Please Wait...

Risquant l’expulsion de Thaïlande, un joueur de football bahreïni craint être à nouveau torturé à Bahreïn

folder_openBahreïn access_timedepuis 8 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Après avoir atterri à un aéroport de Bangkok la semaine dernière, M. Hakeem al-Araibi, un réfugié politique de Bahreïn jouant pour une équipe de football à Melbourne, a été arrêté par des autorités de l'immigration thaïlandaises à qui il avait été demandé de l'extrader vers Bahreïn.

«S'il vous plaît, j'ai peur que si je vais à Bahreïn, je serai de nouveau torturé», a déclaré M. Al-Araibi par téléphone depuis un centre de détention pour immigrés à Bangkok.

M. Al-Araibi a déclaré que des agents de l'immigration lui avaient dit qu'il devait comparaître devant le tribunal vendredi. Les groupes de défense des droits humains craignent que les autorités thaïlandaises ne soient prêts à l'extrader.

Son cas n'est pas seulement une fenêtre sur la manière dont les étrangers vulnérables sont traités en Thaïlande, un pays avec une expérience de déportations de demandeurs d'asile. Il est également perçu comme un indicateur de la façon dont la FIFA, l'organe en proie au scandale régissant le football international, respecte les nouvelles règles conçues pour protéger ses athlètes.

«Ce joueur qui est en détention est une indication très importante de savoir si c'est un nouveau jour pour les droits de l'homme pour la Fifa ou s'il va revenir à un ancien système où les auteurs d'abus des droits de l'homme se sont bien tirés de leurs crimes et les victimes ont été punies», a déclaré Mme. Minky Worden, directrice des initiatives mondiales à Human Rights Watch.

La détention de Al-Araibi à l'aéroport le 27 novembre était une réponse à une demande d'Interpol fondée sur un mandat d'arrêt de Bahreïn, ont déclaré des responsables thaïlandais.

Mais plus tôt cette semaine, la demande d'Interpol, une notice rouge, a été levée, selon les autorités thaïlandaises de l'immigration.

La raison pour laquelle il a été levé reste incertaine. Mais de telles demandes ne sont pas destinées à être utilisées par des gouvernements répressifs pour attraper des opposants politiques à l'étranger. Ils ne sont pas non plus destinés à s'appliquer aux réfugiés. M. Al-Araibi a le statut de réfugié en Australie.

Néanmoins, Mme Busadee Santipitaks, une porte-parole du ministère thaïlandais des Affaires étrangères, a déclaré que le dossier contre M. Al-Araibi était en cours.

«Nous avons reçu une demande d'arrestation provisoire de Bahreïn et sommes en train d'examiner l'affaire conformément à nos lois et réglementations nationales», a-t-elle déclaré.

«Même si Interpol semble avoir levé la notice rouge, le mandat d'arrêt contre lui de Bahreïn est toujours valable», a déclaré le général major Surachate Hakparn, chef de l'immigration thaïlandaise.

Le cas de M. Al-Araibi devra être examiné dans l'ordre juridique thaïlandais dans un délai de 12 jours, ou d'ici le 14 décembre, car la Thaïlande n'a pas de traité d'extradition avec Bahreïn, a déclaré le major général Surachate.

«C'est le tribunal thaïlandais qui décidera de le renvoyer en Australie ou de le renvoyer à Bahreïn», a-t-il déclaré. «Il n'y a pas de gros problème avec cette histoire parce que nous ne faisons que suivre la loi.»

Des groupes de défense des droits de l'homme craignent qu'un réfugié politique ne soit renvoyé de force à Bahreïn, un pays qui persécute depuis toujours les opposants à la famille dirigeante.

Les Nations Unies «restent très préoccupées» par le cas de Al-Araibi, a déclaré Mme Cynthia Veliko, représentante régionale du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies pour l'Asie du Sud-Est.

M. Al-Araibi, âgé de 25 ans, a été balayé lors des manifestations du printemps arabe en 2011, lorsque des centaines de milliers de Bahreïnis ont défilé contre la famille dirigeante du petit royaume du Golfe, agissant sous la direction de l’Arabie saoudite.

La répression des autorités était particulièrement dure. Des milliers de chiites, qui constituent la majorité religieuse du pays, ont été emprisonnés et torturés, selon des groupes de défense des droits de l'homme.

Le mois dernier, trois dirigeants chiites de l'opposition bahreïnienne ont été condamnés à la réclusion à perpétuité pour espionnage, ce que Amnesty International a qualifié de «parodie de justice».

En 2014, M. Al-Araibi a été condamné par contumace à 10 ans d'emprisonnement pour avoir incendié un poste de police pendant le mouvement de protestation contrarié.

M. Al-Araibi a déclaré qu'il participait à un match de football télévisé lorsque le crime aurait été commis.

M. Al-Araibi a par la suite accusé le cheikh Salman bin Ebrahim Al Khalifa, membre de la famille dirigeante et chef de la Confédération asiatique de football, de n'avoir rien fait pour arrêter la persécution d'athlètes chiites soupçonnés d'avoir participé aux manifestations.

«Ils m'ont torturé», a déclaré M. Al-Araibi à propos de son traitement par les forces de sécurité bahreïniennes. «Ils voulaient me faire mal pour que je ne puisse plus jouer au football.»

En 2016, Cheikh Salman a brigué la présidence de la Fifa. Autrefois considéré comme l'un des favoris du top-job, il a perdu la course face à Gianni Infantino, né en Suisse, au milieu d'un blitz de presse négative sur le bilan du pays en matière de droits de l'homme.

«Non seulement Cheikh Salman a-t-il perdu le vote de justesse, mais, au cours du concours, le bilan effroyable de Bahreïn en matière de torture et de sévices infligés à des détenus a fait la une des journaux», a déclaré M. Nicholas McGeehan, chercheur indépendant sur les droits de l'homme dans le Golfe. «Ils auront une soif considérable de se venger.»

Cheikh Salman, qui n'a pas répondu aux demandes de commentaires, reste à la tête de la fédération asiatique de football et est vice-président de la Fifa.

Un porte-parole de la Fifa a déclaré dans un courrier électronique avoir déclaré avoir pris connaissance de la «situation urgente» de M. Al-Araibi.

«La FIFA soutient les appels lancés aux autorités thaïlandaises pour permettre à M. Al-Araibi de retourner en Australie, où il bénéficie actuellement du statut de réfugié, le plus tôt possible», indique le communiqué.

Source : news-asia.fr

Comments

//