noscript

Please Wait...

Plus de 16000 Palestiniennes emprisonnées depuis 1967

Plus de 16000 Palestiniennes emprisonnées depuis 1967
folder_openPalestine access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Selon les derniers chiffres, le régime israélien a arrêté plus de 16 000 femmes palestiniennes depuis 1967, alors que des organisations de défense des droits mettent en garde contre les conditions inhumaines des femmes détenues dans les prisons israéliennes.

Le Club des prisonniers palestiniens (CPP) a fait cette révélation dans un rapport publié samedi par Addameer, une ONG palestinienne qui surveille le traitement des prisonniers palestiniens et offre un soutien juridique.

«Israël a arrêté plus de 16 000 femmes palestiniennes depuis 1967», indique le rapport, ajoutant que de multiples organisations de défense des droits de l'homme ont documenté les traitements cruels et dégradants auxquels sont soumises les femmes palestiniennes détenues par «Israël», notamment la torture, la dégradation sexuelle, le refus des visites familiales, l'isolement cellulaire, les soins médicaux insuffisants ou inexistants et le manque d'éducation.

L'ONG palestinienne a également signalé que 32 femmes palestiniennes croupissent actuellement dans les prisons d'occupation israéliennes de Damon et Hasharon.

«Les murs sont très froids, la majorité des pièces mal ventilées, humides et infestées d'insectes», a déclaré Nisreen Abu Kmail, une ancienne prisonnière de Damon. «Le bâtiment est vieux, beaucoup de portes sont rouillées à cause de l'humidité. Il n'y a pas de chaises dans les chambres, et l'administration pénitentiaire empêche les femmes de couvrir le sol avec des couvertures.»

L'ancienne prisonnière palestinienne a expliqué à Addameer que les lits étaient des lits superposés et que parfois les femmes en tombaient, subissant des fractures ou des os cassés qui étaient ignorés ou insuffisamment traités.

Nisreen a souligné qu'elle avait enduré «un enfer» à l'intérieur de Damon.

Le rapport cite également le cas d'une mère palestinienne gravement brûlée, Israa Jabbis.

Les forces israéliennes ont accusé Israa de «tentative de meurtre». Aucune preuve n'a cependant été présentée. Elle a besoin de soins médicaux d'urgence car elle souffre de brûlures du deuxième ou du troisième degré sur 60 % de son corps. Huit de ses doigts ont fondu à cause des brûlures.

Malgré son état de santé et sa souffrance, le personnel de la prison ne lui fournit pas les soins médicaux nécessaires pour traiter son traumatisme et on la laisse délibérément souffrir de négligence médicale.

En 2017, un tribunal israélien a condamné Israa à onze ans de prison pour n'avoir littéralement rien fait.

Le rapport ajoute que dix autres mères palestiniennes qui ont donné naissance à leur bébé alors qu'elles étaient détenues subissent également des épreuves extrêmes dans la prison de Damon.

Le fait d'être privées de visites familiales, de ne pas être autorisées à être avec leur conjoint pendant l'accouchement et d'être séparées de leur bébé après la naissance font partie des difficultés auxquelles les mères palestiniennes sont confrontées dans les prisons israéliennes.

Une «tactique en faillite»

Plus de 7 000 prisonniers palestiniens sont actuellement détenus dans quelque 17 prisons israéliennes. Des centaines de détenus, dont des femmes et des mineurs, sont placés en détention administrative. Les groupes de défense des droits décrivent l'utilisation de ce système de détention par «Israël» comme une «tactique en faillite» et demandent depuis longtemps à «Israël» de mettre fin à cette pratique.

Dans le cadre de la détention administrative, «Israël» maintient des Palestiniens sans inculpation pendant une période pouvant aller jusqu'à six mois, une période qui peut être prolongée à l'infini. Les femmes et les mineurs font également partie de ces détenus.

La détention a lieu sur ordre d'un commandant militaire et sur la base que le régime israélien prétend avoir des preuves «secrètes». Certains prisonniers ont été maintenus en détention administrative pendant une période allant jusqu'à 11 ans.

Les Palestiniens et les groupes de défense des droits de l'homme affirment que la «détention administrative» viole le droit à une procédure régulière puisque les preuves ne sont pas communiquées aux prisonniers alors qu'ils sont détenus pendant de longues périodes sans être inculpés, jugés ou condamnés.

Les prisonniers ont également été soumis à une torture, un harcèlement et une répression systématiques tout au long des années d'occupation des territoires palestiniens par «Israël».

Les détenus palestiniens ont continuellement eu recours à des grèves de la faim illimitées pour exprimer leur indignation.

Les groupes de résistance palestiniens et plusieurs factions politiques ont mis en garde «Israël» contre toute atteinte et mise en danger de la vie des prisonniers.

Comments

//