noscript

Please Wait...

Raïssi à Macron : L’Europe doit montrer concrètement que ses politiques ne sont pas soumises à la volonté US

Raïssi à Macron : L’Europe doit montrer concrètement que ses politiques ne sont pas soumises à la volonté US
folder_openEurope access_time depuis 14 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Irna

Le président iranien Ebrahim Raïssi a déclaré que l'approche de l'AIEA sur les questions devait être technique et éloignée des pressions et des suggestions des autres, et nous pensons que «sans la clôture des dossiers de l'Iran, il n'est pas possible de parvenir à un accord».

Lors de la rencontre avec le président français Emmanuel Macron, le président Ebrahim Raïssi a souligné que l'Iran était prêt à parvenir à un accord juste et stable, et a rappelé que la réalisation de cet accord nécessite des garanties rassurantes et la clôture des dossiers de sauvegarde de l'Iran, déclarant : «Le niveau de coopération et de relations entre l'Iran et la France peut être promu, tandis que l'Europe doit montrer concrètement que ses politiques sont indépendantes et non soumises à la volonté et à la politique des États-Unis».

Lors de cette réunion, le président a évoqué le retrait des États-Unis du JCPOA et la violation de ses obligations, ainsi que le manquement des Européens à remplir leurs obligations pour que l'Iran puisse bénéficier des avantages économiques de l'accord. «Malgré le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord et les dommages qui en résultent, le désir de la République islamique d'Iran de recevoir des garanties rassurantes est une exigence tout à fait raisonnable et logique», a souligné sayyed Raïssi.

Le président Raïssi a décrit les dossiers ouverts de l'Iran à l'AIEA comme un obstacle sérieux à la conclusion d'un accord : «L'approche de l'Agence sur les questions doit être technique et éloignée des pressions et des suggestions des autres, et nous pensons que sans la clôture des dossiers de l'Iran, il n'est pas possible de parvenir à un accord».

Critiquant la demande de résolution au Conseil des gouverneurs contre l'Iran par trois pays européens alors que les négociations sur le nucléaire se poursuivaient, Raïssi a dénoncé ces approches non constructives qui compliquent les problèmes.

«L'Agence internationale de l'énergie atomique, avec sa surveillance et ses inspections, a officiellement confirmé 15 fois que les activités de l'Iran sont basées sur ses engagements et loin de toute déviation», a ajouté le président Raïssi.

Le président a qualifié la double approche de l'Agence des activités nucléaires destructrices du régime sioniste de signe de politisation.

Raïssi a en outre qualifié les activités régionales de l'Iran de rétablissement de la paix et de facteur de prévention de la propagation du terrorisme en Europe, et a déclaré : «Le fait que vous organisiez aujourd'hui des élections dans le calme en France est dû aux efforts de la République islamique pour détruire le terrorisme dans la région».

Lors de cette réunion, M. Macron a fait des suggestions pour les négociations en cours et a déclaré : «Il est un fait que, alors que l'Agence a annoncé que l'Iran avait pleinement rempli ses obligations, les États-Unis se sont retirés du JCPOA en 2018, et les parties européennes ont manqué à leurs obligations concernant l'utilisation par l'Iran des avantages économiques de l'accord».

Le président français a décrit la nécessité de poursuivre les progrès de l'accord nucléaire et a déclaré : «L'Iran et l'AIEA sont capables de résoudre les cas existants en travaillant ensemble, et nous n'exercerons pas de pression politique sur l'AIEA à cet égard».

En invitant le président iranien à se rendre en France, M. Macron a ajouté : «Nous pouvons accroître notre coopération sur le développement des relations bilatérales et les questions économiques et régionales».

 

Comments

//