noscript

Please Wait...

Premier anniversaire du martyre du général Soleimani

Le commandant adjoint de la Force Al-Qods à AlAhed: Le front de la résistance continue d’avancer avec force

Le commandant adjoint de la Force Al-Qods à AlAhed: Le front de la résistance continue d’avancer avec force
folder_openRapports access_time depuis 13 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed

Dans le contexte du premier anniversaire du martyre du chef de la force Al-Qods, le général Qassem Soleimani et du vice-président du Hached Chaabi, haj Abou Mahdi Al-Mouhandes, le site Al-Ahed a interviewé le général Restom Qassemi, une des personnalités principales de la force Al-Qods, commandant adjoint du général Ismail Qaani, chef actuel de la force iranienne.

Ci-dessous le texte de l'entretien:

Comment avez-vous fait la connaissance du grand martyr?

Le général martyr Qassem Soleimani était un des grands chefs, durant la période de la défense sacrée. Il dirigeait la 41e division (Tharallah), de la province de Kerman, dans le sud de l'Iran.

Ainsi, j'ai fait sa connaissance durant cette guerre imposée à l'Iran et plus tard, lors de ma présidence du siège de l'instance pour la construction Khatam Al-Anbia. Notre relation a été consolidée grâce aux stratégies opérationnelles de haj Qassem dans la construction du pays.

Après sa nomination comme commandant de la force Al-Qods, une nouvelle page de coopération et d'action commune a été ouverte entre nous deux, à la lumière des postes que j'occupais. Cette période a pavé la voie à l'apparition influente de l'axe de la résistance, ce qui a renforcé ma connaissance et mon affection à l'égard de cet homme.

Tout au long de ces années et jusqu'à son martyre, la communication et coopération se sont poursuivies. En tant que son bras exécutif pour les affaires économiques, je fournissais le soutien au gouvernement iranien pour progresser dans les programmes économiques publics d'une part et j'assurais d'autre part le suivi des affaires économiques de l'axe de la résistance.

Comment le qualifiez-vous? Quelles sont ses importantes caractéristiques?

On a beaucoup parlé de ses qualités personnelles et religieuses. Je voudrais ajouter que je le considère comme un gouverneur compétent, intègre, adhérant aux principes moraux et aux éthiques. Sa méthode de gestion était précise, pertinente et utile dans la mesure où on pourrait l'adopter comme modèle adéquat dans la gestion et l'administration, même enseigner cette méthode dans les universités.

Par ailleurs, on peut signaler des lignes directives de sa méthode de gestion:

-La force et la fermeté

-Une tendance vers le progrès et le changement de l'infrastructures et des bases du lieu de travail

-Amitié accompagnée de fermeté dans la gestion

-Vision morale et humaine de la gestion, tout en donnant l'importance à la vie des individus

-Pensée trans-partisane et acceptation de la Wilaya, grande capacité de rapprocher les autres, avec un pouvoir répulsif minimal

-Large supervision et connaissance en matière de renseignement

-Le martyr avançait à la tête de ses forces sur les fronts, faisant preuve de courage et de sacrifice individuel.

-Fermeté et même violence administrative dans la mise en œuvre des programmes opérationnels, plans et décisions

-Héros de la diplomatie officielle et publique

-Gestion de la diversité et de l'hétérogénéité

-Croyance en la Nation islamique et attachement à la préservation de la souveraineté nationale des pays islamiques.

-L'unité des Musulmans et la cause palestinienne étaient une préoccupation quotidienne pour lui. Qu'en dites-vous?

Presque le monde entier a reconnu que le règlement des affaires du Moyen Orient et même du monde, est tributaire de la résolution de la cause palestinienne.

Par contre, il faut reconnaitre que le règlement de cette cause, est lié à la force des pays islamiques et au soutien des uns aux autres.

Nous suivons malheureusement les clivages dans les positions des pays islamiques à l'égard de la cause palestinienne. Un fait exploité l'entité sioniste pour réduire l'importance de cette cause. Dans ce contexte, il faut prendre en compte plusieurs points:

- Notre approche tout au long des dix dernières décennies est claire: «Le propos de l'unification et l'unification du propos». Le différend entre les Musulmans est normal, mais nous devons nous focaliser sur les points communs, en une démarche pour édifier l'unité. D'ailleurs, le martyr Soleimani a prouvé que nous sommes en mesure de nous soutenir pour réaliser l'objectif.

