EXCLUSIVITÉSRapportsRapports Infos d’ALAHED:Deux jumeaux siamois morts à Sanaa loin des médias occidentaux

Please Wait...

Deux jumeaux siamois morts à Sanaa loin des médias occidentaux

folder_openRapports access_time depuis 17 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le correspondant d’AlAhed

Sanaa - Deux jumeaux aux conditions extrêmement rares sont morts deux mois après la mort d’un cas similaire à Sanaa en février dernier, suite au mauvais traitement médical, dû à l’effondrement des services de santé causé par l’agression saoudienne depuis mars 2015.

L'un des nouveau-nés souffrait de malformations congénitales, ce qui a causé sa mort directe, a déclaré le médecin, mais l'autre allait bien dans la première demi-heure de sa naissance, puis il est décédé. La mort de ces jumeaux a pointé du doigt le blocus imposé par l’Arabie saoudite contre le peuple du Yémen alors que les groupes humanitaires de l’ONU plongent dans le silence.

Les jumeaux extrêmement rares sont nés en avril à l'hôpital Zayed pour la mère et l’enfance, au nord de la ville de Sanaa, mais leur histoire vient d'être dévoilée et diffusée dans les médias par le porte-parole du ministère de la Santé le vendredi 26 avril.

Le correspondant d'Al-Ahed s'est rendu à l'hôpital de Zayed pour rencontrer des médecins et trouver un moyen de joindre les parents des jumeaux. Cependant, il a pu rencontrer les médecins mais pas les parents.

Mohammed al-Raidah et Ibrahim al-Jaryzaa sont les deux médecins qui étaient au poste lorsque les parents des jumeaux siamois sont arrivés à l'hôpital. Les deux infirmiers avaient filmé les jumeaux siamois après leur mort.

La naissance avait eu lieu le dimanche 8 avril 2019 vers 1 h 40, «nous avons reçu la mère des jumeaux le 7 avril à 11h30», se souvient-il. «Elle devait suivre l’accouchement à domicile, mais à cause des difficultés qu’elle a rencontrée, elle a été transférée à l’hôpital.»

On ignore si les parents sont originaires de Sanaa ou non, mais le médecin a déclaré qu'ils vivaient près de l'aéroport international de Saresa, au nord de Dares, qui a été témoin des frappes aériennes les plus meurtrières.

Comment sont-ils nés ?

Selon le médecin Ibrahim al-Jaryzaa, Dr. al-Khawi décida alors de faire une césarienne, «la césarienne a commencé à midi et s'est terminée à 8h30 le 8 avril», a expliqué al-Jaryzaa à al-Ahed au bureau du directeur adjoint de l'hôpital, Marwan Qatoub.

«Le garçon atteint de malformations congénitales était né mort, mais l'autre qui avait survécu après l'accouchement était mort au bout d'une demi-heure», se souvient Dr. Asmaa al-Khawi qui avait mené la césarienne pour la mère.

Les jumeaux sont nés avec deux têtes et un torse. «Ils partageaient leur cœur, leurs parties abdominales, etc…» expliqua-t-elle.

Al-Khawi a souligné qu'elle avait tout fait pour le garçon qui respirait encore, mais au bout de quelques instants il est décédé.

«La mère ne savait pas qu'elle attendait des jumeaux», a noté Dr. al-Khawi, ajoutant qu'elle avait appris que la mère s'attendait à un accouchement naturel à la maison, mais que cela n’a pas pu se produire.

«La mère est arrivée à l'hôpital et il était difficile de poursuivre un bon accouchement car les deux mains des jumeaux étaient déjà sorties du ventre», a déclaré al-Khawi, soulignant qu'elle avait procédé de manière urgente à une opération de césarienne.

«Espoir de survie»

Ces jumeaux sont le deuxième cas signalé dans les médias depuis le lancement de l'agression menée par l'Arabie saoudite contre le Yémen. Les premiers jumeaux siamois sont morts en février dernier à l'âge de deux semaines, les médecins avaient conseillé aux parents d’emmener les jumeaux dans un hôpital hors du Yémen vu les conditions sanitaires difficiles, mais cela était impossible à cause du blocus imposé par l’Arabie Saoudite. Al-Khawi a déclaré qu'elle avait gardé l'espoir pour le garçon qui avait survécu, mais il était mort une demi-heure après.

Elle a expliqué que la chirurgie de séparation du nouveau-né mort avec des anomalies congénitales, pouvait donner espoir pour que le deuxième reste en vie.

Le transfert des jumeaux hors du Yémen est risqué et prend beaucoup de temps, vu que l'aéroport international de Sanaa est sous blocus et les seuls vols autorisés sont ceux de l'ONU.

Les raisons des anomalies congénitales

Marwan Qatoub, directeur adjoint de l'hôpital Zayed pour la maternité et l'enfance, a déclaré qu'il y avait eu une augmentation des cas de naissances prématurées, de malformations fœtales et de morts fœtales.

«Ces cas ont considérablement augmenté au cours des trois dernières années depuis le début de l'agression», a déclaré Qatoub à al-Ahed.

Selon Qatoub, lorsque les médecins de l'hôpital signalent des naissances d’enfant déformés, ou morts ou prématurés, ils constatent que la plupart des mères vivaient ou avaient vécu dans des zones exposées au bombardement de la coalition saoudienne.

Selon Qatoub, la première constatation de malformations congénitales liées à la guerre est qu'«elles sont causées par les armes, mais ce n'est pas tout».

Selon Qatoub, les causes des anomalies congénitales incluent le manque de traitement, des maladies répandues et le manque de soins adéquats pour les femmes enceintes, ce qui augmente le risque de donner naissance à un enfant atteint de malformations congénitales.

«Les autres causes de malformations sont la malnutrition chez les femmes enceintes, en raison du blocus imposé par les pays de la coalition», ajouta-t-il.

Qatoub a conclu que des études indiquaient que 94% des cas de malformations du fœtus étaient observés dans les pays pauvres, en raison de la malnutrition de la mère et d'une carence en acide folique, qui entraînerait par la suite une déformation des os et de la colonne vertébrale de l'enfant.

Comments

// 0.812712