noscript

Please Wait...

Des journalistes russes agressés par les forces de l’ordre US lors de manifestations à Portland

Des journalistes russes agressés par les forces de l’ordre US lors de manifestations à Portland
folder_openAmériques access_timedepuis 2 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Sputnik

Des agents des forces de l’ordre américaines ont attaqué des journalistes de la chaîne russe Pervi Kanal couvrant les manifestations contre les violences policières et le racisme à Portland, dans l’État de l’Oregon, et cassé leur caméra, a indiqué à Sputnik un représentant de la chaîne. Ils n’ont pas de blessures sérieuses.

Alors que des journalistes de la chaîne russe Pervi Kanal filmaient un reportage dans la ville américaine de Portland sur des émeutes, ils ont été agressés par les forces de l’ordre, a indiqué à Sputnik Kirill Kleimenov, vice-président de la chaîne.

«En effet, notre groupe a souffert lors des émeutes à Portland, c'est vrai. […] L'équipement a été endommagé. Mais, heureusement, tous sont en vie, il y a peu de dégâts physiques, mais j'espère qu’il n’y a pas de blessures graves. J’espère», a déclaré M. Kleimenov.

Ils portaient des badges «Presse»

Comme l’a plus tôt annoncé un correspondant de Sputnik, les journalistes ont été attaqués par les policiers, lorsque les manifestants ont assiégé le bâtiment d’un tribunal local.

Le caméraman Vyatcheslav Arkhipov a été frappé au bras avec une matraque. Sa caméra lui a été arrachée puis fracassée au sol. Le journaliste lui-même a été jeté à terre.

Sa collègue Ioulia Olkhovskaïa a filmé cette même scène avec son téléphone. Après l’avoir attaquée par derrière, un policier lui a arraché son portable, l'a saisie par la tête et lui a arraché son casque. La journaliste a respiré des gaz lacrymogènes et a eu besoin de l'aide de médecins bénévoles locaux.

Les deux journalistes portaient des badges «Presse».

Depuis la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc le 25 mai à Minneapolis, les États-Unis ont connu une vague de protestations d'une ampleur inédite depuis le mouvement de lutte pour les droits civiques dans les années 1960.

Même si la mobilisation se tasse, des manifestations sporadiques continuent dans plusieurs villes, dont Portland, et donnent lieu parfois à des débordements.

Comments

//