- Tant que nous ne bâtirons pas des sociétés et des économies fortes et solides, nous ne pourrons pratiquement pas occuper une position décisive et cruciale dans les calculs et les équations internationales. Un fait sur lequel se concentrait le martyr. L'édification de la force des pays islamiques était son souhait et son rêve.

La Force Al-Qods a laissé ses empreintes dans plusieurs lieux du monde. Que révélez-vous à ce propos?

Les lignes rouges des activités consultatives de cette force dans le domaine de la résistance se résument en deux:

En premier lieu, partout où le régime hégémonique s'instaure, pour pratiquer le colonialisme et l'injustice contre les peuples, le point de vue de la Force Qods est de continuer à soutenir les peuples libres du monde et ceux qui sont résolus à faire face à ces pratiques injustes.

Mais avant d'évoquer les potentialités tangibles déployées dans le monde, nous évoquons les cœurs qui chérissent cette force.

Deuxièmement, nous soulignons la protection de la souveraineté nationale de tous les pays, notamment des pays islamiques. Dans l'axe de la résistance, nous oeuvrons pour édifier la solidarité, puisque la stabilité de la région est tributaire de la force et puissance de tous ces pays.

L'axe de la résistance est désormais plus puissant. Quels en sont les signes?

Les signes sur cette force sont multiples, mais la priorité est accordée à l'ancrage de la croyance en la capacité de la résistance à progresser en avant.

L'ayatollah sayed Ali Khamenei avait utilisé une importante expression stratégique dans son message à l'occasion de la Journée d'Al-Qods, l'année dernière.

Il avait dit : «Aujourd'hui, diverses activités apparaissent des deux côtés dans l'arène de la lutte, alors que le front de la résistance avance avec force, espoir croissant et polarisation progressive des éléments de pouvoir. Par contre, le front de l'oppression et de l'arrogance recule jour après jour et devient plus vide, désespéré et impuissant».

Cette expression stratégique illustre les réalités. A l'heure actuelle et après les difficiles années, l'efficacité de la méthode de la résistance a été prouvée sur le terrain, comme avait démontré la défaite de la gouvernance barbare de «Daech», mis en place aux mains de courants hébreux, occidentaux et de certains pays de la région, notamment en Irak et en Syrie.

Les Américains avaient mobilisé d'énormes investissements pour créer et étendre Daech, et leur demande, au minimum, était de changer la carte de la région et d'éliminer le courant de résistance. Mais ce projet gonflé s'est effondré devant la force de l'Axe de la Résistance. Ces résultats représentent la politique étrangère vaincue des Etats-Unis, ce qui a jeté une ombre lourde sur la récente élection présidentielle américaine et a contribué à la chute de Trump.

La pensée de la résistance contribuera surement à enregistrer davantage de victoires dans l'avenir.

La mise en place de l'armée à 20 millions d'effectifs est désormais une réalité, conformément à demande de l'imam Khomeini dans le but de libérer la Palestine.

La guerre imposée par le régime de Saddam Hussein contre la révolution islamique, fut le point de départ de l'idée de la formation de l'armée des 20 millions de combattants. Mais il faut préciser dans ce contexte que l'expression armée de 20 millions ne signifiait pas une insistance sur le nombre. Le but en est de former une armée classique pour défendre les causes et aspirations islamiques. Grace à la polarisation, ce nombre s'est accru et n'est point limité dans un ou plusieurs pays. La conviction de tous ces hommes durera jusqu'à la libération d'Al-Qods saint.

Que promettez-vous à haj Qassem à partir de vote poste dans la Force Al-Qods à laquelle il avait consacré sa vie?

Cette année fut dure et amère pour tous ceux qui aiment cette glorieuse figure.

La plus importante promesse que nous lui faisons est de lutter avec constance sur la voie de la réalisation des grands objectifs divins, pour lesquels il a consenti le sacrifice suprême.

Comments

//