noscript

Please Wait...

Le responsable des relations internationales au sein du Hezbollah: Pas de boycott diplomatique à notre égard

Le responsable des relations internationales au sein du Hezbollah: Pas de boycott diplomatique à notre égard
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Entre le Hezbollah en 1982 et le Hezbollah en 2022, 40 ans de réussite, d’exploits et de développement se sont écoulés. De fait, la puissance militaire de la résistance et sa performance politique sur la scène locale, ont fourni un modèle que les forces régionales et internationales ne peuvent ignorer. A l’heure actuelle, les représentants des pays se rendent dans la Banlieue sud et tiennent à maintenir de bonnes relations avec le Hezbollah.

Le responsable des relations internationales et arabes au sein du Hezbollah, sayyed Ammar Moussaoui, explique à Al-Ahed les contacts des représentants des pays étrangers avec le parti.

Moussaoui a affirmé qu’il n’y a point de boycott diplomatique à l’égard du Hezbollah, notant que la communication avec le parti se déroule sur toutes les affaires et les dossiers, sans exception.

Ci-dessous le texte de l’interview :

Le spectacle dans la région suscite-t-il l’optimisme ou bien les faits de se compliquent à la lumière notamment de la poursuite de l’opération militaire russe en Ukraine?

Nous pouvons dire que la gravité des crises dans la région recule, dans l’intérêt de la bataille centrale en Ukraine. La décision américaine et occidentale consiste à concentrer la confrontation avec la Russie comme une priorité. Pour ces raisons, nous pouvons percevoir des efforts pour geler les autres crises, notamment celles de la région, dont la gravité est en régression.

Jugez-vous que les évènements successifs en Palestine connotent l’avancée de la résistance et de son axe face à l’Israélien? Et comment percevez-vous la période qui suivra les élections de la Knesset, en cas du retour du Likoud au pouvoir?

La cause palestinienne demeure la cause centrale. Elle est marquée par l’escalade, selon les méthodes d’agression adoptées par l’ennemi. Par contre, on note la décision des factions de la résistance palestinienne et du peuple palestinien de riposter à la menace par le défi et la constance, comme le montre les développements en Cisjordanie.

Peu importe qui remportera les élections à la Knesset, je ne pense pas qu'il y aura un changement sur la scène israélienne en termes de traitement du dossier palestinien, que ce soit en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza. Quel que soit le prochain gouvernement de l'entité de l'ennemi qui soit de droite ou du centre, la position israélienne est la même au niveau du rejet des droits des Palestiniens, à commencer par la question du rejet de la solution à deux États selon ce qui a circulé, quelle que soit notre point de vue fondé sur la nécessité pour toute la Palestine de revenir au peuple palestinien.

De retour aux dossiers que vous suivez, comment expliquez-vous la communication qui se poursuit avec le Hezbollah de la part des Européens, en dépit de l’inscription du parti à la liste du terrorisme?

Les sanctions imposées par l'Union européenne contre le Hezbollah, selon eux, n'affectaient que la branche militaire, et ils nous en avaient informés à l'époque et que cette question n'affecterait pas la communication politique. Quant à nous, nous leur avons dit que le Hezbollah est un corps uni et il n'y a pas de distinction entre une aile militaire et une aile politique. La communication existe malgré cette classification, étant donné que le Hezbollah est une composante et un acteur majeur non seulement au niveau local. Par conséquent, quiconque boycotte le Hezbollah prend la décision préalable de s’absenter d'une partie de la scène locale et régionale.

La communication avec les représentants des pays arabes et étrangers est-elle quotidienne? Et comment est-elle qualifiée?

La communication existe dans tous les cas et dossiers sans exception. Elle n'est pas à 100% normale mais il n'y a ni rupture ni interruption.

La plupart des représentants de ces pays sont toujours désireux d'éviter d'annoncer les réunions afin d'éviter l'embarras. Nous sommes conscients que certains de ces pays sont soumis à des pressions américaines et israéliennes pour couper toute forme de communication avec le Hezbollah. D'autre part, les Français disent publiquement que «nous maintenons un contact constant avec le Hezbollah pour coopérer sur les questions libanaises, et nous nous soucions de l'intérêt du Liban ».

Qui sont les pays européens qui ne sont pas embarrassés dans l’annonce de la communication avec le Hezbollah?

Il y a un bon nombre de pays qui n'y voient pas de problème, et il y a des pays qui préfèrent une communication sans l’annoncer, même au niveau politique ou diplomatique. Certains pays suggèrent d'autres types de communication à caractère sécuritaire pour tenter de dire qu'ils ne parlent pas au Hezbollah, mais nous rejetons cela et insistons pour que la communication se fasse au niveau politique ou diplomatique.

