noscript

Please Wait...

L’Arabie saoudite parmi les pays qui comptent le plus grand nombre de journalistes emprisonnés

L’Arabie saoudite parmi les pays qui comptent le plus grand nombre de journalistes emprisonnés
folder_openMoyen Orient access_timedepuis 4 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Une organisation de défense des droits humains s'est dite préoccupée par la répression de la liberté de la presse et la détention arbitraire de journalistes en Arabie saoudite, alors que la répression du régime de Riyad contre les militants pro-démocratie, les universitaires et les personnalités de l'opposition ne montre aucun signe de ralentissement.

Selon PressTV, l'organisation de défense des droits humains Sanad, qui surveille et dénonce les violations des droits humains en Arabie saoudite, a annoncé que les autorités saoudiennes continuent d'ignorer tous les avertissements internationaux concernant les violations de la liberté d'expression et des médias dans le royaume, et vont de l'avant avec leurs mesures répressives contre les écrivains et les journalistes.

Sanad a ajouté que l'Arabie saoudite est parmi les pays qui comptent le plus grand nombre de journalistes emprisonnés par rapport aux indices mondiaux de la liberté de la presse, notant qu'environ 14 journalistes et journalistes-citoyens saoudiens ont disparu dans une vague d'arrestations dans le pays.

L'organisation a ensuite tenu les responsables saoudiens pleinement responsables des violations odieuses des droits de l'homme et de diverses formes de liberté dans le pays, et a exigé qu'il soit urgent de réprimer et d'abuser les journalistes dans le pays.

En novembre dernier, Reporters sans frontières (RSF) appelait les autorités saoudiennes à libérer immédiatement le journaliste yéménite Ali Abu Lahoum, condamné à 15 ans de prison.

«Cette décision montre que l'utilisation des plateformes Internet et des médias sociaux par les journalistes et les blogueurs, qui sont censées être un lieu où ils doivent échanger des informations et discuter de divers sujets, est toujours strictement contrôlée dans le royaume», a déclaré Sabreen al-Nawi, directeur de la Division Moyen-Orient de RSF.

Il a ajouté que l'épouse du journaliste yéménite avait désespérément tenté de le contacter à plusieurs reprises, avant de comprendre que son mari avait subi un interrogatoire criminel sans la présence d'un avocat.

L'organisation a déclaré que le verdict avait été rendu contre le journaliste yéménite le 26 octobre, plus de deux mois après son arrestation.

Comments

//