EXCLUSIVITÉSRapportsRapports Infos d’ALAHED:«Hassan» le premier enfant résultant d’une «contrebande de sperme» embrasse son père pour la première fois

Please Wait...

«Hassan» le premier enfant résultant d’une «contrebande de sperme» embrasse son père pour la première fois

folder_openRapports access_time depuis 22 jours
starAJOUTER AUX FAVORIS

Tamer El Zaanin (33 ans) est enfin libéré, après douze ans de détention. Il portait son uniforme militaire et une arme à la main près du barrage de Beit Hanoun. Il attendait avec impatience de voir «Hassan» son fils ainé, né par insémination artificielle grâce à la «contrebande de sperme» des prisons israéliennes. Le petit a grandi sans connaitre son père, il le reconnait grâce aux photos et le rencontre aujourd’hui pour la première fois.

C’est avec grande joie et amour que le père embrasse son fils «Hassan» âgé de cinq ans pour la première fois. «Je ne peux pas décrire ce que je ressens, je suis très heureux, pendant des années j’ai pensé à ce moment-là, je rêvais de cette rencontre, je rêvais de prendre mon fils ainé dans les bras, grâce à Dieu je l’ai fait», a-t-il déclaré. Ajoutant que «la contrebande de sperme est un message à l’ennemi sioniste qui croit pouvoir gâcher noter vie et notre envie de vivre et nous empêcher d’avoir une famille en nous enfermant».

Le détenu libéré Tamer El Zaanin, était le premier à recourir à la «contrebande de sperme» pour avoir un enfant par insémination artificielle.

«Nous poursuivrons la résistance et le djihad par tous les moyens possibles, nous continuerons à combattre l’ennemi avec tous les outils disponibles. L’ennemi ne pourra pas nous empêcher à avoir des enfants que nous soyons à l’intérieur des prisons ou à l’extérieur».

La libération de Tamer après de si longue années, a apporté la joie et la fierté à la famille qui a célébré cet évènement par les chants, les guirlandes et la distribution des fleurs.

Hana (l’épouse de Tamer) a beaucoup souffert après l’arrestation de son mari. «À l’époque, nous étions mariés depuis seulement deux mois, j’ai patienté et j’ai supporté la souffrance, jusqu’au jour ou l’idée de la contrebande de sperme a surgit, grâce à Dieu nous avons eu «Hassan», aujourd’hui je suis aussi heureuse que le jour où mon fils est né», explique-t-elle.

La mère de Tamer a pour sa part exprimé sa joie, «je suis très heureuse de revoir mon fils libre après de si longues années, cette joie s’ajoute à celle qu’on a ressenti lors de la naissance de Hassan», a-t-elle ajouté. La mère du détenu libéré a souhaité, que d’autres familles de détenus ressentent cette joie grâce à la contrebande de sperme, espérant que d’autres familles puissent avoir des enfants par insémination artificielle. Elle a également souhaité que la question des détenus soit réglée et qu’ils soient tous libérés.

La question de la contrebande de sperme par les prisonniers palestiniens est l'une des dernières batailles menées par les détenus contre les geôliers sionistes, ce phénomène a débuté à Gaza et en Cisjordanie en 2012.

Le responsable du département médiatique de l’association «Mohjat Al-Qods» Yasser Saleh a souligné que «l'occupation sioniste qui poursuit la détention et l'arrestation de palestiniens tente à gâcher leur vie, et à les briser mentalement et physiquement en leur infligeant des peines injustes, qui pourraient durer plusieurs décennies. Les prisonniers palestiniens passent toute leur jeunesse à la majeure partie de leur vie dans les prisons israéliennes sans espoir. La contrebande de sperme leur a permis de garder espoir et à renforcer leur fermeté ainsi que leurs épouses», expliquant que «la contrebande de sperme est une forme de résistance distincte et plus créative face à l’occupation».

Selon les statistiques du Centre des détenus palestinien, 23 prisonniers ont procédé à la contrebande de sperme en 2015, puis le nombre est passé à 28 prisonniers en 2016, ils ont réussi à donner naissance à 38 enfants par insémination artificielle. En 2017, 44 prisonniers ont eu 56 enfants. Cette année, 61 enfants sont nés de la même manière.

Source : Al-Ahed, traduit par l’équipe du site

Comments

// 0.008456