noscript

Please Wait...

Rohani espère que la poussée américaine sur l’embargo sur les armes échouera

Rohani espère que la poussée américaine sur l’embargo sur les armes échouera
folder_openIran access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec AFP

Le président iranien Hassan Rohani a exprimé mercredi «de grands espoirs» qu’une tentative américaine d’étendre un embargo sur les armes contre son pays échouera, mettant en garde contre les conséquences si le Conseil de sécurité de l’ONU la soutient.

Les remarques de Rohani sont intervenues après que l’ambassadeur d’Iran auprès des Nations Unies ait déclaré que les États-Unis devraient reformuler leur proposition de résolution sur la question après avoir été «repoussés» par les membres du Conseil de sécurité.

«Nous avons de grands espoirs que l’Amérique échouera», a déclaré Rohani lors d’une réunion télévisée de son cabinet.

L’interdiction de vendre des armes à l’Iran devrait être progressivement assouplie à partir d’octobre en vertu de la résolution 2231, qui a béni l’accord nucléaire iranien que les puissances mondiales ont conclu en juillet 2015.

Mais un embargo de l’ONU sur les matériaux et la technologie que l’Iran pourrait utiliser pour son programme de missiles balistiques doit rester en place jusqu’en 2023.

L’Union européenne a déclaré qu’elle continuerait d’appliquer son propre embargo contre l’Iran après la levée des premières restrictions de l’ONU.

En vertu de l’accord officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint, l’Iran s’est engagé à limiter son programme nucléaire en échange d’un allégement des sanctions.

Le JCPOA est en vie depuis que les États-Unis sous le président Donald Trump s’en sont retirés et ont réimposé des sanctions unilatérales en 2018.

L’Iran a depuis pris des mesures modestes mais progressives pour s’éloigner de l’accord, tout en faisant pression pour l’allégement des sanctions promis.

«Violation flagrante»

«Nous avons de grands espoirs que l’Amérique réalisera son échec et verra son isolement», a déclaré le président iranien.

«Mais notre position dans tous les cas est claire. Si une telle résolution est adoptée … cela signifie une violation flagrante du JCPOA», a-t-il ajouté, prévenant que «les conséquences incomberont aux auteurs de cet acte».

L’envoyé de l’Iran auprès de l’ONU, Majid Takht Ravanchi, a déclaré mercredi que les Etats-Unis «ont été contraints de se retirer» de leur projet de résolution après avoir été «repoussés par les membres du CSNU» et ont dû proposer une nouvelle version.

«Le nouveau projet est similaire – dans sa NATURE et son OBJECTIF – au précédent. Confiant que le Conseil rejettera – à nouveau – cette initiative.»

Le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré plus tôt que le nouveau projet était une «résolution de cinq pages réduite à cinq phrases», et a ajouté qu’en le présentant comme nouveau, les États-Unis manquaient de respect aux membres du Conseil de sécurité.

Le texte original des États-Unis appelait en fait à une prolongation indéfinie de l’embargo sur les armes contre l’Iran et utilisait une rhétorique belliciste.

«Désordre impie»

Une nouvelle résolution rédigée par les États-Unis a été allégée par rapport à celle-là, mais elle appelle toujours à une prolongation indéfinie.

La plupart des pays européens du Conseil de 15 membres devant s’abstenir, il est peu probable que le nouveau texte obtienne les neuf votes nécessaires pour être adopté.

Si tel est le cas, la Chine et la Russie ont l’intention de mettre leur veto à la résolution.

Richard Gowan, un expert de l’ONU basé à New York à l’International Crisis Group, a déclaré que les États-Unis avaient «mal géré la chorégraphie diplomatique sur cette résolution».

«Ils voulaient pousser leur projet radical et ensuite faire une démonstration de compromis sur un texte plus court, qu’ils espéraient que l’Estonie ou la Tunisie présenteraient», a-t-il déclaré.

«Mais les Estoniens et les Tunisiens, comme la plupart des autres membres du Conseil, semblent avoir décidé qu’ils ne voulaient pas grand-chose à voir avec ce désordre impie.

«Après des discussions lundi, les deux ont refusé l’opportunité de déposer le texte de compromis», a-t-il déclaré à l’AFP à New York.

«Alors maintenant, les États-Unis ont dû le faire eux-mêmes. Mais l’objectif, qui est de passer au snapback, reste le même.»

Les alliés européens des États-Unis – la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France, qui, avec la Russie et la Chine, sont parties au JCPOA – ont exprimé leur soutien à l’extension de l’embargo sur les armes classiques, mais leur priorité est de préserver l’accord nucléaire.

Washington a menacé d’utiliser un argument contesté selon lequel il reste un «participant» au JCPOA – malgré son retrait – et si les sanctions de l’ONU ne sont pas prolongées, il peut forcer leur retour s’il considère l’Iran comme une violation des termes de l’accord.

Comments

//