noscript

Please Wait...

Alliance saoudo-américaine pour «exploser» le Liban !

Alliance saoudo-américaine pour «exploser» le Liban !
folder_openPresse occidentale access_time depuis 20 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par Perspectivesmed

Les Etats Unis qui ont avoué avoir mobilisé 10 milliards de dollars pour venir en aide aux sécuritaires et autres ONGs libanaises, montant des plus faramineux, semblent avoir un nouveau projet contre le Hezbollah : le  démembrement du Liban.

Qui cherche à morceler le Liban en attisant le feu confessionnel ? Tous les regards se portent sur les Américains qui ont avoué avoir investi des milliards de dollars pour décrédibiliser le Hezbollah. «Les représentants américains cherchent à concevoir un nouveau type de sanctions contre la Résistance, de nature à diviser le Liban. Ces sanctions, qui font toujours l’objet d’une proposition de loi à la Chambre des représentants des États-Unis, visent à ‘isoler les zones sous influence du Hezbollah’ en exerçant des pressions sur les banques situées dans la banlieue sud de Beyrouth ou dans le sud du Liban», a écrit le journal libanais Al-Akhbar dans son édition de mercredi.

Selon le journal, il y a de nouvelles discussions chaque semaine sur l’imposition ou le renforcement des sanctions US contre les amis et alliés du Hezbollah au Liban, et de nombreuses questions se posent sur les prochaines sanctions qui viseront le Liban. Cependant, ce qu’il faut considérer cette fois, c’est la nature de ces sanctions dont les représentants du Congrès américain cherchent à développer l’efficacité politique de manière à servir le projet d’isolement que Washington cherche à mettre en œuvre contre la Résistance et ses alliés.

Après avoir sanctionné un certain nombre d’institutions et d’individus, les parties aux États-Unis cherchent à concevoir un nouveau type de sanctions visant cette fois l’ensemble de l’environnement libanais soutenant le Hezbollah et les zones géographiques dans lesquelles le parti jouit d’une présence populaire, toujours d’après cet article.

Le représentant Joe Wilson, président du Comité des affaires étrangères et de la sécurité nationale de la Chambre des représentants des États-Unis, a récemment présenté un projet de loi intitulé «The Hezbollah Money Laundering Prevention Act of 2020». Ce projet cherche à «arrêter les activités de blanchiment d’argent menées par le parti à travers le monde», selon ses dires, définissant le triangle frontalier en Amérique latine, entre le Brésil, le Paraguay et l’Argentine. Mais le but et le danger de ces sanctions se trouvent dans la région du sud du Liban, qui est sous l’influence du Hezbollah.

L’article ajoute que «la proposition fait référence à ce qu’il qualifie des «banques favorables au Hezbollah dans cette région» qui seront soumises à des sanctions, ce qui signifie que la région du sud du Liban sera dépourvue des banques, car— si cette loi est adoptée — aucune banque n’osera garder ses succursales dans les zones qui sont considérées par Washington comme des zones «sous le contrôle du Hezbollah», par crainte de sanctions».

Ce projet soutenu par 12 législateurs américains du Parti républicain, et Wilson, assure vouloir «isoler les banques dans les zones sous le contrôle du Hezbollah».

Le danger du projet ne réside pas uniquement dans le fait qu’il est le prélude à l’isolement de cette région libanaise du reste du Liban. Au contraire, il s’agit de la première indication officielle des intentions américaines de diviser le Liban, non pas de manière constitutionnelle ou légale, mais plutôt via leurs ingérences. L’article poursuit que les sanctions ne visent pas seulement les personnes figurant sur la liste américaine, mais aussi leurs familles et leurs proches. Bien conscients du fait que le Hezbollah n’a rien à voir avec le secteur bancaire, les États-Unis insistent toujours pour boycotter les banques sous prétexte qu’elles tissent des liens avec le Hezbollah. Et dans la nouvelle proposition de loi américaine, il est mentionné un nouveau terme : « banques favorables au Hezbollah ».

Cette description vise à resserrer l’étau contre les banques libanaises, afin de les pousser à offrir plus de concessions et d’informations à Washington. Al-Akhbar souligne que «le député US qui a soumis la proposition n’est pas une personne marginale au Congrès, mais plutôt un membre de la sous-commission sur le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et le terrorisme mondial, émanant de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants américaine. Il est également président du groupe de travail sur les affaires étrangères et la sécurité nationale au sein du comité de la Chambre des représentants républicaine conservatrice».

Dans ce contexte, un article publié par le magazine The Foreign Policy intitulé «La partition est la meilleure solution aux problèmes accumulés au Liban» et rédigé par le chercheur principal du «King Faisal Center for Research and Islamic Studies» de la capitale saoudienne, à Riyad, Joseph Kechchian, estime que «la partition est un choix sérieux qui aide à éviter les erreurs récurrentes qui ont caractérisé le Liban dans une large mesure au cours du siècle dernier». Pour cet auteur, «il est tout à fait clair que si les Libanais partagent des traits communs, ils ne peuvent pas s’entendre sur les libertés politiques et sociales fondamentales, qui ne peuvent être préservées que par un nouveau pacte politique.»

Sans l’ombre d’un doute, la vision de J. Kechchian pour une solution au Liban n’est pas l’expression d’un point de vue indépendant, et qu’elle est l’expression de la politique de certains partis, tant dans l’administration américaine que dans le gouvernement saoudien, conclut le journal.

 

Comments

//