EXCLUSIVITÉSRapportsRapports Infos d’ALAHED:«Al-Ahed» publie la version complète de la maladie de l’Ayatollah Qassem

Please Wait...

«Al-Ahed» publie la version complète de la maladie de l’Ayatollah Qassem

folder_openRapports access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Israa al-Fass

Deux années se sont écoulées depuis que l’autorité de Bahreïn a décidé de faire ses comptes avec cheikh Issa Qassem, le parrain du soulèvement pacifique, qui a dénoncé la brutalité du pouvoir, et l’un des premiers fondateurs de la première constitution du pays, longtemps entravée par le gouvernement… Fils du Bahreïn, pur et authentique, il représente le pilier sur lequel s’appuient les Bahreïnis pour garder l’espoir en un avenir meilleur… après deux ans, voilà que vint le moment qu’attendait le régime arrogant.

Depuis qu’il a été déchu de sa nationalité en juin 2016, l’expulsion fut le premier choix des autorités à Bahreïn. C’est ce qui explique la précipitation des partisans vers les environs de la maison de Cheikh Qassem, baptisée «la place de la rédemption», où les manifestants ont organisé un sit-in pendant un an. Les manifestants ont subi les tirs de balles réelles, causant la mort en martyre de cinq jeunes bahreïnis. Les mercenaires et leurs dispositifs militaires ont envahi le quartier annonçant le début de la vengeance officielle contre cheikh Issa Qassem : l’assignation à domicile, privation de traitement … le résultat de ces mesures étaient : La détérioration de la santé de cheikh Qassem plusieurs fois, pour arriver à l’état de santé actuel.

Voilà que cheikh Qassem a quitté son pays, le pays de ces ancêtres, sa patrie et celle de tous ses partisans, contraint de voyager après la détérioration de sa santé. Les bahreïnis souhaitent la guérison à leur chef et qu’il s’en sort plus fort… alors que les autorités de Bahreïn se sentent soulagées suite au départ de cheikh Qassem… le roi encombré par la crise interne, facilite les procédures du voyage d’Ayattollah Qassem, après avoir entravé son traitement pendant près de deux ans, par décret royal.

Les dernières informations concernant l’état de santé de cheikh Issa, ont évoqué la présence de fractures et d’ecchymoses, révélant la détérioration de la santé de la plus importante personnalité religieuse du pays. Mais que s’est-il passé ? Qu’est ce qui a nécessité le voyage du cheikh pour se faire traiter à l’étranger ? Qu’en est-il de la destination ? Qu’en est-il de la possibilité du retour du cheikh déchu de sa nationalité ?

Plusieurs questions se posaient concernant le voyage de cheikh Qassem au Royaume-Uni pour un traitement et un suivi médical suite à l’aggravation de sa situation. Certains détails ont été dissimulés par les proches de l’ayatollah, vu la gravité des résultats des examens médicaux, loin du bazar de la politique, qui perd parfois le sens de l’humanité exploitant même les circonstances les plus difficiles.

D’après des informations révélées au site Al-Ahed, des sources proches de cheikh Qassem ont affirmé que la crise sanitaire du cheikh a commencé à se développer depuis le ramadan dernier. Juste avant la nuit d’al-Qadr, sa situation s’est dégradée après être tombé par terre. Ce qui a paralysé son mouvement. L’homme de 80 ans était incapable de bouger pour un certain temps, s’appuyant sur ses proches, pour se déplacer à son domicile assiégé par les forces du régime.

«Nous craignons que la chute du cheikh lui ait causé une nouvelle fracture à la hanche» selon la source «mais on a su qu’il a eu des ecchymoses à la hanche, et rien n’a été fait pour le transférer à l’hôpital à l’époque … après quelque temps son état de santé s’est amélioré, il pouvait bouger, et refaisait sa prière debout, mais il a subi un nouveau revers, causant son transfert à l’hôpital le 25 juin dernier».

La destination était l’hôpital Ibn al-Nafis, un hôpital privé situé dans la capitale, Manama. Là, l’ayatollah Qassem a subi des examens médicaux par une équipe médicale «fiable», selon des sources proches de l’ayatollah Qassem. Il a également subi une endoscopie, mais le résultat fut choquant !

«La crainte d’une nouvelle rupture était la raison du transfert de cheikh à l’hôpital, mais après l’endoscopie, on a découvert que la maladie se trouvait ailleurs, et voilà le choc !»

«Une maladie dangereuse et sensible, appelant impérativement le voyage de cheikh Qassem à l’étranger pour recevoir le traitement nécessaire». C’est ce qu’a diagnostiqué l’équipe médicale, qui a confirmé que le cas de l’ayatollah Qassem n’a pas atteint le phase critique, et qu’il est encore possible de contrôler la maladie, qui est encore dans sa première phase, mais tout cela impliquait l’accélération du voyage de cheikh Qassem à l’étranger pour commencer le traitement.

Les options furent bientôt limitées à trois : le Royaume-Uni, les États-Unis ou l’hôpital American à Beyrouth. Le choix est tombé sur le Royaume-Uni. Selon le chef de l’équipe médicale le cas du cheikh Issa Qassem, nécessite son traitement dans un hôpital spécialisé au Royaume-Uni.

Vendredi soir, l’entourage de l’ayatollah cheikh Issa Qassem affirmait que la situation était inquiétante, vu que les options n’étaient pas encore claires. D’autre part, la conduite du roi de Bahreïn qui a facilité le départ du Cheikh à l’étranger comme l’a révélé le ministre des Affaires étrangères dans un tweet, a suscité la préoccupation des Bahreïnis. La question était de savoir si le cheikh serait autorisé à retourner à Bahreïn, vu qu’il a été privé de sa nationalité suite à la crise qui oppose le régime au peuple.

Avec le diagnostic médical et les options disponibles, l’entourage  du cheikh ont conclu que la priorité était d’assurer la stabilité de la santé de l’ayatollah Qassem, et que tous les autres détails n’étaient que des détails marginaux. Aucune garantie n’a été donnée par le régime en place, en ce qui concerne les modalités de post-traitement, comme le confirment les proches du cheikh … la santé du cheikh, est ce qui préoccupe ces-derniers aujourd’hui.

Les mots de Sayed Abdallah Al-Gharifi jeudi soir préparaient les Bahreïnis à de nouveaux développements. Al- Gharifi a «rassuré les fidèles que le suivi des développements de la santé de cheikh Qassem se fait comme nécessaire, que ça soit là ou ailleurs». La décision déclarée vendredi, concernant le traitement de cheikh Qassem à l’étranger, a choqué les Bahreïnis.

Avec la diffusion des nouvelles concernant la santé de cheikh Qassem, les partisans du cheikh se sont dirigés vers les mosquées pour invoquer et supplier Dieu de guérir l’Ayatollah et de leur rendre leur chef et leur père spirituel. Des marches ont été également organisées durant lesquelles les manifestants ont scandé des slogans dénonçant «l’assassinat de leur patrie»… cheikh Issa Qassem est la «patrie» de beaucoup de bahreïnis, c’est ainsi que les bahreïnis ont rappelé aux forces du pouvoir leur présence et leur attachement à leur chef et leur patrie Issa Qassem, tout en portant au régime la responsabilité de la dégradation de la santé du cheikh suite à l’assignation à résidence qui lui a été imposée.

Source : Al-Ahed, traduit par l’équipe du site

Comments

// 0.052483