noscript

Please Wait...

Sayyed Nasrallah : Nous aspirons à un Etat fort et capable. Le Liban doit forer dans ses eaux sans peur

Sayyed Nasrallah : Nous aspirons à un Etat fort et capable. Le Liban doit forer dans ses eaux sans peur
folder_openRésumés des discours access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le secrétaire général du Hezbollah sayyed Hassan Nasrallah a prononcé mardi un discours lors du festival électoral organisé par le Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth, avant les élections législatives prévue le 15 mai.

Sayyed Nasrallah a remercié le public participant au festival électoral, s’adressant au public en disant: Votre contribution massive au festival d'aujourd'hui, celle dont nous avons été témoins hier au Liban sud, et que nous attendons à la Békaa, est le plus grand message à ceux qui parient sur le renversement du peuple de la résistance.

Dans le même contexte, le secrétaire général du Hezbollah a affirmé que le vote des expatriés pour les listes de la résistance exprime leur courage et leur loyauté.

Sayyed Nasrallah a affirmé qu’il n'y a pas d'arabisme sans la Palestine et sans al-Qods, ni par la normalisation des liens avec l'entité israélienne.

Ces derniers jours et après le discours de la Journée d’al-Qods et la mobilisation de la résistance au Liban, j'ai été informé que les Israéliens confirment qu'ils ne veulent pas lancer d'action militaire contre le Liban, a déclaré le secrétaire général du Hezbollah, avant d’ajouter que «notre mobilisation et nos préparatifs resteront telles qu'elles sont jusqu'à la fin des manœuvres israéliennes, et la situation est la même pour les groupes de résistance palestiniens».  

Sayyed Nasrallah a commenté le discours du chef du parlement Nabih Berri prononcé le jour même : Tout ce qui a été exprimé par le président du Parlement Nabih Berri transmet les pensées d’Amal et du Hezbollah.

Le secrétaire général a consacré une bonne partie de son discours à la description de l’Etat fort et capable auquel aspire le parti. Voici les principales qualités qu’il a citées :

La présence de l'État est importante et essentielle car l'alternative n'est que le chaos. Le Hezbollah ne se présente pas comme un État dans l'État, et personne ne peut remplacer l'État à tous les niveaux. Même dans la question de la résistance, le Hezbollah ne se propose pas comme un remplaçant de l'État. Ce que nous cherchons c'est l’État juste, fort et capable. C'est ce que nous avons annoncé dans notre document politique de 2009.

Sayyed Nasrallah estime que l'État devrait prendre soin des citoyens qui ne peuvent pas travailler, y compris les personnes âgées, les orphelins et les personnes atteintes de maladies incurables.

Un État juste et capable est celui qui assure la sécurité de ses citoyens afin qu'ils se sentent à l'abri de toute discrimination régionale, ajoute-t-il.

L'État juste et capable est celui qui est capable de protéger sa souveraineté sur la terre et l'eau. C'est un État doté d'une armée capable de défendre la terre et qui ne fait pas peser sur son peuple le fardeau de la libération et de la protection. Imaginez que la force navale libanaise ne puisse pas atteindre une profondeur de 300 ou 400 mètres pour secourir les victimes noyées dans le bateau de la mort à Tripoli, s’est exclamé sayyed Nasrallah.

Si je dis que seul le Hezbollah est capable de construire un État juste et capable, je ne serai pas honnête. Aucun parti ne peut le faire seul au Liban. Nous espérons qu'un jour viendra où nous aurons un État fort et une armée forte qui assumera la responsabilité de la défense.

Sayyed Nasrallah a ensuite averti que le Liban ne peut pas supporter une nouvelle guerre civile, même pour changer de système politique. La guerre civile devrait être une ligne rouge interdite.

Le Parlement est la mère des institutions issues des élections, cela signifie que la loi électorale est la clé. La loi majoritaire était biaisée, tandis que la loi proportionnelle est la plus équitable. Il y a une grande injustice concernant l'âge de vote. Les jeunes de moins de 21 ans travaillent et paient des impôts, et la lutte doit se concentrer sur l'octroi du droit de vote aux jeunes de 18 ans, a fait remarqué le secrétaire général.

Sayyed Nasrallah a aussi abordé les solutions à la crise économique à laquelle fait face le Liban. «La situation économique, de vie et financière nécessite un plan de relance qui doit être discuté honnêtement et sérieusement, sans faire du Liban un pays dépendant. Le Hezbollah discutera sérieusement de cette question au Parlement. J'appelle à aller vers l'est et l'ouest. La décision du gouvernement de ne pas ouvrir les portes aux entreprises de l'Est à cause des États-Unis signifie que nous n'accomplirons aucun progrès.»

Et de poursuivre : Nous avons un trésor dans l'eau libanaise. Les gens ont faim, sont endettés et émigrent, et si le Liban va chercher son trésor, il recevra des dizaines de milliards de dollars. Pourquoi ne pas extraire ce trésor ? Parce que nous avons peur des États-Unis ? Que peuvent-ils faire plus que ce qu'ils ont fait en matière de sanctions, de contrebande d'argent, etc.?

Le Liban n'est pas un pays pauvre et il y a ceux qui se précipitent pour vendre les biens de l'État. Il n'est pas permis de faire du Liban un pays de mendiants, a insisté sayyed Nasrallah.

Comments

//