noscript

Please Wait...

Deux ans depuis l’assassinat du Soleimani : parcours et objectifs toujours présents

Deux ans depuis l’assassinat du Soleimani : parcours et objectifs toujours présents
folder_openVENGEANCE IMPLACABLE access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Ali Abadi

Pourquoi l’assassinat du général Qassem Soleimani et de son compagnon Abou Mahdi Al-Mohandes fut un évènement exceptionnel ? Quels sont les motifs de cet assassinat? Qu’est-ce qui a changé dans la situation de la région, deux ans après ce crime ?

Le fait que les États-Unis aient commis ce crime contre un haut responsable militaire iranien, puis revendiquer ce crime, a constitué un événement important dans la région.

Cela signifie clairement que l'administration américaine avait perdu ses outils indirects d'influence et de dissuasion devant l'axe de résistance. Elle avait besoin de changer les règles d'engagement et de restaurer le vieil engrenage des affaires, sur la base des assassinats.

Pourquoi Soleimani?

Le choix du général Soleimani comme cible directe, découle de deux facteurs :

1- L'efficacité du rôle joué par la Force AlQods sous sa direction pendant trois décennies, pour saper l'hégémonie américaine et la tyrannie de l'occupation sioniste.

Ce rôle a pris plusieurs dimensions : armement, entraînement et coordination entre les ailes de résistance.

Le martyr a réalisé l'importance de contrer l'influence politique des États-Unis, pas seulement sa présence militaire.

Par exemple, il tenait à suivre et à opposer son veto aux projets et mesures américains visant à perpétuer la présence en Irak. Chaque fois que les Américains tentaient de rassembler les fils de leurs outils politiques dans ce pays, le leader Soleimani renversait la table. Sa présence a été un facteur de perturbation de ces outils et plans. Même s'il jugeait que les Américains soutiennent la nomination de tel ou tel à un poste de commandement dans ce pays, il prenait l'initiative de pousser les efforts dans une autre direction, sachant que les Américains veulent leurs intérêts en premier et en dernier lieu. Bien sûr, ce rôle n'aurait pas pris une aussi large portée sans la direction de la République islamique et ses divers appareils avec tout le soutien à la Force AlQods dans l'exercice de ses fonctions.

2- La personnalité unique du martyr, qui combine plusieurs caractéristiques dont les plus marquantes sont :

a- La clarté des prémisses idéologico-politiques de l'école qu'il représente, l'école de l'Imam Khomeiny. Cette école qui a produit de nombreux cadres et dirigeants devenus des martyrs sur le terrain en Iran, en Irak ou en Syrie. Par prémisses idéologiques, nous entendons ici la position radicale contre l'entité sioniste et les politiques américaines que feu l'imam a qualifiées de politiques arrogantes. Il est bien connu à propos du haj Qassem que lorsqu'un commandant américain en Irak a demandé à lui parler pour discuter de la possibilité de coordonner la guerre contre «Daech», il a refusé d'ouvrir un dialogue avec lui.

b-Vision stratégique. Le martyr Soleimani avait une vision globale du conflit avec l'ennemi américain et israélien. Il considérait la région allant de l'Afghanistan à la Palestine, comme un champ d'action intégré, même si les circonstances d'un pays différaient d'un autre. Ainsi, il était pleinement conscient de l'importance de mettre fin à l'occupation américaine de la région, notamment de l'Irak, de l'Afghanistan et de la Syrie, considérant cette présence comme un facteur d'instabilité, un motif d'intervention directe pour déterminer l'avenir de ces pays et un menace directe contre la République islamique. Il était également très sérieux dans le renforcement des capacités de la résistance contre l'occupation sioniste, sur tous les plans.

c-Présence sur le terrain : Le martyr Soleimani était un homme de terrain, de front. Il était doté d’un dynamisme particulier, aimait être présent sur les fronts entre les combattants, pour les soutenir et montrer l'importance de leur combat décisif. Ce fait a eu un impact significatif sur la détermination, la concentration des efforts militaires et politiques et la réalisation de victoires.

d- Le modèle et l’idole : Soleimani a tenu à montrer un modèle dans les relations fraternelles et cordiales avec les combattants pour donner à la bataille sa véritable dimension morale. Les deux fronts opposés ne se distinguent pas par la force militaire ou la position politique, mais plutôt par les valeurs spirituelles que chaque groupe porte et se traduisent en comportements islamiques, basés sur les instructions du prophète et d’Ahel el-beit.

e- L'initiative : Il est vrai que le général Soleimani était un chef militaire, mais il se distinguait des autres par la prise des initiatives ; Il n'a pas attendu pour recevoir les directives. Mais en raison de sa longue expérience et de son sens aigu, il diagnostiquait ce qui était nécessaire à faire, puis agissait après avoir obtenu l'approbation du haut commandement.

Objectifs de l’assassinat :

Loin du prétexte américain qui a été donné pour justifier l'assassinat, qui portait sur des allégations selon lesquelles le martyr Soleimani aurait planifié une attaque imminente contre l'ambassade américaine à Bagdad, la rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les exécutions aveugles et extrajudiciaires, Agnès Callamard, a estimé que l'assassinat du général Qassem Soleimani était un «assassinat arbitraire» qui a violé la Charte des Nations Unies, notant que les États-Unis n'ont pas fourni la preuve que la planification était en cours pour une «attaque imminente» contre ses intérêts).

