noscript

Please Wait...

«Israël»: La santé psychologique des soldats est en jeu, l’armée impose un blackout médiatique

«Israël»: La santé psychologique des soldats est en jeu, l’armée impose un blackout médiatique
folder_openRapports access_time depuis 13 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Celine Farhat - AlAhed

Des entretiens avec les proches des soldats et officiers israéliens suicidés révèlent que ce qu'ils ont vu dans les colonies de la périphérie de Gaza a brisé leur moral, tandis que l'armée sioniste peine toujours à faire face à ce phénomène, même après huit mois depuis le 7 octobre.

Le quotidien israélien «Haaretz» a publié cette semaine un rapport selon lequel certains cas de suicide enregistrés au sein de l'armée ont eu lieu dans les premières heures du 7 octobre ou dans les jours qui ont suivi immédiatement, tandis que d'autres se sont produits durant la guerre déchainée contre Gaza.

Le journal a cité des experts affirmant que la plupart des cas de suicide parmi les militaires israéliens concernent de jeunes soldats.

Le rapport a évoqué des effets inaccoutumés de l’opération Déluge d’Al-Aqsa.

«Soudainement, l'armée doit faire face à des tendances suicidaires parmi les soldats et les officiers en service militaire permanent et dans la réserve. Des militaires dans la trentaine et la quarantaine», a expliqué le texte.

Yossi Levi-Belz, directeur du Centre de recherche sur le suicide et la douleur psychologique au Centre académique «Rubin», a déclaré: «Ces incidents ont été très surprenants, car les cas de suicide ne se produisent généralement pas pendant les périodes de guerre, mais après la fin des combats, en particulier chez ceux qui souffrent de troubles de stress post-traumatique, mais ces cas indiquent l'étendue et la profondeur de l’impact des batailles».

Cet expert a ajouté que les troubles psychologiques touchent des soldats qui se réveillent chaque matin, secoués par des images, des sons et un sentiment de culpabilité.

«Ces cas rares indiquent l'ampleur des atrocités qui ont eu lieu dans la périphérie de Gaza à ce moment-là et leur impact sur l'état mental de ceux qui les ont vues», a affirmé le journal.

Et «Haaretz» de poursuivre que ce soit pendant leur service, en portant leur uniforme militaire, ou après leur démobilisation, l'armée israélienne reconnaît son échec à fournir un soutien psychologique à ses soldats et officiers, bien que le système de soutien psychologique ait connu de nombreux changements pendant la guerre en cours.

Alors que les données de l'armée israélienne confirment le suicide de dix soldats et officiers depuis le début de la guerre jusqu'au 11 mai, elle refuse de mentionner les noms, ainsi que les détails. Elle conserve les noms des suicidés dans ses dossiers uniquement.

De fait, l'enquête de «Haaretz» a révélé que la guerre à Gaza a entraîné la détérioration de la santé mentale de nombreux jeunes soldats et officiers de l'occupation, y compris ceux dans la quarantaine. Un phénomène que l'armée d'occupation a clairement échoué à affronter.

Le journal a souligné que l'armée d'occupation dissimule certains cas de suicide et prétend que certains des militaires mentionnés dans la liste des morts pendant la guerre ont été tués dans des accidents de la route, tandis qu'un autre nombre de décès n'est pas mentionné dans les listes.

Les troubles mentaux affectent également les colons israéliens

Par ailleurs, un groupe de directeurs d'hôpitaux de santé mentale à «Tel Aviv» a envoyé une lettre à l'organe de surveillance, demandant la déclaration de l'état d'urgence en raison de la détérioration importante de la santé mentale des Israéliens depuis le 7 octobre dernier en raison de la propagation des maladies mentales. La lettre mentionne que les événements du 7 octobre «ajouteront 300.000 nouveaux patients nécessitant un traitement psychologique», notant qu’on ne sait pas encore combien de personnes souffriront de problèmes mentaux parmi ceux qui reviendront des combats à Gaza.

Le groupe de directeurs a ajouté: «S'il vous plaît, utilisez votre pouvoir et votre autorité pour sauver la santé mentale des citoyens israéliens».

Les directeurs des hôpitaux de santé mentale en «Israël» ont décrit des conditions inhumaines dans leurs établissements de santé. La lettre a appelé à la déclaration de l'état d'urgence en raison de l'augmentation des taux de maladies mentales, de troubles psychologiques et de suicides parmi les Israéliens, tandis que les services de soins nécessaires se dégradent.

Le «ministère israélien de la Santé» n'a pas accueilli favorablement la lettre. Il a affirmé avoir mis en place un plan de santé mentale d'un coût de «2 milliards de shekels» dans le cadre du budget établi en collaboration avec des experts du système de santé et des spécialistes internationaux, selon la réponse du «ministère».

Pour sa part, le site Web israélien «Ynet» a indiqué que la guerre à Gaza avait déjà un coût élevé en vies humaines et en blessures physiques, et qu'elle aurait également un coût élevé sur le plan psychologique, en particulier pour les soldats blessés.

Selon le site, depuis le début de la bataille «Déluge d’Al-Aqsa», plus de 2 800 soldats de l'armée d’occupation israélienne ont été transférés au département de réadaptation du «ministère» de la Guerre, dont 3 % sont gravement blessés et 18 % souffrent de problèmes mentaux liés au stress post-traumatique.

Ainsi, les conséquences de la guerre génocidaire déchainée contre la bande de Gaza dépassent les effets stratégiques politiques, économiques, sociaux et financiers, pour affecter la santé mentale des Israéliens, ce qui aura un impact de grande envergure sur l’entité usurpatrice, renforçant davantage son caractère provisoire.

Comments

//