noscript

Please Wait...

corona1

L’obscurité prévue au Liban, une production américaine

L’obscurité prévue au Liban, une production américaine
folder_openRapports access_timedepuis 3 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Le spectre de la crise énergétique au Liban plane sur les différentes pages de socialisation, suite aux propos tenus par le ministre sortant de l’énergie Raymond Ghajar selon lesquels le Liban plongera dans l’obscurité totale vers la fin mars en cours, faute de fonds suffisants pour s’approvisionner en fuel.

Alors que l’administration américaine resserre l’étau sur le peuple libanais dans le cadre de ses sanctions multidimensionnelles, la République Islamique d’Iran a maintes fois présenté des offres pour briser le siège imposé sur le Liban.

Mais les parties pro-américaines au pouvoir rejettent d’emblée toutes les offres iraniennes, malgré les facilités de remboursement en livre libanaise.

A titre d’exemple, l’Iran a proposé en 2012 de construire deux centrales d’électricité et de restaurer les réseaux internes au Liban. Ce qui assurera bien entendu une solution radicale à la crise énergétique au pays, dont les projets partiels ont couté des sommes incommensurables au Trésor Libanais pendant des décennies. Toutefois, les pressions américano-saoudiennes exercées sur les responsables libanais ont interdit à l’offre iranienne de voir le jour.

Certes, il est injuste d’imputer au dernier gouvernement la responsabilité des crises qui remontent aux années 1990. Il est également illogique de parler de solutions magiques disponibles, surtout que le gouvernement démissionnaire hésite de se diriger vers les pays de l’Est, pour éviter un bras de fer avec les outils américains dans le pays, qui reçoivent le mot d’ordre depuis «Awkar» (l’ambassade des États-Unis au Liban, ndlr) à chaque échéance.

D’ailleurs ces responsables pro-américains pointent d’un doigt accusateur leurs adversaires qui aspirent à l’émancipation du joug américain, et les taxent de responsabilité de tous les maux qui frappent le pays !  Pis encore, ils se présentent comme étant les premiers défenseurs de la souveraineté du Liban, alors qu’ils ont remis leur pays au bourreau américain.

Aucune solution n’est envisageable dans l’avenir proche tant que les pro-américains au Liban tentent d’imposer leurs conditions, dont à leur tête le désarmement du Hezbollah et l’alignement du Liban avec les pays qui ont conclu les accords de «la honte» avec «Israël». 

Quant au peuple de la résistance, il est plus que jamais conscient de l’importance de faire preuve de patience et de clairvoyance, en vue de remporter la bataille de l’affranchissement économique, à travers le désengagement d’avec les Américains et l’alliance avec les pays de l’Est.

En résumé, l’obscurité totale dans le pays sera inéluctable tant que certains détenteurs du pouvoir seront assujettis à la volonté américaine. Les Américains eux, brandiront la menace du black-out pour ébranler le mandat du président Michel Aoun, qui affiche sans ambages sa solidarité avec la résistance.  

Et pour sayed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, il était catégorique face à l’ennemi qui menace d’affamer et de tuer le peuple libanais: «Nous allons te tuer, et nous n’allons pas mourir de faim!».

Comments

//