noscript

Please Wait...

Pauvre France!

Pauvre France!
folder_openRapports access_time depuis 21 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Donia Chames

«Il me convient d’être avec les peuples qui meurent, je vous plains d’être avec les rois qui tuent», Victor Hugo.

Le mardi 28 mai, le député français LFI de Marseille, Sébastien Delogu, a brandi un drapeau palestinien dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale française. Il a été lourdement sanctionné par la présidente de cette Assemblée qui elle-même affiche un «drapeau israélien» à sa veste. On l’a exclu de l'Assemblée nationale pendant 15 jours.

Un documentaire sur les supplices des Palestiniens à Gaza a été diffusé à l’Assemblée Nationale: 17 députés sur 576 ont assisté à la séance. Pourtant, lors de la diffusion de la vidéo concernant le 7 octobre, ils étaient presque tous présents. Assidus.

Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, a admonesté les pays européens qui ont déclaré la reconnaissance de l’État palestinien. Quel intérêt diplomatique a la France de procéder ainsi avec ses partenaires de l’Union européenne ? Nul intérêt, à part satisfaire «Israël». Le contenter.

Les chaînes télévisées françaises agissent comme des porte-voix de «l’armée israélienne». Des déléguées, des interprètes. Elles diffusent ses mensonges et justifient ses crimes. Elles disculpent cette «armée» et la blanchissent. La presse écrite également. Pour s’informer, il vaut mieux lire la «presse israélienne» que perdre son temps avec les médias français.

Ça fait des mois que des propos racistes, censurés par la loi, sont tenus ouvertement dans ces médias et sur les réseaux sociaux. Que font les autorités françaises ? Rien. Laxisme total. Par contre, la moindre critique d’«Israël» peut entrainer de terribles conséquences pour l’auteur.

La liste est interminable, mais la poursuivre n’ajoute rien à la triste certitude: de tous les pays qui soutiennent «Israël», la France est la plus indigne. La plus révoltante. Ses dirigeants ne se conduisent pas comme des alliés, mais comme des serviteurs, des subalternes et des laquais. Leur zèle nauséeux souille la France et mine le peu qui reste de son prestige sur la scène internationale.

Cependant, face à ces faits, l’opinion publique française semble s’aligner du côté palestinien. Des manifestations massives de soutien à la Palestine ont empli les rues de Paris pendant trois jours consécutifs.

Il fallait réagir. Le député «franco-israélien» Meyer Habib, représentant des Français établis hors de France et traité de «porc» par son collègue David Guiraud, s’est activé. Pour lui, jamais un juif ne sera un colon à "Jérusalem" (al-Qods occupée), jamais un juif ne sera un colon en "Judée" (Cisjordanie occupée). Jamais!».

Il s’est réuni avec son ami le «Premier ministre israélien» Benjamin Netanyahu pour trouver une solution. Après leur «réunion de travail» -selon les termes employés par Habib, ce dernier a annoncé que «Bibi» allait «s’adresser longuement aux Français», jeudi soir sur TF1.

Le groupe TF1 a offert ainsi une tribune à Netanyahu, un individu poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale.

Pauvre France… Triste destin de valet pour une nation qui fut jadis un empire.

Comments

//