noscript

Please Wait...

Les femmes iraniennes sont les «précieuses» de la République islamique

Les femmes iraniennes sont les «précieuses» de la République islamique
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Il y a environ 13 ans, une Iranienne du nom de Neda Agha Sultan a été abattue lors d'une manifestation en Iran.

A cette époque, une personne qu'on disait être son «mari» s'est précipitée pour la filmer dans une «vidéo» alors qu'elle mourait, afin d'exploiter l'affaire et de pointer du doigt la République islamique.

Après un certain temps, cette personne («le mari») s'est rendue en «Israël» pour qu’on découvre que l'affaire était planifiée dans le but de ternir l'image de la République, de l'accuser de meurtre et d’oppression.

Il s’est également avéré plus tard que la main de la CIA n'était pas loin de ce crime, comme en témoigne le fait que la balle mortelle n'était pas de fabrication iranienne, et comme en témoigne la présence de caméras capturant l'intégralité de l'événement, même s'il n'y avait pas grande foule sur place et malgré le fait que Neda elle-même n'était pas impliquée dans les manifestations.

Chercher à déformer l'image de l’Etat iranien et à créer une opinion publique qui lui est hostile a incité de nombreux pays à exploiter cet incident. Des clips vidéo de la victime ont été diffusés sur YouTube pour que des millions de personnes puissent les observer.

De surcroît, un film documentaire «Pour Neda» a été produit par Anthony Thomas en 2010, qui considère Neda comme un symbole et une preuve de «l’oppression pratiquée par le pouvoir en Iran», comme l'exprime le film.

L'histoire de Neda en 2009 revient vite dans les mémoires aujourd'hui avec l'exploitation de l'histoire du meurtre de Mahsa Amini en septembre dernier.

Le même scénario s'est répété en exploitation de la femme. De nombreuses campagnes ont été lancées contre la République islamique, qui a été qualifiée dans les termes les plus laids, en des positions injustes et hostiles.

Selon la médecine légiste iranienne, la cause de la mort de Amini était un accident vasculaire cérébral qui a empêché l'oxygène d'atteindre les cellules cérébrales. Elle souffrait à l'origine d'insuffisance coronarienne à la suite d'une opération au cerveau qu'elle a subie dans son enfance et n’est pas décédée, comme on l'a allégué, des suites d'une blessure qu'elle a reçue à la tête ou sur tout autre de ses membres.

En conséquence, il existe une similitude entre l'histoire de Neda et de Mahsa, bien qu'à des moments différents. Il y a ceux qui attendent des opportunités et préparent des événements dans le cadre d'une grande stratégie élaborée pour lancer des campagnes contre l'Iran, à partir d’affaires relatives aux femmes. Une question se pose :

Pourquoi la femme ? La réponse est assez simple, car quiconque examine l'environnement de la société iranienne trouve l'espace et la grande place qui est donnée aux femmes. Les Iraniens sont très «sensibles» aux femmes, qui constituent une ligne rouge pour eux.

Dans chaque famille iranienne, les femmes occupent une place très importante. En conséquence, on tente d’infiltrer la scène iranienne par l’intermédiaire d’affaires concernant les femmes. De nombreuses tentatives sont faites pour sonner l'alarme et influencer le peuple iranien à partir de ce point.

Ce n'est un secret pour personne que si l'histoire de Mahsa n'avait pas eu lieu, ainsi que celle de Neda, les pays étrangers et les conspirateurs à l'intérieur auraient créé de nombreux scénarios alternatifs pour déclencher les protestations, suite auxquelles de nombreuses armes sont entrées à l'intérieur de l'Iran, ce qui a conduit à la tombée de martyrs innocents à Shiraz et Izeh au Khouzistan, où des innocents ont été tués, y compris des femmes et des enfants. L'ironie est que ceux qui ont condamné la mort de Mahsa et Neda n'ont pas prononcé un seul mot de condamnation contre les assassins de ces martyrs.

Face à cette réalité, certains se demandent : pourquoi les campagnes médiatiques contre l'Iran reviennent-elles aujourd'hui ? La réponse semble claire dans les propos du grand ayatollah, l'imam Sayed Ali Khamenei, qui souligne que l'Iran a fait de très grandes réalisations, et qu'il passe aujourd'hui d'une étape à l'autre. Par conséquent, l'Iran aujourd'hui, malgré les sanctions, semble être au sommet du développement dans tous les domaines. La République islamique les «terrifie» parce qu'elle a introduit un nouveau modèle de vie dans le monde.

L'Occident craint que ce modèle islamique ne se répande et ne circule en raison des succès qu'il a obtenus. Plusieurs pays considèrent l'idéologie de la révolution islamique comme un "crime" et une menace pour leurs intérêts, comme en témoignent le blocus et les sanctions qui durent depuis 43 ans. A la tête de ces pays se trouvent les États-Unis, l'Arabie Saoudite, et l'entité sioniste, qui est certaine qu'il est impossible pour l'Iran d'abandonner la Palestine. C’est la cause des combats menés contre l’Iran.

