noscript

Please Wait...

Législatives en Irak: le courant du leader Moqtada Sadr revendique la victoire

Législatives en Irak: le courant du leader Moqtada Sadr revendique la victoire
folder_openMoyen Orient access_time depuis 13 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le courant du leader Moqtada al-Sadr s'est revendiqué première force au Parlement avec plus de 70 sièges sur les 329 que compte la chambre.

Le courant emmené par le leader Moqtada al-Sadr se revendiquait lundi soir première force au sein du nouveau Parlement, élu lors des législatives anticipées qui ont peiné à attirer des électeurs las d'un système incapables d'améliorer leurs conditions de vie.

«Le peuple doit célébrer cette victoire du plus gros bloc (...) sans causer de désagréments», s'est félicité lors d'une allocution télévisée Moqtada al-Sadr.

En soirée, sur la place Tahrir dans le centre de Bagdad, où se mêlaient klaxons, youyous et pétards de célébrations, quelques centaines de sadristes se sont rassemblés, brandissant drapeaux irakiens, fanions du mouvement et des portraits du leur leader. Sous couvert de l'anonymat, un responsable du courant sadriste a assuré à l'AFP que le parti avait obtenu un «nombre approximatif de 73 sièges», après un décompte du nombre de candidats victorieux.

Un responsable de la commission électorale irakienne, qui a requis l'anonymat, a indiqué à l'AFP que le courant sadriste était effectivement «en tête», selon des résultats préliminaires.

Il serait suivi du bloc «Progrès» dirigé par le président du parlement dissous, Mohammad al-Halbousi, avec 38 sièges. Le bloc «État de droit» dirigé par l'ancien premier ministre Nouri al-Maliki arriverait en troisième position avec 37 sièges.

Mais aucun des blocs politiques en lice n'ayant obtenu la majorité, les tractations habituelles seront lancées pour former le gouvernement dans quelques semaines.

Les analystes estiment qu'au-delà de la répartition des sièges dans un Parlement qui s'annonce fragmenté, l'absence d'une majorité claire va obliger les différentes factions à négocier des alliances.

Les législatives, les cinquièmes depuis 2003 et le renversement du dictateur Saddam Hussein dans le sillage de l'invasion américaine de l'Irak, ont été marquées par une abstention record.

Comments

//