noscript

Please Wait...

Télégramme

«Israël» prolonge de quatre mois la détention d’un adolescent palestinien malade

«Israël» prolonge de quatre mois la détention d’un adolescent palestinien malade
folder_openPalestine access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec News.dayFR

«Le tribunal d’occupation a renouvelé pour la quatrième fois la détention administrative de mon fils malgré sa maladie», a déclaré le père d’Amal Nakhleh, 17 ans.

Les autorités israéliennes ont prolongé de quatre mois la détention sans inculpation ni procès d’un adolescent palestinien atteint de maladie chronique qui avait déjà été détenu pendant un an, alors que «Tel-Aviv» poursuit sa politique de détention administrative pour maintenir les Palestiniens derrière les barreaux.

Moammar Nakhleh, qui est journaliste, a ajouté que son fils sera détenu jusqu’au 18 mai, conformément au nouvel ordre.

Les forces israéliennes ont arrêté pour la première fois l’adolescent palestinien en Cisjordanie occupée en novembre 2020.

Sa famille a déclaré qu’Amal était sorti avec des amis à l’époque après avoir subi une intervention chirurgicale pour retirer une masse cancéreuse. L’adolescent souffre de myasthénie grave, une maladie neuromusculaire rare.

Nakhleh a été accusé d’avoir jeté des pierres sur des soldats israéliens et a été détenu pendant 40 jours. Il a ensuite été libéré par un juge israélien.

En janvier de l’année dernière, l’adolescent palestinien malade a de nouveau été arrêté et placé en détention administrative, qui vient d’être à nouveau renouvelée.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, demande la libération immédiate d’Amal Nakhleh de sa détention administrative pour des raisons humanitaires urgentes, et s’est déclarée profondément préoccupée par la détention arbitraire actuelle de l’enfant.

Ni Amal ni sa famille ne sont au courant des accusations portées contre lui et ont été informés par les autorités israéliennes qu’il s’agit d’une «affaire administrative confidentielle».

Son équipe juridique a déclaré qu’il s’agissait de l’un des plus longs cas de prise en charge administrative pour un enfant qu’ils aient vu.

La grave maladie auto-immune d’Amal nécessite un traitement médical et un suivi continus. En raison de son état de santé, il ne peut pas être vacciné contre le COVID-19 et doit prendre des immunosuppresseurs, ce qui signifie que sa vie est en grand danger s’il contracte le coronavirus.

La Société des prisonniers palestiniens (PPS) a déclaré plus tôt ce mois-ci que les responsables israéliens avaient émis 1 595 ordres de détention administrative contre des Palestiniens dans les territoires occupés en 2021, avec 200 Palestiniens détenus en vertu de la politique inhumaine en mai, lorsque le régime a lancé la guerre de 11 jours dans la Bande de Gaza assiégée.

Comments

//