noscript

Please Wait...

corona

France/Covid-19: le retour à la «vie d’avant», un objectif ambitieux malgré la vaccination

France/Covid-19: le retour à la «vie d’avant», un objectif ambitieux malgré la vaccination
folder_openPresse occidentale access_time depuis 7 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec Le Monde et L’Express

Un retour à la «vie d’avant» est-il envisageable à l’automne ? C’est à cette question qu’une équipe d’épidémiologistes a tenté de répondre dans un article mis en ligne, mardi 6 avril, sur le site de l’Institut Pasteur.

Les scientifiques ont exploré plusieurs scénarios avec différentes hypothèses concernant le nombre de personnes vaccinées d’ici au 1er septembre, et les caractéristiques du virus dominant à cette date. Selon leurs estimations, seuls 25 % à 35 % des Français pourraient avoir été infectés par le virus d’ici là, ce qui signifie qu’un niveau de vaccination très élevé devra être atteint pour que l’épidémie reste «sous contrôle».

Dans leurs scénarios, les modélisateurs (Institut Pasteur, Institut national de la santé et de la recherche médicale, Santé publique France, Ecole des hautes études en santé publique) ont calculé combien de personnes devaient être vaccinées pour que le nombre d’admissions quotidiennes à l’hôpital ne dépasse pas 1 000, soit trois fois moins que ce qui a été observé lors des deux premières vagues de 2020, au printemps et à l’automne.

Le premier scénario, «optimiste», prend pour hypothèse un taux de transmission (« R ») du virus de 3, ce qui signifie qu’en l’absence de mesures de contrôle (masques, gestes barrières, distanciation sociale…) chaque personne contaminée en infecte trois autres ; c’est ce qui avait été observé au printemps 2020, avant leur mise en place. Dans ce cas, les Français pourraient recommencer à vivre «comme avant» avec une vaccination de 90 % des plus de 65 ans et de 70 % des 18-64 ans.

«Grandes inconnues» du fait des variants

Cependant, compte tenu de la diffusion de variants plus contagieux, les scientifiques jugent l’hypothèse d’un taux de transmission du virus de 4 plus «réaliste». Or, dans ce cas, des mesures devraient être maintenues pour le réduire de 15 % à 27 % par rapport à un relâchement total et rester sous le seuil des 1 000 hospitalisations quotidiennes. A quoi cela correspond-il ? «Ce sera sans doute un mélange de différentes mesures», explique le modélisateur Simon Cauchemez. «Difficile de dire si le seul respect des gestes barrières et du “tester, tracer, isoler” serait suffisant ou pas», estime-t-il, en rappelant que leur incidence respective sur la dynamique épidémique n’a pas été quantifiée.

Augmentation du R

Selon ses modélisations, le variant britannique B.1.1.7, plus transmissible, risque de faire grimper le R0 - ou R effectif, le nombre moyen de personnes qu'une personne contagieuse peut infecter - à 4, d'ici l'automne. Au-delà, donc, de son record du printemps 2020 (à R0=3). Dans ce contexte, l'un des scénarios selon lequel la France vaccinerait 90% des plus de 65 ans et 70% des 18-64 ans d'ici là ne permettrait pas un relâchement total des mesures de contrôle ni des gestes barrière. Tout simplement car à ce niveau de transmission, le nombre d'admissions quotidiennes à l'hôpital demeurerait supérieur à 1000. En dépit d'une relative efficacité des vaccins dont la fondation estime qu'ils réduisent la sévérité de la maladie de 90% et la susceptibilité (le risque d'infection) de 80%.

Deux bonnes nouvelles toutefois : ce scénario présenté par l'Institut Pasteur n'est pas synonyme de préservation d'un couvre-feu ou d'un confinement strict. «Il faudrait que des mesures de contrôle soient maintenues et réduisent les taux de transmission dans la population générale de 15-27% par rapport au scénario de relâchement total. En guise de comparaison, pendant le confinement de mars-mai 2020, les taux de transmission ont été réduits de 80%», expliquent les auteurs de l'étude. «Difficile de dire si le seul respect des gestes barrière et du tester-tracer-isoler serait suffisant ou pas», confie l'un des auteurs de l'étude, Simon Cauchemez, au Monde.

 

Comments

//