Ce n'est un secret pour personne que l'Occident et l'Arabie saoudite ont aidé plus de 20 pays à acquérir des terres iraniennes. La question des cinq provinces - que le régime de Saddam Hussein tentait de contrôler - est toujours d'actualité, mais les Iraniens ont réussi à les récupérer. Le soutien occidental à l'époque au régime de Saddam Hussein lors de la première guerre du Golfe est la meilleure preuve de l'hostilité à la République islamique.

La France a alors fourni à l'Irak des avions de combat «Mirage». L'Allemagne a fourni à l'ancien régime des dispositifs chimiques et les Britanniques ont fourni une aide financière. Tout cela pour soutenir Saddam Hussein face à l'Iran. A ce jour, ces pays se prétendent démocratiques et commettent des violations pour saboter la réalité iranienne, sous des prétextes futiles qui n'ont rien à voir avec la vérité, comme la dictature et autres, sachant qu'il ne se passe pas une année en Iran sans élections.

Il ne fait aucun doute que l'Iran est habitué aux actes terroristes et hostiles à son encontre. Dans les premières années après la révolution, de nombreux incidents terroristes ont eu lieu, au cours desquels environ 15. 000 femmes, hommes et enfants sont tombés martyrs. A cette époque, pas un seul mot de condamnation n'a été émis par les pays qui se prétendent démocratiques, ni par l'ONU, ni par l'Occident. Au contraire, ces pays offraient des récompenses aux terroristes. L'Albanie aujourd'hui, par exemple, est un centre majeur pour les hypocrites du mouvement Khalq, ainsi que la France et l'Allemagne.

A la lumière de ce qui se passe aujourd'hui et du scénario qui se répète, la République islamique ne semble pas surprise. Il est certain que les attaques à son encontre se multiplieront et que les tentatives pour ternir son image s'intensifieront. Tout comme il est certain que toutes les tentatives échoueront. Les tentatives d'infiltrer la scène iranienne par la porte des femmes et d'accuser le régime iranien de les opprimer ne sont rien d'autre que des fabrications, réfutées par les chiffres qui prouvent la présence massive et active des femmes dans tous les domaines iraniens.

Ces chiffres montrent clairement que les femmes sont les "chères" de la République islamique, loin de toutes les nouvelles et informations fabriquées pour falsifier et cautériser la conscience conformément à la stratégie ouest-arabo-israélienne d'assiéger l'Iran.

Une étude rapide de ces chiffres montre ce qui suit :

Soutien femmes dans le domaine et les systèmes législatifs :

- Les principes 20, 21, 28 de la Constitution, les articles 38, 75 à 78 de la loi sur le travail, l'article 67 de la loi sur la sécurité sociale, les articles 83 et 90 de la Charte des droits du citoyen et la loi sur l'organisation et le soutien des emplois domestiques sont parmi les lois les plus importantes qui protègent les droits des femmes sur le lieu de travail.

- Adoption d'articles spécifiques dans la Constitution pour protéger les droits des femmes et prévenir la discrimination à leur encontre, y compris le paragraphe 14 de l'article 3 de la Constitution, qui met l'accent sur la garantie de droits complets pour tous les individus (hommes et femmes), créant une sécurité judiciaire équitable pour tous, et la réalisation de l'égalité générale devant la loi, en plus des articles 20 et 21, qui affirment l'égalité de tous devant la loi et le devoir du gouvernement de garantir les droits des femmes dans tous les domaines.

- Adoption d'une loi visant à réduire les heures de travail des femmes qui travaillent dans des circonstances particulières, y compris les femmes handicapées ou celles qui ont un enfant ou un mari malade et handicapé, ainsi que les femmes qui ont des enfants de moins de 6 ans, et dans ce contexte, il vient que les cheffes de famille peuvent travailler trente-six heures par semaine mais perçoivent le plein salaire sur une base de quarante-quatre heures.

- Approbation par le gouvernement en 2021 d’une décision pour augmenter ultérieurement le congé de maternité pour les femmes travaillant dans les secteurs public et non gouvernemental de 6 mois à 9 mois avec des paiements de salaire et d'avantages sociaux, et pour aider les pères à participer plus activement à la garde des enfants, car les pères bénéficient également de 14 jours de partir à la naissance de leur enfant.

- L'élaboration d'un projet de loi criminalisant toutes les formes de violence à l'égard des femmes dans tous les domaines familiaux et sociaux, sous le titre «Préserver la dignité de la femme et la protéger de la violence», actuellement examiné par le Parlement.

Approbation du dispositif d'aide à la sécurisation du logement des femmes cheffes de famille nécessitant une aide financière (approuvé au gouvernement en 2021).

-Soutien des femmes dans l’administration et la prise de décision :

Le pourcentage d'embauche de femmes directrices dans les gouvernorats a augmenté de 89,8 % au cours des trois dernières années.

- Assumer le poste de Vice-Président de la République chargé des affaires de la Femme et de la Famille.