Si l'on veut s'arrêter aux développements récents les plus saillants au niveau diplomatique au Liban, avez-vous été invité au dîner à l'Ambassade de Suisse à Beyrouth ? Dans quel cadre peut-il être placé ? Et pourquoi on l’a fait échoué ?

Nous étions au courant de l’organisation de ce dîner. On nous a demandé d’envoyer un représentant du Hezbollah. Le député Ali Fayyad a été choisi pour assister au diner.

Ce n'est pas la première tentative suisse. Le gouvernement suisse a déjà parrainé ou soutenu directement des dialogues, que ce soit à Beyrouth ou à Genève. La décision sur ce dialogue a été prise par l'une des institutions de la société civile (l'Organisation du Centre de dialogue humanitaire), mais sous les auspices du ministère suisse des Affaires étrangères. Ils nous ont contactés et cela ne nous dérangeait pas. Nous considérons que toutes les occasions de dialogue sont importantes et nécessaires, c'est pourquoi nous avons répondu.

Pourquoi le dialogue a-t-il échoué ? D'après ce que nous a dit la partie suisse qu'elle est en train de préparer ce dialogue, elle a mis tout le monde au courant de ses efforts, y compris les Américains, les Français et les Saoudiens, et elle a reçu des encouragements de toutes les parties, et que ce le dialogue ne se substitue pas à d'autres voies ou ententes, mais ils ont été surpris, selon ce qu'ils nous ont dit, du processus de contrecarrer ce processus, notamment par les Saoudiens.

Ce diner a été annulé ou reporté ?

Nous n'avons pas de données définitives, mais les responsables suisses ont exprimé leur adhésion à cette étape et qu'ils créeront une atmosphère propice à la prochaine étape.

Concernant les activités des ambassadeurs, on remarque les mouvements de l’ambassadeur saoudien, dans le contexte des élections présidentielles. Comment commentez-vous cette action en comparaison avec les activités des autres diplomates à Beyrouth?

L’échéance de la présidentielle ou toutes autres échéance constitutionnelle doit être un produit national en ouvrant les portes du dialogue et de l’entente entre les Libanais, et il ne doit y avoir aucune forme d'ingérence étrangère de la part de certains pays ou de leurs représentants. S’il y a ingérence, elle doit être positive pour exhorter les Libanais au dialogue. Il y a des rôles négatifs, dont le rôle saoudien, qui compliquent les faits sur la scène électorale présidentielle.

En effet, aucune des deux parties n'a la capacité d'imposer son point de vue. Il n'y a pas de majorité au Parlement, comme nous l'avons dit plus tôt. Les Libanais ont besoin de dialogues et de s'asseoir ensemble pour trouver des solutions.

Quelle est la position internationale à propos de la présidentielle?

Jusqu'à présent, la position internationale oscille entre passivité et manque de profondeur. C'est toujours une approche formelle, pas sérieuse.

L'ambassadrice de France, Anne Grillo, a récemment rendu visite au chef du bloc Fidelité à la Résistance, le député Mohammad Raad, quel fut le climat de cette visite ? Et quel est son but ? Sommes-nous face à une nouvelle étape dans la relation avec les Français, ou s'agit-il de la poursuite d'un parcours antérieur ?

La communication est en cours, deux semaines avant cette visite j'avais rencontré l'ambassadrice de France, et ce dialogue se poursuit. Il y a une sorte d'entente pour poursuivre le dialogue au profit du pays, et nous traitons toujours positivement toutes les étapes. Mais jusqu'à présent, il n'y a pas d'initiative spécifique.

Les Français exhortent à profiter du temps restant du mandat du président Michel Aoun pour tenter d'avancer sur la voie de l'élection d'un président et éviter de tomber dans le vide. Nous sommes également d'accord avec les Français sur la nécessité d'un gouvernement à pleines prérogatives en cas de vide. Les Français ont également intervenus dans médiation en ce qui concerne la  démarcation des frontières maritimes, et ils ont exprimé leur soutien pour parvenir à un accord qui préserve les droits du Liban.

Comment décrire le mouvement des diplomates vers le parti, notamment récemment à propos des négociations frontalières? Avez-vous reçu des messages de pays concernant cette question et la confrontation avec «Israël» ?

De nombreuses parties craignaient que les faits ne dégénèrent en confrontation et que ce qu'elles considéraient comme une «opportunité historique» ne soit perdue. En tout cas, nous tenons à dire que ce qui a créé cette «opportunité», c'est le besoin du monde et de l'Occident d'une alternative à l'approvisionnement énergétique russe, en plus des messages décisifs lancés par la résistance sous le titre : si le Liban n'a pas le droit de profiter et d’extraire ses ressources, nous ne permettrons pas aux autres d’extraite ce qu'ils appellent leurs richesses, et ce que nous considérons comme des droits palestiniens usurpés.

