noscript

Please Wait...

Les drones du Hezbollah de «Mersad» à «Hassan», survol de la Palestine et de la Méditerranée

Les drones du Hezbollah de «Mersad» à «Hassan», survol de la Palestine et de la Méditerranée
folder_openRapports access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Avec le début du projet «Force de l’Air» de la Résistance islamique à la fin des années quatre-vingt, ce projet entouré d'un haut degré de secret et de sécurité, le travail se déroulait tranquillement et ses tâches étaient définies comme ce qui suit : transgresser l’espace aérien de l’ennemi, la reconnaissance et la défense.

Plus tard, la résistance a expliqué chacune de ses missions et sa vision à ce propos :

Violer l’espace aérien en riposte aux violations israéliennes : en effet, il suffirait que la résistance viole l’espace aérien au moment et au lieu voulu, par un ou deux ou trois engins.

La reconnaissance : la résistance effectue des vols de reconnaissance des bases, aéroports, colonies et infrastructures dans la profondeur de la Palestine occupée dans le contexte de la défense du Liban.

Défense : depuis le début des missions aériennes, Mersad 1 n’a pas été utilisé dans une mission offensive, mais plutôt pour contrer les violations aériennes, puisque la résistance voulait défendre la souveraineté nationale. Mais lorsque le Liban subit une offensive, la résistance utilisera toutes ses ressources et capacités disponibles, sans hésitation aucune.

Apparition chronologique des drones

Le 7 novembre 2004 : Mersad

Environ cinq après la libération du Liban sud, la résistance a décidé de surprendre l’ennemi par des ripostes à ses violations aériennes, dans le contexte de l’escalade des opérations de la résistance dans les fermes de Chebaa. Selon un communiqué de la résistance islamique, « à partir du dimanche matin 7 novembre 2004, le drone Mersad 1 survolera la Palestine occupée, dans le moment que prévoit la résistance », annonçant ainsi une forme de riposte aux violations et agressions israéliennes contre la souveraineté libanaise.

Avril 2005 : tourisme dans les airs de la Palestine

A partir des objectifs de la résistance de mener des opérations de reconnaissance et de riposter aux violations de l’occupation, Mersad 1 a accompli son 2e vol dans une période d’un an. Un vol de 18 minutes, sans être détecté par les techniques modernes de l’armée sioniste.

Juillet-août 2006 :

 Malgré l'intensité et la puissance de feu utilisé par l'occupation lors de son agression contre le Liban, en plus du contrôle de l’espace aérien du pays, ce fait n'a pas empêché la Résistance islamique d’envoyer un drone de combat pour effectuer des missions militaires à l'intérieur de la Palestine occupée, portant l’emblème du Hezbollah et de l'armée de l'air de la Résistance islamique, outre les couleurs militaires qui donnent un caractère combatif aux avions. Les forces ennemies ont réussi à l’abattre dans l’espace aérien palestinien occupé. Des dizaines de soldats et d'officiers de l’occupation ont entouré le fuselage de l'avion pour l’observer de près, ce qui fut une des surprises de la « Promesse sincère ».

Octobre 2012 : nouvelle mission de Hussein Ayoub

Tout était calme ce jour-là, jusqu'à ce que l'ennemi a annoncé qu’un drone est arrivé près de la zone de Dimona avant d'être abattu. Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah a annoncé que l'avion est iranien mais monté au Liban par l’unité "Ayoub" relevant de la force aérienne de la Résistance islamique. Un engin qui a frappé la sécurité de l'occupation et traversé des centaines de kilomètres du Liban à Dimona.

Février 2022 : Hassan Lakkis de retour en Palestine

Dans le contexte de la semaine de la Résistance islamique, et pour renouveler sa décision de dissuader, affronter et développer l'action de résistance, le drone «Hassan» a survolé à une profondeur de 70 km des territoires occupés durant 40 minutes. Les systèmes de défense de l'occupation ont été incapable de le détecter ou de le surveiller.

La Résistance islamique a annoncé ainsi un nouvel exploit associé au nom de son martyr, le chef Hajj Hassan Lakkis, «le premier aventurier dans le ciel de la résistance».

En moins d'un an, conformément à la décision de la Résistance islamique, et comme moyen de dissuasion contre l'occupation et le vol des ressources pétrolières du Liban, et au nom des deux martyrs, les ingénieurs Jamil Skaf et Mahdi Yaghi, à l'occasion du quarantième anniversaire de son lancement, la Résistance Islamique a envoyé trois drones dans une mission dont l’objectif a été atteint, même si les engins ont été abattus. C’est le plus récent chapitre des histoires de l'Armée de l'Air, mais ce ne sera point la fin.

Comments

//