noscript

Please Wait...

La population chinoise a baissé pour la première fois en 60 ans

La population chinoise a baissé pour la première fois en 60 ans
folder_openAsie access_time depuis 9 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

La population de la Chine, pays le plus peuplé du monde, a baissé en 2022, a indiqué mardi 17 janvier 2023 un organisme officiel, une première historique depuis le début des années 1960.

9,56 millions de naissances ont été enregistrées au total l’an passé.

Celles-ci n’ont pas compensé les 10,41 millions de décès, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS) dans un rapport.

La population chinoise a donc baissé d'environ 850 000 personnes en 2022.

Cette chute devrait se poursuivre sur plusieurs décennies, selon de nombreux démographes, ce qui aura des conséquences sensibles sur l'économie, la société et le système de retraites. 

La baisse de la population est une première depuis 1960-1961, lorsqu'une grande famine, commencée en 1959, avait fait des dizaines de millions de morts, notamment après les erreurs de la politique économique du «Grand bond en avant».

La baisse de 2022 s'explique notamment par le coût de la vie qui a fortement augmenté, par le niveau d'études plus élevé des femmes qui retarde les grossesses ou encore par le manque d'envie des jeunes générations d'avoir un enfant.

Le taux de fécondité s'est écroulé à 1,15 enfant par femme en 2021, loin derrière le seuil de renouvellement des générations qui est de 2,1 enfants par femme.

La baisse de la population, notamment du nombre d'actifs, devrait avoir des répercussions sur l'économie chinoise pendant plusieurs décennies.

Le coût du travail devrait augmenter, rognant la compétitivité de la main d'œuvre chinoise, et la pression sur les actifs pour assurer les soins des seniors va très nettement s'accentuer.

De nombreuses autorités locales ont déjà lancé des mesures pour inciter les couples à procréer.

La Chine pourrait n'avoir plus que 587 millions d'habitants en 2100, selon les projections les plus pessimistes d'une étude de l'Académie des sciences sociales de Shanghai, actualisée l'an passé et dont les données ont été transmises à l'AFP.

Comments

//