Please Wait...

Le pape arrive aux EAU pour une visite historique dans le Golfe

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 6 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Reuters et GuineeMail

Le pape François est devenu le premier pontife à se rendre dimanche dans la péninsule arabique, quelques heures seulement après avoir condamné avec la plus grande fermeté la guerre au Yémen, où son hôte, les Émirats arabes unis, joue un rôle militaire de premier plan.

Peu de temps avant son départ pour Abou Dhabi, le pape François a déclaré qu'il suivait la crise humanitaire au Yémen avec une grande inquiétude, utilisant son discours régulier du dimanche à la Cité du Vatican pour exhorter toutes les parties à mettre en œuvre un accord de paix fragile et à aider à fournir une aide à des millions de personnes affamées.

«Le cri de ces enfants et de leurs parents s’élève vers Dieu», at-il déclaré à des dizaines de milliers de personnes sur la place Saint-Pierre.

«Prions avec force parce que ce sont des enfants qui ont faim, qui ont soif, ils n’ont pas de médicaments et ils risquent la mort», a-t-il déclaré avant de prendre sa fuite.

Une séquence télévisée montre que Francis, à son arrivée, a été salué par le prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan, qui l’a escorté pour rencontrer Sheikh Ahmed al-Tayeb, grand imam de la mosquée Al-Azhar, en Egypte, que le pontife a embrassé.

Les deux hommes rencontreront le pape François lundi.

Les Émirats arabes unis jouent un rôle de premier plan dans la coalition dirigée par l'Arabie saoudite qui mène depuis près de 4 ans une offensive sanglante au Yémen disant vouloir rétablir le gouvernement internationalement reconnu.

Les Nations Unies tentent de mettre en œuvre un accord de retrait de la trêve et des troupes dans le principal port yéménite de Hodeidah, convenu lors des négociations de décembre, dans le but de renforcer la confiance et de préparer le terrain à des négociations politiques pour mettre fin au conflit.

Les responsables du Vatican ont déclaré qu'il n'était pas clair si le pape François aborderait ce sujet sensible en public ou en privé lors de sa visite à Abou Dhabi, qui visait à promouvoir le dialogue interconfessionnel.

Ni dissidence ni critique à l'égard des dirigeants

Le pape rencontrera des dirigeants musulmans et célébrera une messe pour quelque 120 000 catholiques. Il a déclaré que le voyage, qui se terminera mardi, est l'occasion d'écrire « une nouvelle page de l'histoire des relations entre les religions ».

Les EAU, qui ont proclamé 2019 l'Année de la tolérance, ont déclaré que cette visite reflétait son histoire de « berceau de la diversité ».

Mais des groupes de défense des droits humains, notamment Ahmed Mansoor, un émirati qui purge une peine de dix ans d'emprisonnement pour avoir critiqué le gouvernement sur les médias sociaux, font l'objet de critiques.

«Nous demandons au pape François de soulever la question de leur incarcération avec ses hôtes et d'exhorter à leur libération immédiate et sans condition», a déclaré Amnesty International dans un communiqué publié samedi.

Les autorités des Émirats arabes unis n'ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Prêtres et diplomates décrivent les Émirats arabes unis comme l'un des environnements les plus ouverts du culte chrétien dans le Golfe. Mais comme ses voisins, les EAU n'autorisent ni dissidence ni critique à l'égard de ses dirigeants.

Les Émirats arabes unis hébergent environ la moitié des deux millions de catholiques expatriés qui vivent dans la péninsule, un territoire qui abrite également les sites les plus sacrés de l’islam en Arabie saoudite.

Tous les États du Golfe, à l'exception de l'Arabie saoudite, autorisent le culte chrétien dans les églises ou les ensembles d'églises et autres lieux munis de licences spéciales. En Arabie saoudite, les non-musulmans prient lors de rassemblements secrets dans des résidences privées et des ambassades.

Le prince héritier d'Abou Dhabi est un allié du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, qui a atteint à des représentants chrétiens à l'étranger dans le cadre des tentatives d'ouverture du royaume conservateur.

Au cours de son règne, le pape s'est déjà rendu dans une demi-douzaine de pays majoritairement musulmans. Il a utilisé ces voyages pour appeler à un dialogue interreligieux et pour condamner le recours à la violence au nom de Dieu.

L'ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, Yousef Al Otaiba, a écrit dimanche dans un éditorial du magazine Politico que la visite du pontife envoyait un signal de coexistence et de respect face à la «menace de l'extrémisme» au centre Est.

 

Comments

//