noscript

Please Wait...

corona

Libération de Rushdi Abu Mokh après 35 ans de prison

Libération de Rushdi Abu Mokh après 35 ans de prison
folder_openPalestine access_time depuis 9 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par le Centre Palestinien D'Information

Ce lundi matin, les autorités d'occupation ont libéré le prisonnier Rushdi Abu Mokh, âgé de 58 ans, originaire de Baqa al-Gharbia, connu par ses compagnons sous le nom de Saleh, après avoir purgé sa peine de 35 ans dans les prisons d'occupation.

Le club des prisonniers a déclaré que le prisonnier Abu Mokh avait été arrêté en 1986, avec trois de ses camarades : le penseur Walid Daqqa, Ibrahim Abu Mokh et Ibrahim Bayadasa.

L'occupation l'a condamné à la réclusion à perpétuité, et a ensuite été fixée à 35 ans, sachant qu'il était censé être libéré le mois dernier, mais les autorités d'occupation ont affirmé qu'il avait commis une «infraction au code de la route» avant son arrestation, et il devait ajouter 12 jours à la durée de la peine, pour correspond à aujourd'hui.

Le Club de prisonnier a souligné que pendant des décennies, les autorités d'occupation ont refusé de libérer le prisonnier Abu Mokh et ses compagnons, malgré le passage d'une série d'accords d'échange et de libérations pendant les années de leur captivité, dont la plus récente remonte à 2014, car ils ont violé l'accord qui a eu lieu au cours des négociations à l'époque, et ont maintenu l'arrestation de 30 détenus, ce qui était connu comme le quatrième lot.

Au cours de ses années de captivité, de nombreux événements ont eu lieu sur le plan palestinien et personnel, et pendant des générations. Le captif Rushdi a perdu sa mère qui l'avait attendu 33 ans avant son départ, ainsi que de nombreux anciens prisonniers qui ont perdu leur mère et des membres de leur famille, au cours de leur détention.

Il est à noter que 25 anciens prisonniers étaient détenus avant la signature de l'Accord d'Oslo, après la libération d'Abu Mokh, dont 11 sont originaires des territoires occupés en 1948, et les plus anciens d'entre eux étaient Karim Yunis et Maher Yunis, détenus depuis 1983.

Comments

//