noscript

Please Wait...

Mouawad: l’étoile de Hariri pâlit

Mouawad: l’étoile de Hariri pâlit
folder_openWikileaks access_time depuis 10 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Wikileaks, Guerre de juillet, du journal ALAKHBAR 18 mars:
Mouawad: l’étoile de Hariri pâlit

Avant la guerre de juillet 2006, la ministre Nayla Mouawad ne pensait jamais à quitter le Liban, mais la victoire de la résistance pendant la guerre l’a poussée à y penser. Cependant, le ministre Marwan Hmédé, après avoir demandé à Israêl d’occuper le Liban ( sous la responsabilité de Jeffrey Feltman), il s’est déplacé à donner les conseils concernant le fait d’embrigader le Hezbollah et la Syrie politiquement.

Nº du télégramme: BEIRUT 243706
Date: 21 juillet 2006; 12:39
Sujet: La ministre Mouawad insiste à une « réponse humanitaire » et espère l’affaiblisement du Hezbollah avant l’application du cessez-le-feu.
Classifié par: l’ambassadeur «Jeffrey Feltman»

Résumé:
La ministre des Affaires sociales «Nayla Mouawad» a qualifié la situation humanitaire au Liban d’être proche du point dangereux. Bien qu’elle a utilisé des termes plus légers que ceux utilisés par le premier ministre «Siniora» dans son discours le 19 juillet, la ministre «Mouawad» a insisté que le grand défi ne réside pas dans le fait d’assurer la nourriture et le combustible mais dans leur distribution sûre dans le Liban et spécifiquement dans les villages du sud.

Cependant, «Mouawad» a incité les Américains à convaincre le gouvernement israélien que créer «des couloirs humanitaires ne constitue pas seulement une partie de ses responsabilités civiles, mais cela pourrait servir Israêl en l’aidant à laisser le Liban instable.» De plus, «Mouawad» a exprimé sa profonde anxiété du fait que l’afflux des réfugiés mènera à l’augmentation de la pression entre les habitants, puisque les communautés qui ne sont pas habituées à vivre avec les autres communautés se trouveront obligées à partager les sources décroissantes avec les autres (…..).

L’autre requête humanitaire de Mouawad se traduit par le fait de demander aux Etats-Unis de coordonner avec le gouvernement de «Siniora» et d’appliquer leurs efforts humanitaires d’une manière renforçant ce gouvernement. Ainsi, «Mouawad» a-t-elle confessé que la partie gouvernementale chargée de l’aide humanitaire (Le Comité Supérieure de secours) « n’est pas efficace». De même, «Mouawad» a parlé du rôle du premier ministre «Siniora» tout en exprimant sa plaisance, de plus du support maintenu et des conseils donnés à «Siniora» par le leader druze «Walid Jumblat». D’une part, «Mouawad», a-t-elle déclaré que pendant les jours passés «Siniora» a prouvé au groupe politique libanais, sans aucun doute, qu’il est vraiment un leader «national» et non seulement un défendeur des Sunites.

D’autre part, elle a affirmé que l’étoile de Hariri pâlit malgré que son discours prononcé en Arabie Saoudite (Mercredi 19 juillet) était fort et bien acueilli.
Les plus durs des mots de «Mouawad» concernaient le chef du «Courant Patriotique libre» «Michel Aoun» qu’elle l’a qualifié de malin prétendant la piété, ainsi a-t-elle signalé que ses partisans veulent seulement les prises de l’autorité. De même , elle s’est étonnée de la « bizarrerie» des commentaires de « Aoun» lors de son interview sur la chaîne «El Jazeera» (le 19 juillet).
Aussi, a-t-elle déclaré que les espoirs présidentiels de Aoun se sont très endommagés ou bien sont finis.

De plus, la ministre «Mouawad» (dont le mari le défunt président «Renè Mouawad» a été assassiné en 1989) a exprimé à l’ambassadeur sa profonde anxiété envers la sécurité corporelle de «Siniora» et «Jumblat» ainsi, a-t-elle ajouté que protéger leurs leaderships maintenant et après la guerre est une chose principale.

10.Bien que Mouawad a confessé de son anxiété envers le sujet, mais elle a signalé qu’une application rapide du cessez-le-feu (par exemple avant que le Hezbollah ne s’endommage effectivemment) rendrait difficile la permanence des forces réformistes libanaises. «Je n’ai jamais pensé à quitter le liban, mais si le Hezbollah gagne la guerre alors le Liban sera un pays totalemment différent», a-t-elle suggéré à l’ambassadeur.(…..)

12.Finalement, «Mouawad» a insisté sur que l’administration américaine devrait supporter et protéger 3 personnalités dont la situation est dangereuse:
Fouad Siniora, Walid Jumblat, et pour la surprise, Nabih Berri qui à son avis, pourraît-être la personnalité chiite convenable à la place de «Hassan Nasrollah».
Feltman

Nº du télégramme: BEIRUT 251106
Date: 1 août 2006 / 15:37
Classifié par: l’ambassadeur «Jeffrey Feltman»
Sujet: Hmédé trouve que la solution de la cause des Hameaux de Cheba’a est un moyen pour annuler idéologiquement l’effet du Hezbollah.(…..)

