noscript

Please Wait...

Télégramme

Coronavirus: pétition pour libérer les enfants palestiniens détenus dans les geôles israéliennes

Coronavirus: pétition pour libérer les enfants palestiniens détenus dans les geôles israéliennes
folder_openPalestine access_timedepuis un année
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Une ONG française a lancé vendredi une pétition appelant l’entité sioniste à libérer les enfants palestiniens emprisonnés dans les geôles israéliennes en danger à cause du nouveau coronavirus.

Répondant à l’alerte lancée par l’ONG Défense des enfants international de Ramallah, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) demandent aux signataires attaché-e-s aux droits des enfants à appeler les autorités israéliennes à prendre sans délai des mesures pour libérer tous les enfants palestiniens détenus dans leurs prisons.

«En effet, la rapide expansion internationale du virus Covid-19 accroît leur vulnérabilité et fait craindre pour la sauvegarde de leur droit à la vie, leur survie, leur développement et leur droit à la santé en accord avec le droit international», écrit la LDH dans la pétition.

Selon un dénombrement de fin décembre 2019 (chiffres publiés par le «Service des prisons israélien»), 186 enfants palestiniens sont détenus dans des prisons de l’occupation israélienne.

«Israël a pourtant ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant des Nations Unies (Cide) en 1991, ce qui l’oblige à mettre en œuvre la totalité des droits et des protections incluses dans le traité, avec comme obligation essentielle le respect du droit aux soins et à la santé», rappelle l’ONG.

Et de conclure: «Brisons le mur du silence ! Chacun, chacune faisons entendre notre voix en signant et faisant signer cet Appel (https://www.ldh-france.org/pour-la-liberation-des-enfants-palestiniens-emprisonnes/)».

La pétition a été signée par plusieurs personnalités dont Malik Salemkour, président de la LDH, Françoise Dumont, Henri Leclerc, Pierre Tartakowsky, Michel Tubiana, présidents d’honneur de la LDH, et Marie-Christine Vergiat, vice-présidente de la LDH.

Comments

//