noscript

Please Wait...

achoura2019

Yémen: la coalition attaque des bateaux de pêche… des «crimes de guerre» impunies, selon HRW

Yémen: la coalition attaque des bateaux de pêche… des «crimes de guerre» impunies, selon HRW
folder_openMoyen Orient access_timedepuis un mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Par AlAhed avec HRW

Les forces navales de la coalition d'agression, menée par l’Arabie saoudite ont lancé au moins cinq attaques meurtrières contre des bateaux de pêche yéménites depuis 2018, a déclaré mercredi Human Rights Watch (HRW).

Des navires de guerre et des hélicoptères ont participé à ces attaques qui ont tué au moins 47 pêcheurs yéménites, dont sept enfants, et mené à la détention de plus de 100 autres pêcheurs, dont certains ont été torturés lors de leur incarcération en Arabie saoudite.

Les attaques de la coalition contre les pêcheurs et les bateaux de pêche semblent constituer des attaques délibérées contre des personnes et des cibles civiles en violation des lois de la guerre. Les militaires de la coalition qui ont ordonné ou exécuté les attaques, et ceux qui ont torturé les détenus, sont selon toute probabilité responsables de crimes de guerre.

«Les forces navales de la coalition ont attaqué de manière répétée des bateaux de pêche et des pêcheurs yéménites, apparemment sans avoir déterminé au préalable qu’ils constituaient des cibles militaires valables», a déclaré Priyanka Motaparthy, directrice par intérim de la division Urgences à Human Rights Watch. «Lorsqu’on abat des pêcheurs qui agitent des drapeaux blancs, lorsqu’on abandonne à leur sort des équipages naufragés, c’est bien de crimes de guerre qu’il s’agit.»

Les forces de la coalition ont mené ces attaques en recourant à des d'armes légères et de petit calibre.

Les navires de guerre et les hélicoptères ont lancé ces attaques alors qu’ils se trouvaient à faible distance, laissant peu de doute sur la nature civile des bateaux de pêche.

Les pêcheurs agitaient des tissus blancs, levaient les mains en l’air ou utilisaient d’autres signes pour montrer qu’ils ne représentaient aucune menace. De plus, lors de trois attaques, les forces de la coalition n’ont pas tenté de porter secours aux personnes qui étaient à la dérive, et dont la plupart ont ensuite péri noyés.

Crimes impunies

Par ailleurs, la coalition a détenu en Arabie saoudite, semble-t-il sans inculpation, plus de 115 pêcheurs, dont 3 enfants, de 40 jours à deux ans et demi.

Sept anciens détenus ont déclaré que les autorités saoudiennes avaient torturé et maltraité les pêcheurs et membres d’équipage capturés et qu’ils les avaient privés de contact avec leur famille, un avocat ou les représentants du gouvernement yéménite.

«La coalition menée par l’Arabie saoudite a systématiquement failli à son devoir d’enquêter sur les crimes de guerre présumés et les autres attaques illégales, y compris contre les bateaux de pêche», a déclaré Human Rights Watch. «On ne connaît aucun cas où des militaires de la coalition auraient été sanctionnés ou poursuivis pour avoir attaqué des bateaux de pêche yéménites.»

«Cesser immédiatement les ventes d’armes à l’Arabie»

Le HRW a par ailleurs appelé des pays tels que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France à «cesser immédiatement toutes les ventes et tous les transferts d’armes à l’Arabie saoudite», notamment de navires de guerre et d’hélicoptères, et à «examiner attentivement les armes vendues aux membres de la coalition», étant donné la possibilité qu’elles soient utilisées pour commettre des violations.

«Les attaques navales contre les bateaux de pêche yéménites montrent clairement que la coalition menée par l’Arabie saoudite tue seulement des civils non seulement lors de ses innombrables frappes aériennes, mais aussi lors de ses opérations en mer», a déclaré Priyanka Motaparthy.

«Ces pays qui continuent à vendre des armes à l’Arabie saoudite, combien de preuves leur faut-il encore pour mettre fin à toutes les transactions, y compris la vente de navires de guerre, s’ils ne veulent pas être complices de crimes de guerre?», s’est-elle interrogée.

Comments

//