EXCLUSIVITÉSRapportsRapports Infos d’ALAHED:Au-delà de la reconnaissance «israélienne» des bombardements en Syrie

Please Wait...

Au-delà de la reconnaissance «israélienne» des bombardements en Syrie

folder_openRapports access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Dans une rare reconnaissance, l'entité «israélienne» a confirmé samedi avoir mené des frappes aériennes contre la Syrie, visant l'aéroport de Damas.

Lors de la réunion hebdomadaire, le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a confirmé que les forces d'occupation «israéliennes» avaient mené un raid aérien, affirmant qu’«au cours des dernières 36 heures, l'armée de l'air a bombardé des provisions d'armes iraniens à l’Aéroport international de Damas».

Hisham Jaber, l’ancien général libanais et spécialiste en question politique, a évoqué certains problèmes clés concernant la frappe aérienne «israélienne» sur la Syrie.

Le général Jaber a indiqué qu’il est «normal que l’entité israélienne confirme avoir bombardé la Syrie. Après tout, la Syrie avait déjà annoncé samedi que ses défenses antiaériennes avaient intercepté des missiles israéliens. L’entité israélienne s'abstient généralement de commenter des frappes aériennes individuelles en Syrie, mais reconnaît qu'elle effectue des raids contre « des cibles liées à l'Iran et au Hezbollah» dans le pays.

Dans ce contexte, Jaber a signalé que les allégations «israéliennes», n’étaient pas justes : «Israël prétend avoir frappé des cibles iraniennes et du Hezbollah - ce qui n’est pas du tout vrai - car là où il y a des troupes syriennes, les conseillers iraniens sont présents».

La reconnaissance «israélienne» a eu lieu à un moment où les forces d'occupation ont annoncé avoir achevé la soi-disant opération «Bouclier du nord», alors que de nombreux médias israéliens se demandaient sur les raisons du silence total du secrétaire général du Hezbollah, sayed Hassan Nasrallah, qui n’a pas commenté les événements en cours. «En ce qui concerne les tunnels, indépendamment de leur présence ou de leur absence, il a été dit que le creusement de tunnel violait la résolution 1701 des Nations Unies. Mais ce qui est important, c'est de connaître la date exacte à laquelle ces tunnels auraient été creusés, s’ils existent», a déclaré le général Jaber.

Il a expliqué que «si ces supposés tunnels avaient été creusés par la résistance entre les années 2000 (fin de l'agression israélienne) et 2006, ils n'auraient enfreint aucune résolution, car la résolution 1701 de l'ONU n'avait pas été déclarée à ce moment-là», ajoutant que «nous sommes libres de faire quoi que ce soit sur nos terres». Jaber a souligné que le problème évoqué aurait dû être finalisé sans ambiguïté par l’État libanais.

Cependant, l’ex-général de division a posé une question cruciale : «S'il est prouvé que les supposés tunnels ont été creusés après 2006 et si les tunnels constituaient une violation de 1701 sur le sol libanais, combien de fois «Israël» a-t-elle violé cette même résolution en violant les airs, la terre et la mer du Liban?»

«C’est tout ce qui compte, c'est là que le problème s’arrête ! Nous n’avons plus rien à ajouter», a proclamé le général Jaber, ajoutant que «la résistance n’est pas obligée d’adhérer aux déclarations israéliennes et déclarer le nombre de leurs missiles qu’elle possède et leur emplacement. C’est totalement absurde ! Ce n’est pas à nous de rassurer les «israéliens» si nous avons ou n’avons pas acquis de missiles balistiques».

En outre, Jaber a expliqué que la résistance «possédait suffisamment» de missiles et qu’«Israël devrait cesser de prendre pour cible la Syrie sous prétexte d'empêcher le Hezbollah d'acquérir davantage de missiles à partir des territoires syriens». Un dernier point concernant les tunnels présumés, l’ex-général a affirmé que «la position de la résistance à ce sujet est stable et ne se mettra pas dans une situation de compromis avec les israéliens ».

Source : english.alahednews, traduit par l’équipe du site

Comments

// -0.080076