noscript

Please Wait...

La désintégration de l’entité sioniste a commencé et sa disparition serait imminente

La désintégration de l’entité sioniste a commencé et sa disparition serait imminente
folder_openRapports access_time depuis 21 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Celine Farhat

L'effondrement incontestable et la disparition inévitable de l’occupation israélienne de la terre historique de Palestine ne sont plus un sujet de débat ou de simples prédictions basées sur l'analyse de la réalité et la clairvoyance ; mais c'est devenu une affaire réglée, après l'opération Déluge d’Al-Aqsa qui a ébranlé l'entité occupante, secoué ses fondements et déstabilisé ses articulations, militairement et politiquement.

Cette opération a permis également de réfuter les allégations et les mensonges qu’«Israël» n'a cessé de ressasser sur «l'armée imbattable» et «la seule démocratie au Moyen-Orient», dévoilant sa véritable nature aux yeux du monde entier, faisant prendre conscience aux proches comme aux lointains de l'ampleur des massacres sanglants qu'il commet quotidiennement depuis plus de 7 mois, dans la guerre d'extermination la plus féroce connue par l'humanité à l'époque moderne.

En effet, l’opération Déluge d’Al-Aqsa a réussi à façonner un nouveau monde et une véritable prise de conscience à l’égard de la cause palestinienne, au point qu'il n'est plus étrange de voir des manifestations de soutien et de solidarité parcourir l'Europe, l'Amérique et l'Asie, dénonçant les massacres israéliens contre le peuple palestinien sans défense et exigeant un arrêt immédiat de cette guerre d'hécatombe, et même la mise en accusation des criminels de cette guerre. Ce «Déluge» a reconfiguré la conscience occidentale en confirmant le droit du peuple palestinien à établir son État indépendant et à obtenir l'intégralité de ses droits.

Ces victoires successives de la cause palestinienne ont dépassé les objectifs initialement visés par cette opération, que ce soit en termes de libération de détenus ou de sollicitation de négociations de paix avec un ennemi criminel et détesté, devenu rejeté dans de nombreux pays du monde, transformant ces victoires en réalisations concrètes sur le terrain, que personne n'aurait pu imaginer.

Les réalisations les plus remarquables sont:

Premièrement: La résistance palestinienne a remporté des victoires stratégiques historiques, reflétant le niveau de mobilisation de ses factions, en particulier les Brigades Ezzeddine Al-Qassam. Ces Brigades ont prouvé leur capacité à assaillir les bastions de l'ennemi israélien malgré ses systèmes de défense aérienne avancés.

Ces systèmes de défense se sont avérés impuissants face aux salves de roquettes qui ont bombardé les villes occupées, forçant les Israéliens à se réfugier dans les abris. Plus de 600 soldats de l'armée d'occupation ont été tués, avec des milliers de blessés, selon les chiffres officiels, bien que les estimations militaires suggèrent que les chiffres réels soient le double ou le triple.

Malgré la destruction massive causée par la machine de mort israélienne à Gaza, la résistance a réussi à mener des attaques de roquettes depuis des zones que l'occupation prétend contrôler. Cette victoire stratégique de la résistance a dépassé la simple dissuasion et la préparation militaire, transformant la résistance en un adversaire redoutable capable de faire face aux grandes puissances qui soutiennent l'occupation, notamment les États-Unis et l'Occident, qui fournissent à «Israël» des armes et du matériel de combat. Bien que la situation soit inégale, la résistance continue d'infliger de lourdes pertes à l'occupation.

Deuxièmement: La reconnaissance trilatérale européenne de l'Espagne, de l'Irlande et de la Norvège de l'État de Palestine, ce qui a rendu Netanyahu et sa bande terroriste fous et a provoqué la colère au sein du conseil de guerre et d'agression, a poussé l'État d'occupation à prendre des mesures diplomatiques contre ces pays.

De fait, l'occupation ne veut absolument pas l'établissement d'un État palestinien indépendant et ne recherche aucune paix avec aucune partie ; Elle ne prévoit que l'usurpation de l'ensemble de la terre palestinienne et sa transformation en colonies, d'autant plus qu'elle est maintenant revenue des années et des décennies en arrière, après avoir réoccupé le passage de Rafah du côté palestinien et déployé ses forces militaires dans plusieurs régions de Gaza, en plus de l’occupation effective de la Cisjordanie, ce qui confirme qu'elle occupe maintenant presque toute la Palestine historique. Par conséquent, toute reconnaissance européenne - ou occidentale en général - de l'État de Palestine représente une frappe pour l'occupation et sape ses plans et son rêve d'établir ce qu'on appelle le «Grand Israël» dans le cadre de son plan colonial «du Nil à l'Euphrate».

De surcroit, les décisions de la Cour internationale de justice, que ce soit la première décision rendue en janvier dernier, ordonnant à «Israël» de prendre des mesures pour prévenir le génocide à Gaza, ou la deuxième décision rendue dernièrement, ordonnant à l'État d'occupation de cesser l'attaque militaire contre la ville palestinienne de Rafah et d'ouvrir le passage pour permettre l'entrée de l'aide humanitaire, ainsi que «de prendre les mesures nécessaires pour garantir l'accès sans entrave des enquêteurs à Gaza», dans le but de préserver les preuves criminelles dans le cadre du procès historique d'«Israël» devant cette cour internationale, confirment à nouveau qu'«Israël» est condamné pour avoir commis un génocide à Gaza.

Troisièmement: Le procureur général de la Cour pénale internationale a demandé la publication de mandats d'arrêt contre le «Premier ministre israélien» Benjamin Netanyahu et son ministre de la Guerre Yoav Gallant. C'est le coup de fouet qui a giflé la face d’«Israël» et l'a exposé au monde entier, approfondissant l'isolement de cette entité bâtarde et révélant ses vilaines ignominies partout.

Quatrièmement: Un nouveau monde se forme après le Déluge d’Al-Aqsa. Ce monde est dirigé par les honnêtes hommes partout, même dans le fief des pays parrainant et soutenant «Israël» et ses massacres à Gaza. Le nouveau monde auquel on fait référence est celui des hommes libres qui se sont soulevés en soutien à la Palestine, à Washington, Londres, Madrid, Barcelone, Berlin, Tokyo, Paris, Athènes, New York, Rotterdam, et aux Pays-Bas, entre autres villes du monde.

Il ne fait aucun doute qu'il y a des perdants et des gagnants dans toute bataille, mais le véritable gagnant est celui qui lit l'histoire avec soin et comprend que des entités comme «Israël» n'ont pas d'avenir dans la région arabe, car comme l'a dit l'historien britannique Arnold Toynbee: «Ces sionistes seront engloutis par le désert arabe». Toutes les analyses et les lectures confirment cette inéluctabilité historique.

Il reste à dire que l'État d'occupation disparaîtra tôt ou tard, mais la grande surprise est que son effondrement commence de l'intérieur avant l'extérieur, grâce au Déluge d’Al-Aqsa et aux opérations de qualité de la résistance, qui ont soulevé «l'opinion publique israélienne» contre ses dirigeants politiques et militaires, causant même des divisions et des dissensions intestines. Le «gouvernement» de Netanyahu ne survivra pas, car son effondrement a commencé il y a plus de 7 mois, et la désintégration d'«Israël» est en cours depuis lors.

Nous verrons de nos propres yeux la disparition de cette entité temporaire.

Comments

//