Les motifs de ce crime et la manière dont il a été commis, peuvent être déterminés comme ce qui suit :

- Semer la peur et démoraliser l'axe de résistance (par la méthode de l'intimidation), et tenter de restaurer la dissuasion face à l'Iran et le pousser à retirer le soutien de ses alliés. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a exprimé cette tendance à la Hoover Institution de l'Université de Stanford en janvier 2020, lors d'un symposium intitulé «Restauration de la dissuasion : l'exemple iranien», au cours duquel il a noté que «Soleimani a été tué dans le cadre d'une stratégie plus large visant à dissuader les défis posés par les opposants de Washington.», en se concentrant notamment sur l'Iran.

Cette stratégie a été érodée par l'axe de résistance au cours de la période précédente en raison du déclin du prestige et de la présence des États-Unis dans la région, qui s'est enracinée avec presque aucune réalisation dans tous les domaines. Alors que l'axe de résistance avançait et assiégeait la présence et l'influence militaires américaines en Irak, et poussait Washington à penser à retirer ses forces de Syrie, il n'a réussi à organiser aucun gain qui contribuerait à  y changer la réalité. L'échec des alliés de Washington, soutenus par les États-Unis au Yémen, le déficit militaire américain accumulé en Afghanistan et l'échec de l'entité sioniste à affronter la résistance en Palestine et au Liban ont été des raisons supplémentaires de l'assombrissement de l'image de la politique américaine dans le Moyen-Orient.

Durant le mandat de Trump, les Américains considéraient que l'audace de l'axe de résistance s'accroissait avec le temps, donnant de nombreux exemples : l'attaque contre l'installation pétrolière d'Abqaiq en Arabie Saoudite, la destruction par l'Iran d'un drone américain dont le prix est d'environ 130 millions de dollars, et la fréquence élevée des opérations contre les forces américaines en Irak.

-Amener l'Iran à se soumettre dans son programme nucléaire. L'ambition de Trump était de reformuler l'accord nucléaire d'une manière qui tienne compte du point de vue de ses alliés de la droite sioniste.

-Rétablir la confiance des alliés des États-Unis en Irak et dans la région. Cette confiance et ces paris sur les États-Unis ont été ébranlés par les expériences de ces dernières années, malgré les énormes dépenses américaines du côté militaire. Washington s'est rendu compte que retirer à nouveau ses forces d'Irak (après la première sortie en 2011) signifiait perdre la plus grande influence politique dans ce pays et ses environs. C'est pourquoi les Américains tenaient à y maintenir une présence militaire pour y installer leurs alliés et leurs outils.

-Tenter d'améliorer l'image de l'administration Trump à l'intérieur des États-Unis et de serrer les rangs contre un ennemi extérieur (en particulier islamique). C'est important à la lumière de la forte polarisation partisane interne dans ce pays.

L'assassinat de Soleimani était-il aussi une demande israélienne ? C'est peut-être l'un des motifs importants et fondamentaux, à la lumière de l'extraordinaire influence de Netanyahu et du lobby sioniste sur le président américain de l'époque. Donald Trump récemment - environ un an après sa sortie de ses fonctions - a exprimé son mécontentement à l'égard de Netanyahu pour avoir cru l'avoir utilisé pour assassiner Soleimani. Il a déclaré - selon le site d'information américain Axios - que Netanyahu " veut combattre l'Iran jusqu'au dernier soldat américain." L'ancien chef de la division du renseignement militaire israélien, Tamir Hayman, a également révélé que le «Mossad» a joué un rôle dans l'assassinat du commandant de la Force Qods, Qassem Soleimani, selon le site Internet de la radio israélienne «Kan». On devine la raison pour laquelle l'ennemi a poussé l'administration américaine à se débarrasser d'un leader de haut rang du poids de Soleimani, au vu du rôle qu'il joue à la tête de la Force Qods en termes de renforcement des ailes de résistance, en leur fournissant les moyens de force et de dissuasion contre l'entité sioniste.

Réponse stratégique

Tous ces motifs et objectifs n'ont pas changé la réalité de la politique américaine dans la région. L'axe de résistance a été touché pendant un certain temps par l'assassinat de Soleimani, mais il a maintenu ses objectifs et son programme de travail et continué de mettre en œuvre la stratégie sur l’expulsion des forces américaines de la région, à commencer par l'Irak et la Syrie. Il est possible de rappeler ce que l’ayatollah Khamenei a dit à l'occasion de la commémoration de l’assassinat du commandant de la Force AlQods, lorsqu'il a souligné que «la sortie des forces américaines de la région sera le coup le plus puissant» pour répondre à son assassinat, après la première réponse audacieuse au crime. Il a également juré de se venger de ceux qui ont donné des ordres et exécuté l'assassinat «chaque fois que l'occasion se présenterait». Il a également appelé à accélérer les progrès technologiques, scientifiques et militaires pour renforcer la dissuasion contre l'ennemi, ce qui devient évident jour après jour.

Ainsi, Washington et ses subordonnés ont été déçus : l'absence de Soleimani n’a pas eu un impact sur la stratégie de l'axe de résistance au cours de la période à venir. Ainsi, la précipitation des États-Unis à arranger les papiers de leur présence militaire en Irak avant la fin de l'année 2021 est une indication de la présence et de l'influence continues de cet axe, malgré toutes les fortes pressions exercées par les administrations américaines successives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

//