligner que le soutien de l'Iran à la résistance palestinienne ne se limite pas à Soleimani. Il est profondément enraciné dans une conviction idéologique et principielle en faveur de la Palestine et de son peuple. L'Iran a continuellement fourni un soutien financier, des armes et une formation militaire, même pendant les périodes de sanctions et de crises. Cette aide a contribué à renforcer les capacités de résistance de la Palestine, notamment en termes de développement de missiles et de construction de tunnels.

En conclusion, le martyr Soleimani a joué un rôle clé dans le renforcement des capacités de la résistance en Palestine. Son engagement envers la cause palestinienne, son soutien aux factions de la résistance et sa coordination avec d'autres forces régionales ont contribué à élever le niveau de la résistance et à préparer les conditions pour la victoire face à l'ennemi.

 

Comments

//