noscript

Please Wait...

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris
folder_openachoura 2014 access_time depuis 7 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

A l'occasion de la neuvième nuit de l'Achoura le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallaha participé en personne à la commémoration de cette nuit depuis le complexe du maitre des martyrs dans la Banlieue Sud de Beyrouth.

Voici les idées principales du discours de Sayed Nasrallah:

"Nous remercions Dieu pour vous avoir protégés pendant ces jours de l'Achoura au long du pays dans le contexte des menaces sécuritaires. Nous remercions l'armée libanaise, les forces de sécurité officielles, frères et sœurs du Hezbollah et toutes les parties ayant participé au maintien de la sécurité dans le pays.
Je voudrais aborder la situation politique locale, le conflit dans la région et le renouvellement de l'engagement envers l'imam Hussein. Je parlerais du parlement libanais, des élections présidentielles, de la situation à Tripoli, de l'armée libanaise, et le dialogue avec le parti du Futur.

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

1- Le dossier du Parlement libanais:

Le mandat du conseil actuel prend fin prochainement. Si des élections n'ont pas lieu, si le mandat actuel n'est prolongé, cette instance perdra sa fonction. Si nous choisissons de faire des élections, des forces sunnites essentielles les rejetteront. Si nous choisissons le prolongement du mandat du Parlement, une constituante essentielle des forces chrétiennes le refuseront. Ceci signifie que nous irons vers le vide constitutionnel. Le Hezbollah a fait savoir qu'il est pour toutes les options à l'exception du vide. Nous sommes contre le vide. Nous sommes arrivés à un point sensible et nous sommes tous appelés à aider le chef du Parlement pour ne pas provoquer le vide.

2- Les élections présidentielles:

Chaque camp politique accuse l'autre de saboter le scrutin présidentiel. Nous sommes convaincus que personne dans le pays ne planifie pour le vide présidentiel. Nous cherchons tous un chef du pays au palais de Baabda. Dernièrement, nous avons entendu que ce dossier est devenu aux mains des forces régionales. Cette nuit, j'appelle toutes les parties à travailleur pour reprendre ce dossier. Certains pays régionaux sont toujours intéressés par l'élection d'un président. Sommes-nous capables de restituer ce dossier? De notre côté, la Syrie a fait savoir qu'elle accepte ce que ses alliés libanais et la résistance le décident. En Iran, plusieurs personnalités libanaises ont contacté les Iraniens. Les responsables iraniens ont dit à tout le monde que ce dossier est une affaire purement libanaise. Nous, en tant que camp politique, sommes indépendants de la Syrie et de l'Iran au sujet des facilitations pour l'élection d'un président de la République.

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

Je m'adresse à l'autre camp politique pour l'appeler à résoudre le problème avec l'Arabie Saoudite. Possédez-vous un mandat régional pour élire un président? Si les forces locales veulent effectuer un dialogue interne, elles doivent se dissocier de tous les vetos régionaux.
Nous soutenons la candidature d'une personne bien déterminée qui jouit de la meilleure représentativité chrétienne. Il s'agit du général Michel Aoun. Cette question ne saura être réglée que par le dialogue, et je dis aux forces politiques libanaises: Si vous attendez des changements dans la région, sachez que cette attente durera longtemps.

3- Les incidents à Tripoli:

Sans doute, le Liban a été sauvé d'une épreuve très dangereuse. On planifiait des projets très dangereux pour la capitale nord du pays. L'armée libanaise a supporté le plus lourd fardeau des combats et a réussi à surmonter les défis politiques, les campagnes médiatiques et militaires. Donc, cette armée est capable de préserver la sécurité et la stabilité dans le pays. Nous n'avons jamais présenté la résistance comme une alternative à cette armée. Je salue cette institution qui représente le sacrifice et la loyauté.

Le deuxième facteur qui a sauvé Tripoli de cette épreuve est la position des habitants de Tripoli, des forces et des oulémas sunnites qui ont adopté une position décisive. Nous apprécions fort la position du Premier ministre, du mufti et de tous les anciens premiers ministres. Le rôle majeur a été joué par le courant du Futur qui a coupé la route devant ces positions nationales.