 Les femmes ont remporté 111 sièges à l'Assemblée consultative islamique (Choura) en 11 sessions.

- Le Conseil Consultatif Islamique comprenait 6 femmes députées lors de la onzième session du conseil (1398-1402).

50% des postes administratifs au Ministère de la Santé sont occupés par des femmes.

Le pourcentage de femmes travaillant dans le gouvernement est passé de 34,64 % en 2009 à 41,67 % en 2018, indiquant une tendance à la hausse de la présence des femmes dans les emplois gouvernementaux.

-Approbation de l'article 101 du sixième plan quinquennal de développement concernant les tâches des organes exécutifs concernant la participation des femmes à la prise de décision et à la gestion comme l'un des indicateurs de la justice de genre.

- 14 partis ont été créés par des femmes à ce jour et ont obtenu des licences d'activité. Le nombre de femmes membres des partis et groupements politiques est supérieur à 15 000.

Il y a 1.121 femmes juges travaillant dans le système judiciaire. Le pourcentage de femmes juges occupant des postes judiciaires a augmenté de 3 % par an de 2011 à 2017, et le nombre de femmes juges est passé de 33 avant la révolution à 1. 121 ces dernières années.

Il y a actuellement 4 femmes ambassadrices, 3 maires, 62 sous-gouverneurs, 15 sous-gouverneurs, 2 393 femmes moukhtars et 1 116 femmes juges.

Dans le domaine exécutif : l'autonomisation des femmes

- Plus de 4000 femmes d'affaires actives dans le pays et 20% de centres d'entreprenariat.

- Création de 2403 opportunités d'emploi par des femmes d'affaires.

- Création de 250 entreprises spécialisées dans le développement scientifique par les femmes.

- Mise en place des centres permanents pour sécuriser et vendre les produits fabriqués par les femmes.

- Établir un centre pour la croissance et l'accélération des entreprises féminines et le développement de l'entrepreneuriat féminin.

- Soutenir la création d'emplois dans le domaine des coopératives rurales féminines.

Les femmes produisent actuellement 40% des produits agricoles et 80% des tapis tissés à la main, et 75% de l'artisanat.

Soutien des femmes dans le sport :

L'ouverture de la Women's Sports Radio comme un nouveau développement dans le domaine des sports féminins et des médias nationaux.

-Le nombre de fédérations sportives féminines est passé de une en 1979 à 49 en 2018.

-Il existe 273 spécialisations sportives actives pour les femmes dans tout le pays.

Il y a 164 spécialisations avec une licence pour participer à des événements internationaux pour les femmes.

-La présence d'arbitres nationales et internationales dans divers domaines sportifs a augmenté de 25% par rapport aux quarante dernières années.

-Obtention de dizaines de médailles dans des compétitions internationales d'or, d'argent et de bronze

Les joueuses ont remporté 3.302 médailles lors des récents événements internationaux

Soutien des femmes dans le domaine de la culture et de l'éducation :

- 40% des directeurs responsables des publications sont des femmes, et on compte au moins 25 publications féminines et 1 051 éditrices

- Accroître l'accès des femmes à l'éducation dans 784 domaines techniques et d'ingénierie.

- Le nombre de lauréats dans les festivals d'art internationaux est de 128 femmes.

- Gagner 114 prix nationaux et 128 prix internationaux de festivals importants pour les femmes cinéastes.

Les femmes représentent 56 % des étudiants dans les universités publiques.

- Les femmes représentent 34% du personnel enseignant des universités de sciences médicales du pays

- Participation de cinéastes et actrices féminines à 45 festivals internationaux, titrées Présidentes du Jury

- L'alphabétisation des femmes et des filles est de 99,30 %.

Soutien de femmes dans le domaine de l'environnement :

- La présidence de «l'Autorité de l'Environnement» en quatre mandats par des femmes.

- Attribuer un quart de l'ensemble des postes de gestion de l'environnement du pays aux femmes.

- Les femmes représentent 40% des représentants de l'Agence de l'environnement.

Soutien des femmes dans le domaine de la santé et du traitement :

- Augmenter le nombre de femmes médecins spécialisées de 597 à 30 000 femmes d'ici 2016.

- Les femmes représentent 40 % des médecins spécialistes et 30 % des médecins non spécialistes.

- Augmenter le nombre de femmes médecins en « médecine générale » de 3 500 en 1977 à 60 000 en 2016.

- Accroître la couverture de l'accouchement à plus de 98 % d'ici 2016.

- Augmenter l'espérance de vie des femmes de 56,2 ans en 1976 à 79,4 ans en 2018.

Les chiffres susmentionnés réfutent par des preuves probantes toutes les histoires de fabrication qui sont ourdies contre la République islamique d'Iran, et ces chiffres "étonnent" sans aucun doute l'ami avant l'ennemi en termes de statut que l'Iran accorde aux femmes. En effet, la femme est la «chère» et la «précieuse» de la République islamique.

Comments

//