C'est ce qui a créé «l'opportunité» pour le Liban, surtout après que 10 ans se sont écoulés sans aucune perspective d'obtenir ses droits. La résistance a dit son mot et qu'elle n'interfère pas en ce qui concerne les frontières, c'est à l'État de décider. Nous soutenons l'État en soutenant la position du Liban et en empêchant «Israël» et les Américains d’imposer leurs conditions à l’État.

Que dit-on de la communication avec les Qataris, notamment que le Qatar a exprimé son désir de participer aux opérations d'exploration pétrolière dans les eaux libanaises, et a lancé un projet et une plateforme d'emploi pour les Libanais en coopération avec le ministère libanais du Travail ?

Chaque partie peut jouer un rôle positif dans l'intérêt du Liban, en particulier les frères et amis, nous nous en félicitons. Après le retrait de la société russe «Novatek», qui faisait partie du «consortium» international d'exploration, il est question de remplacer la société russe par la société qatarie. Pour nous, nous ne trouvons aucune objection à cela, mais le plafond de toutes ces questions tient compte de l'intérêt du Liban et que le Trésor libanais ne perde pas les revenus attendus.

Nous accueillons les frères et amis du Liban, en particulier les pays qui agissent objectivement et sans malveillance, diktats et menaces. La position du Golfe sur le Liban n'est pas exprimée avec précision par l'Arabie saoudite. Apparemment, de nombreux pays du Golfe sont solidaires avec l'Arabie saoudite dans leur position sur le Liban, mais dans les coulisses, ils disent que notre véritable position n'est pas telle qu'elle apparaît en public.

En avez-vous été informé ?

Oui, par plusieurs parties.

À partir de là, nous demandons : comment décrivez-vous la relation du Hezbollah avec l'environnement arabe ou les pays arabes, y compris les États du Golfe aujourd'hui ?

L'Arabie saoudite, par sa pression sur d'autres pays, essaie de montrer une position arabe ou du Golfe biaisée envers les Libanais mais sont différents. Le Liban a la possibilité de traiter avec les États du Golfe sur la base d'intérêts bilatéraux, et tous les États du Golfe ne doivent pas être dirigés aveuglément par les désirs saoudiens.

Comment se passent les relations avec la Russie et la Chine?

La relation est ancienne, étroite et bonne, et nous communiquons et nous nous consultons régulièrement et échangeons des points de vue sur toutes les questions internationales et régionales. Nous croyons en la nécessité pour le Liban de diversifier ses options en matière de relations, et c'est son droit. L'appel à se tourner vers l'Est, lancé le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, s'inscrit dans ce contexte. Bien sûr, ce ne sera pas au détriment des relations traditionnelles du Liban, mais c'est dans le but de diversifier les options. Nous assistons aujourd'hui à un changement majeur dans les rapports de forces internationaux. Il y a des économies qui prospèrent et qui n'étaient pas comme ça il y a 20 ans, et cela devient clair lorsque nous parlons de groupes tels que «l'Organisation de Shanghai» en tant que grand groupement économique, et de la Chine en tant que deuxième plus grande économie du monde, et de pays avec d'énormes réserves de richesses. Ce fait place les Libanais devant le fait que l'intérêt des Libanais et de leur pays réside dans la diversification de la coopération dans les domaines économiques. Il y a une part de responsabilité liée à la nature de la performance de certains responsables libanais dont les positions et la performance n'expriment pas le véritable intérêt du Liban, qui exige qu'il coopère avec tout le monde, à l'est, à l'ouest, au nord et au sud, bien sûr, avec l'exception de l'ennemi sioniste.

Nous sommes aujourd'hui face à une opportunité qu'il faut saisir, surtout au regard de la présence d'offres attractives et faciles pour le Liban, sans que cela implique de fermer les portes de la coopération traditionnelle.

On se plaint constamment que le Liban, à travers ses relations avec les pays arabes ou européens, n'a pas pu obtenir le droit de réciprocité, surtout au niveau de l'économie. Le Liban a toujours été dans la position la plus faible dans les accords économiques avec ces pays. Nous ne bénéficions pas du principe de réciprocité. Le Liban importe l'essentiel de ses besoins de l'étranger, et lorsqu'il veut exporter ses produits, il se heurte par exemple à un obstacle et au cahier des charges, et c'est la façade de la politique dite de protectionnisme (protection du produit national). Au fait, est-il concevable que le Liban, le pays des pommes, importe des pommes de l'étranger ?

Comments

//