4- Le dialogue avec le Futur:

Des parties tierces sont venues nous demander d'entamer un dialogue avec le courant du Futur. D'ici, j'annonce que nous sommes prêts à effectuer un dialogue avec cette force politique. De retour à l'armée, l'Iran a fait un don militaire. Une haute délégation iranienne est venue au Liban pour afficher la disposition de la République islamique à fournir des armes au Liban. Certaines forces politiques se sont demandé comment accepter le don iranien. Pourtant, l'Iran a fait savoir que ce don est sans condition. Nous ne comptons pas provoquer de problème au gouvernement pour l'acceptation de ce don. Voulez-vous aider l'armée en armes, allons-y.

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

Au sujet des soldats enlevés, il revient au gouvernement de suivre cette affaire, et nous au Hezbollah préférons ne pas aborder cette cause dans les médias. Le gouvernement suit cette affaire compliquée surtout que les groupes armés ne sont pas sérieux et cherchent à faire du chantage. J'appelle les parents des soldats enlevés à plus de patience et de soutien et de coopération au gouvernement.

5- Les questions vitales:

Malgré les conditions sécuritaires et politiques du pays, le gouvernement libanais doit faire des efforts pour résoudre les crises vitales dont souffrent la plupart des Libanais. Ce gouvernement doit assumer toutes ses responsabilités en ce sens.

6- La situation régionale:

Au Liban, comme dans la région, nous entendons parler que le conflit dans la région est sectaire, entre sunnite-chiite. Certains dirigeants peuvent alors considérer que le conflit ne le concerne pas. Il faut savoir diagnostiquer le problème pour le régler. Ce qui se passe dans la région déterminera le sort de tous les peuples. C'est une grande erreur de prétendre que le conflit oppose les sunnites aux chiites.

Le conflit en Libye oppose deux parties: la première soutenue par le Qatar et la Turquie et la deuxième est soutenue par l'Arabie Saoudite, les Emirats.
En Egypte, un grand problème politique bouleverse le pays. Où est le conflit sunnite-chiite? Les parties en conflit sont toutes des sunnites. Ce qui se passe dans ce pays est très dangereux pour toute la région.

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

En Syrie, d'aucuns peuvent prétendre que le conflit avec le régime est sectaire et ceci n'est pas vrai. Est-ce que le conflit de Daesh et d'al-nosra et d'autres groupes armés reflète un conflit sunnite-chiite? Le conflit à Kobané est-il un conflit sunnite-chiite? Les frappes contre les chrétiens qui s'apparentent à un génocide ont-ils un lien avec le conflit sunnite-chiite? Les massacres contre les Yazidisn'ont rien à voir avec les chiites. Le conflit entre les pays de la région est-il en rapport entre sunnites et chiites? Non.

Ce qui se passe dans la région est un conflit politique. L'axe auquel nous appartenons et dans lequel nous combattons n'est pas exclusivement chiite.

Le résultat de ce qui précède:

1- Le conflit dans la région n'est pas sectaire.
2- Les parties concernées dans le conflit ne doivent pas accepter qu'il se transforme en conflit sectaire.
3- Notre bataille est contre les Etats-Unis et contre les terroristes takfiris qui cherchent à écraser tout le monde.
4- Il faut que nous n'acceptions pas ceci et nous ne devons pas agir sur la base d'un conflit sectaire.
5- En Irak, le conflit n'a jamais été sectaire, bien que Saddam Hussein ait tué tous les grands oulémas du chiisme.
6- A nos frères sunnites j'appelle cette communauté à la sagesse et à ne pas accepter d'être entrainés par les projets de certains pays.
7- Cette période nécessite de la sagesse, de prise de conscience et de la vigilance. Tout le monde est visé. Les chrétiens comme les musulmans, tout le monde doit assumer ses responsabilités.
8- Pour remporter la bataille, nous devons être tous à la hauteur des défis.

Sayed Nasrallah: Le conflit dans la région n’est pas sectaire, notre bataille est contre les USA et les takfiris

Demain, c'est le jour de la fidélité, de l'engagement, demain, l'imam Hussein retourne devant le monde entier en train de mener la bataille de la défense de la religion de son grand-père, pour lancer son appel éternel: "Y a-t-il un partisan qui me soutient?"
Votre cri reflète votre attachement à l'esprit et à la morale de Kerbala. "Je témoigne que vous portez en vous la fidélité et la loyauté à l'imam Hussein. C'est ce que nous trouvons clairement dans les yeux des parents des martyrs, des combattants et des familles qui présentent les sacrifices. Nous sommes et serons toujours à côté de l'imam Hussein même si nous sommes déchiquetés. Nous démontrerons demain au monde entier que nous ne tenons pas compte des menaces sécuritaires et que nous allons participer en masse à la marche populaire".

Source : French.alahednews


Comments

//