S’accorder sur le retrait israélien des Hameaux de Cheba’a jouera finalement, selon Hmédé, un rôle majeur dans l’élimination de l’élèment le plus important de la campagne publicitaire du Hezbollah. De plus, a-t-il ajouté, que le Liban restera un otage chez la Syrie et le Hezbollah dès lors que la cause de Cheba’a soit vivante entre les Libanais. En ce qui concerne ses prédictions envers le contenu d’une future résolution internationale émanant du conseil de sécurité, Hmédé a nié le besoin du gouvernement libanais d’une bénédiction syrienne claire, écrite et reconnue internationalement pour négocier autour d’un retrait israélien de Cheba’a. Ainsi Hmédé, a-t-il refusé, les motifs de l’anxiété du fait que l’absence d’une reconnaissance syrienne officielle et écrite disant que les Hameaux de Cheba’a sont libanais pourraît permettre plus tard aux Syriens de regagner la souveraineté sur Cheba’a et d’annuler le cessez-le-feu dans cette région. De même, a-t-il expliqué que l’acceptation Syrienne d’une résolution internationale probable ne changera rien dans le sujet. À son avis, la résolution doit-être formulée d’une manière privant la Syrie et le Hezbollah de n’importe quel prétexte pouvant faire des Hameaux de Cheba’a un excuse pour continuer les opérations militaires.(…..)

Hmédé a nié les publications qui parlent du gouvernement et son rapprochement de l’échec, tout en signalant que la majorité des ministres «dirige la situation d’une manière correcte». Ainsi, a-t-il déclaré que «le gouvernement est dur» tout en signalant la présence d’une vision générale concernant le besoin de la permanence du gouvernement pour le profit des négociations autour du cessez-le-feu et l’application de n’importe quelle résolution y liée. Cependant, en ce qui concerne la décision étonnante d’envoyer le ministre de la culture «Tarek Metri», l’orthodoxe proche du mouvement de 14 mars, pour représenter le Liban dans les Nations-Unies au lieu d’envoyer le ministre chiite de l’extérieure «Fawzi Salloukh» qui est un partisan du Hezbollah, «Hmédé» a affrimé que «Nabih Berri» a accepté l’organisation de la décision, tout en insistant sur le besoin de la nécessité de présenter une (position libanaise) plus claire. Ainsi, Hmédé a-t-il décrit le changement remarquable du comportement du ministre de la défense «Elias El Mor», en le qualifiant du joueur qui joue sur les deux côtés. «Hmédé a justifié ce comportement en déclarant qu’«El Mor» croie que le Hezbollah «gagnera» la guerre actuelle, alors il essaie de se sauver politiquement sur la place politique qui se dessinera après la guerre. De même, «Hmédé» a déclaré que «Siniora» était irrité d’«El Mor» lors d’une réunion gouvernementale récemment à cause de ses commentaires devant la presse qui disent que «les 7 points (du plan de Siniora) n’existe pas».

D’autres ministres connus comme étant des «partisans de la Syrie» dans le gouvernement ont préservé leur calme étonnant, selon «Hmédé» qui a trouvé que le ministre de la justice «Charles Rizk» - l’ex-allié du président «Emile Lahoud»_«joue le rôle mieux que Elias (El Mor)». De même, «Rizk» exerçait une pression d’après le travail du gouvernement dans le but de former un tribunal international pour juger les accusés de commettre les crimes, conformément à la spécialisation du Comité d’enquête international présidé par «Serge Bramerts». Selon «Hmédé»,«Rizk» a réalisé un prodigieux progrès d’après «la nomination de deux nouveaux juges». De plus, «Hmédé» a insisté sur la nécessité de profiter de l’ouverture de «Rizk» sur le travail concernant cette cause. Pour lui, il est temps pour faire passer une résolution pour former le tribunal, puisque cela aiderait à «laisser la Syrie calme» sur le front du conflit Libano_israélien actuel à y ajouter l’intérêt de cela dans le fait d’entourer les Syriens pour le long terme, «Hmédé» était sûr qu’il n’est pas difficile d’émaner une telle résolution pendant les circonstances actuelles.

«Hmédé» a empruté du discours de l’ambassadeur français «Bernard Emieh» en qualifiant la visite du ministre de l’extérieur iranien «Mutaki» à Beyrouth d’«utile mais elle n’aide pas à accéder à une résolution internationale ». Pour «Hmédé», Iran trouve les évènements actuels au Liban comme étant une partie d’une crise plus grande qui embrigade les ambitions iraniennes nucléaires. De même, «Hmédé» a déclaré qu’ Iran est clairement fâché de la résolution internationale 1696 qui a été adoptée durant la semaine courante et qu’elle n’est pas prête à discuter la cause libanaise par toutes ses questions à l’exception du cessez-le-feu, qui -à son avis- a besoin de l’unanimité libanaise pour être appliquée. De plus, «Hmédé» a présenté une exposition concernant le refus d’Iran pour le plan des sept points présenté par «Siniora» durant la Conférence de Rome. Ainsi, a-t-il trouvé que «Mutaki» accorde une importance exceptionelle à la position du gouvernement libanais concernant une résolution liée aux Hameaux de Cheba’a et à la diffusion des forces multinationales dans le Sud, tout en ajoutant que les Iraniens «ne sont pas heureux du (chef du parlemant libanais Nabih Berri) ».
Feltman

Comments

//