noscript

Please Wait...

«Esclavage moderne»: des employées de maison kenyanes racontent des abus en Arabie saoudite

 «Esclavage moderne»: des employées de maison kenyanes racontent des abus en Arabie saoudite
folder_openPresse occidentale access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Caroline Kimeu & Ventura Kireki | The Guardian

Ouand Joy Simiyu a quitté le Kenya pour un nouveau travail de domestique en Arabie saoudite, elle a cru que sa vie était sur le point de s’améliorer. Alors que la jeune femme de 25 ans ne s’était jamais imaginée gagner sa vie grâce aux travaux ménagers, ses rêves s’étaient éloignés après avoir abandonné l’université en raison de pressions financières.

«J’avais désespérément besoin d’un emploi», a déclaré Simiyu, l’une des nombreuses Kényanes qui se rendent dans le Golfe pour chercher du travail, chassées par les taux de chômage élevés du pays.

Mais quelques mois plus tard, Simiyu était de retour au Kenya, avec une histoire déchirante mais familière d’abus d’employeur, mettant en garde les autres contre le fait de se rendre en Arabie saoudite pour le travail.

L’Arabie saoudite est connue pour son piètre bilan en matière de travail et de droits de l’homme, et est largement considérée comme l’un des endroits les plus dangereux au monde pour travailler. Les employeurs de l’État du Golfe sont harcelés par des abus physiques, mentaux et sexuels sur leurs femmes de ménage migrantes depuis des années ; revendications qui ne cessent de refaire surface.

Au Kenya, des signalements d’abus ont suscité une nouvelle indignation au début du mois lorsque des photos en ligne d’une jeune travailleuse kenyane basée en Arabie saoudite, Diana Chepkemoi, à l’air fragile, sont devenues virales, ainsi que des informations selon lesquelles elle était victime d’abus et de négligence de la part de son employeur. Sous la pression croissante du public, le gouvernement l’a rapatriée ainsi que quelques autres employées de maison confrontées à une situation similaire dans l’État du Golfe, dont Simiyu.

Simiyu dit qu’elle a été victime d’un torrent d’abus pendant son séjour en Arabie saoudite – qu’elle a été forcée de travailler dans plusieurs maisons et privée de nourriture et de repos. Elle affirme également que son employeur retiendrait son salaire, affirmant qu’elle «ne faisait pas assez de travail pour exiger un salaire», ou qu’elle serait payée en temps voulu car «elle n’irait nulle part».

«C’est de l’esclavage des temps modernes», a déclaré Fred Ojiro de Haki Africa, une organisation de défense des droits humains basée à Mombasa qui défend les droits des travailleurs à travers le continent.

Au plus fort des abus, Simiyu dit qu’elle s’est échappée de la maison dans laquelle elle travaillait et s’est rendue à l’agence qui l’avait recrutée, demandant à être transférée dans un autre foyer. L’agence a promis de lui trouver du travail dans deux jours, mais cela s’est étalé sur des semaines et de nombreuses autres femmes attendaient depuis bien plus longtemps.

Elle affirme que les responsables de l’agence les enfermaient dans une auberge, avec un seul repas par jour, et les traquaient pour le sexe en échange d’une nouvelle affectation. Ce n’est qu’après que Simiyu et quelques autres femmes se sont échappées de l’auberge et ont publiquement résisté aux efforts des responsables de l’agence pour un retour forcé que les femmes ont été emmenées à l’ambassade du Kenya en Arabie saoudite, ce qui a facilité leur retour.

Simiyu se considère chanceuse d’être rentrée chez elle. Au moins 89 Kényanes, dont la plupart étaient des travailleurs domestiques, sont mortes en Arabie saoudite entre 2020 et 2021, selon un rapport du ministère kenyan des affaires étrangères présenté à l’Assemblée nationale à la fin de l’année dernière. L’Arabie saoudite a attribué ces décès à un «arrêt cardiaque».

Face à ces sombres statistiques, le ministère des affaires étrangères a proposé d’interdire le déploiement de travailleurs domestiques kenyans en Arabie saoudite jusqu’à ce que des mesures de protection soient prises. Mais le secrétaire du cabinet du travail du Kenya, Simon Chelugui, a rejeté ces appels, affirmant que des centaines de milliers de Kenyans y étaient employés dans des «conditions favorables».

Des pays comme l'Ouganda et les Philippines ont précédemment interrompu le déploiement de leurs travailleurs domestiques en Arabie saoudite en raison de nombreux rapports d'abus, mais ont ensuite levé les interdictions. Comme le Kenya, les deux pays reçoivent des envois de fonds importants de leurs citoyens travaillant en Arabie saoudite.

Le Golfe est la troisième plus grande source d'envois de fonds de la diaspora pour le Kenya, et les paiements ont doublé au cours des deux dernières années, rendant peu probable une interdiction durable de l'exportation de main-d'œuvre.

Dans la région du Golfe, plus de 2,1 millions de femmes employées dans des ménages sont exposées au risque d'exploitation.

Les femmes qui se rendent en Arabie saoudite par l'intermédiaire d'agences non enregistrées sont souvent confrontées à un risque accru d'abus et de pratiques contraires à l'éthique, des groupes de défense des droits signalant que certains travailleurs signent des contrats en arabe, sans comprendre la langue.

 

 

Comments

//