noscript

Please Wait...

Ramadan2021

Liban: la destruction des silos à blé du port de Beyrouth recommandée

Liban: la destruction des silos à blé du port de Beyrouth recommandée
folder_openLiban access_time depuis 11 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec sites web

Les experts suisses d’Amann Engineering GmbH ont recommandé la destruction contrôlée des silos à blés du port de Beyrouth, largement endommagés par l’explosion du 4 août dernier. Ils indiquent que ces derniers s’inclineraient actuellement de 2 mm par jour, un chiffre obtenu suite à un scan des structures par des lasers.

Il n’y aurait aucune manière de conserver la structure, notent-ils, en dépit du caractère symbolique qu’ils représentent aujourd’hui.

Par ailleurs, les experts de cette même société estiment que la reconstruction des silos devrait être entreprise à un endroit différent en raison de fondations également très endommagées par l’explosion.

Les silos à blé du port de Beyrouth avaient été construits entre 1968 et 1970 par l’entreprise tchécoslovaque Prumstav et un financement partiel par le fonds de développement koweïtien avec un prêt à hauteur de près d’un million de livres sterling à 4% de taux d’intérêt. Le gouvernement libanais contribuera par ailleurs avec la somme de 2.2 millions de livres sterling.

Les travaux de construction des silos ont été inaugurés par le président libanais Charles Hélou et l’Emir du Koweït d’alors, Sabah al Salim Sabah., le 16 septembre 1968.

Ils pouvaient contenir jusqu’à 120 000 tonnes de céréales dont 50 000 tonnes de blé.

Au moment de l’explosion, les stocks étaient réduits à 17 000 tonnes de blé.

Youssef Beidas, palestinien et fondateur de la Banque Intra était à l’origine de cette initiative. L’établissement financier fera faillite quelques temps après.

Il s’agissait alors de mettre en place un centre de distribution régional de céréales au Liban qui servirait également desservir les pays alentours. Le blé était alors principalement importé d’Australie ou encore des Etats-Unis.

Le 4 août dernier, plus de 200 personnes seraient décédées et plus de 6 500 personnes ont été blessées dans l’explosion qui a ravagé le port de Beyrouth et une grande partie de la capitale libanaise. 300 000 personnes seraient également sans logement des suites de cette explosion.

Les dégâts seraient estimés entre 10 milliards à 15 milliards de dollars.

La piste d’une explosion accidentelle de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium à l’intérieur d’un entrepôt du port de Beyrouth, saisies en 2014 à bord d’un navire poubelle, le Rhosus battant pavillon moldave, est pour le moment privilégiée par les autorités libanaises. Cette explosion équivaudrait à celle de 600 tonnes de TNT ou encore à un tremblement de terre de 3.3 sur l’échelle de Richter.

Comments

//