noscript

Please Wait...

corona

5 mineurs palestiniens détenus, torturés par des soldats israéliens

5 mineurs palestiniens détenus, torturés par des soldats israéliens
folder_openPalestine access_time depuis 20 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Middle East Monitor

Cinq mineurs palestiniens ont été violentés et agressés par des soldats et des interrogateurs israéliens pendant leur détention, selon la Commission palestinienne des affaires des détenus et anciens détenus.

La Commission a précisé que les déclarations des mineurs, qui étaient tous âgés de 17 ans, comprennent des détails sur les coups sévères et la torture qu’ils ont subis après leur arrestation.

Mustafa Salameh a été détenu au domicile de sa famille dans la ville d’Azzoun, à l’est de la ville de Qalqilya, au nord de la Cisjordanie occupée. Il a été battu avec la crosse d’un fusil et poussé dans une jeep de l’armée où il a été jeté au sol alors que les soldats le piétinaient jusqu’à ce qu’il perde connaissance.

Il s’est réveillé pour se retrouver au centre de détention d’Al-Jalama où il a été interrogé pendant de nombreuses heures, tout en étant attaché à une chaise avant d’être transféré à la prison pour mineurs de Megiddo.

Mohammad Zalloum a été traîné hors de chez lui dans le village de Silwan. Il a raconté avoir reçu des coups de poing dans l’estomac jusqu’à ce qu’il vomisse, et a ensuite été transféré au centre de détention d’Asqalan où il a été détenu pendant 23 jours.

Une autre victime, Hani Rmeilat, du camp de réfugiés de Jénine au nord de la Cisjordanie occupée, a été interrogé dans des conditions dures au centre de détention d’Al-Jalama, et agressé à coups de matraque par cinq gardiens de prison, ce qui lui a causé des ecchymoses sur tout le corps qui ont nécessité un traitement immédiat dans un hôpital israélien.

Cependant, il a été contraint de retourner à la prison d’Al-Jalama où il a été détenu pendant 20 jours avant d’être transféré à la prison de Megiddo.

Majd Waari, du quartier de Beit Hanina à Al-Qods occupée, a subi un interrogatoire de plusieurs heures dans le tristement célèbre centre de détention Russian Compound à Al-Qods-Ouest, alors qu’il était attaché à une petite chaise.

Munir Arqoub, de Kufr Ein, au nord de Ramallah, a été détenu au poste de contrôle militaire de Beit El après avoir été attaqué par trois soldats israéliens avant d’être emmené dans une base militaire voisine. Là, il a été laissé à l’extérieur dans le froid et n’a pu dormir. Le lendemain, il a été transféré au camp militaire d’Ofer pour y être interrogé, puis transféré à la prison de Majeddo.

La commission a noté que le mauvais traitement des prisonniers fait partie d’une «politique systématique et claire pratiquée par l’administration des centres de détention d’occupation afin de mater les prisonniers et les détenus, de leur imposer des sanctions et de les priver des droits de l’homme les plus fondamentaux».

Les autorités d’occupation israéliennes lancent des campagnes d’arrestation presque quotidiennes en Cisjordanie occupée, libérant certains détenus après un interrogatoire et renvoyant d’autres au tribunal.

Environ 4.400 Palestiniens croupissent actuellement dans les prisons israéliennes, dont 40 femmes, 170 enfants et 380 personnes en détention administrative sans inculpation ni procès.

Comments

//