noscript

Please Wait...

Les responsables israéliens dans le collimateur de la CPI… appréhensions à «Tel Aviv»

Les responsables israéliens dans le collimateur de la CPI… appréhensions à «Tel Aviv»
folder_openRapports access_time depuis 26 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Donia Shames - AlAhed

Les mandats d'arrêt qui seraient émis par la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, à l’encontre des hauts responsables israéliens, continuent d'avoir de graves répercussions sur l'entité sioniste, car ils représentent une autre étape de la campagne juridique internationale menée contre «Israël».

Ces mandats d'arrêt, s'ils sont émis, feront partie des mesures légales prises contre l'occupation israélienne, allant de la demande de l'Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice, aux procédures engagées devant les tribunaux de différents pays tels que les Pays-Bas et l'Allemagne, dans le but d'empêcher les gouvernements de vendre des armes à l'occupation, y compris les plaintes pénales déposées dans différents pays contre les officiers et soldats israéliens pour violation du droit international.

Le professeur Amichai Cohen, membre de l'«Institut israélien de démocratie» et enseignant à l'Académie Ono, a souligné que «la campagne juridique hostile» à «Israël» se déroule actuellement dans des environnements virtuels et des salles de tribunaux. Cependant, il a averti que cela pourrait bientôt avoir un impact sur les résultats des combats à Gaza. Selon lui, «Israël» fait face à une accusation historique grave de génocide contre les Palestiniens.

Dans un article publié par la chaîne israélienne 12, il a ajouté que la principale préoccupation d'«Israël» réside dans le fait que la CPI a le pouvoir de causer un préjudice considérable à l'occupation.

En effet, la CPI peut créer de nombreuses difficultés pour les responsables visés par des mandats d'arrêt, car elle est conçue pour agir contre les individus, et non contre les États.

Cette Cour porte des accusations contre les personnes soupçonnées d'avoir commis de graves violations du droit international telles que des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et des génocides.

De plus, les 120 pays ayant adhéré au Statut de Rome sont tenus de coopérer avec la CPI et d'exécuter les mandats d'arrêt émis.

Ces développements juridiques soulignent l'importance croissante de la responsabilité individuelle dans le respect des normes du droit international humanitaire.

Les éventuelles poursuites judiciaires internationales renforcent le sentiment d'inquiétude en «Israël», quant aux conséquences potentielles de ses actions.

Si les mandats d'arrêt sont effectivement délivrés, il est probable qu'ils cibleront les hauts responsables de l'occupation israélienne, tels que le «Premier ministre», le ministre de la Guerre Benny Gantz et le chef d'état-major Aviv Kochavi.

De tels mandats limiteraient considérablement leurs déplacements à l'étranger, car s'ils se rendent dans certains pays tels que le Canada, l'Australie, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou la République Tchèque, ils pourraient être arrêtés et transférés à la CPI à La Haye, aux Pays-Bas, qui dispose d'un centre de détention.

Le risque pour la liberté de ces responsables n'est qu'une partie des conséquences qui seront infligées à «Israël» en raison des mandats d'arrêt. Il est également possible que cela entraîne la suspension de la coopération scientifique avec des chercheurs israéliens, sans mentionner les dommages significatifs aux ventes d'armes.

Par conséquent, les dommages pourraient s'étendre à d'autres niveaux, tels que les poursuites pénales potentielles contre les «Israéliens» impliqués dans les récentes opérations militaires, comme l'agression «Épée de fer» à Gaza. Cela exposerait de nombreux «Israéliens» à des poursuites dans différents pays, pas seulement les hauts responsables.

Rappelons qu'après la création de la CPI, de nombreux pays ont conservé le pouvoir de juger des individus accusés de graves violations du droit pénal international en vertu du principe de «compétence universelle». Selon ce principe, tout État dans le monde qui a accès à un suspect accusé de graves violations du droit international peut le juger, même s'il a commis les violations dans des pays étrangers. Bien que jusqu'à présent, l'exercice de ce pouvoir à l'encontre des «Israéliens» ait été limité, cela pourrait changer si la CPI émet des mandats d'arrêt.

Cette approche juridique souligne que si la CPI montre sa volonté de poursuivre les «Israéliens» en délivrant des mandats d'arrêt, cela signifierait une perte de confiance dans le système d'enquête israélien.

Ainsi, d'autres pays pourraient suivre cet exemple, ce qui pourrait entraîner une augmentation significative des poursuites judiciaires contre les «Israéliens».

Les hauts responsables de l'armée d'occupation et les «Israéliens» occupant des postes élevés dans la fonction publique et ayant une double nationalité pourraient être particulièrement visés.

Il est important de souligner que si les risques de boycott international et de poursuites judiciaires généralisées contre les «Israéliens» se matérialisent, cela aura un impact concret sur de nombreux «Israéliens» qui pourraient se retrouver dans des situations juridiques délicates, perturbant ainsi leur vie.

Cela signifierait également l'échec des efforts diplomatiques déployés par les États-Unis pour influencer la CPI et prévenir de telles mesures.

En effet, Washington estime que la CPI n'est pas compétente.

«Nous n'y sommes pas favorables. Nous ne pensons pas qu'elle soit compétente», a déclaré la Maison Blanche, commentant l’affaire.

La porte-parole, Karine Jean-Pierre, a déclaré que les États-Unis «ont été très clairs sur le fait qu'ils ne soutiennent pas l'enquête en cours de la CPI sur l'attaque du 7 octobre menée par le Hamas contre Israël et sur l'offensive militaire de représailles d'Israël dans la Bande de Gaza assiégée».

«Où est le président américain Joe Biden ? Pourquoi reste-t-il silencieux alors qu'Israël risque d'être traîné dans la boue ?» a déclaré, dimanche, une source diplomatique israélienne au «Jérusalem Post».

La CPI, pour sa part, n'a pas commenté publiquement les mandats d'arrêt potentiels.

«Israël» et les États-Unis ne sont pas membres de la CPI et ne reconnaissent pas sa compétence. La Palestine a été admise comme membre de la Cour basée à La Haye en 2015.

Le «gouvernement israélien» actuel, de tendance droite, semble adopter une approche de confrontation plutôt que de diplomatie, ce qui pourrait entraîner des conséquences juridiques désastreuses pour l'occupation et ses alliés.

 

Comments

//