ACTUALITÉSMoyen OrientBahreïn Infos d’ALAHED:Bahreïn interdit aux mouvements dissous de se présenter aux législatives

Please Wait...

Bahreïn interdit aux mouvements dissous de se présenter aux législatives

folder_openBahreïn access_timedepuis 5 mois
starAJOUTER AUX FAVORIS

Le roi de Bahreïn a interdit lundi aux dirigeants et membres des mouvements politiques dissous de se présenter aux législatives, à quelques mois du scrutin prévu à l'automne, selon l'agence de presse officielle BNA.

Bahreïn: interdiction aux mouvements dissous de se présenter aux législatives

Depuis la répression en 2011 de grandes manifestations réclamant des réformes démocratiques, des mouvements d'opposition ont été dissous et des dizaines de dissidents emprisonnés et/ou déchus de leur nationalité.

Selon BNA, «l'amendement de la loi sur l'Exercice des droits politiques (...) ratifié par le roi Hamad ben Issa Al-Khalifa" interdit "aux dirigeants et membres des associations politiques dissoutes par un jugement définitif pour graves violations de la Constitution ou des lois du royaume», de se présenter aux élections parlementaires.

L'amendement interdit également à toute personne «condamnée pour un délit, même si elle a fait l'objet d'une amnistie» de présenter sa candidature.

L'interdiction concerne également tout individu «portant atteinte au processus constitutionnel et parlementaire de manière intentionnelle, en interrompant ou abandonnant le travail parlementaire ou si sa participation a été suspendue pour ces mêmes raisons», selon BNA.

Cet amendement est intervenu alors que Bahreïn s'apprête à tenir au dernier trimestre 2018 des élections législatives pour renouveler les 40 sièges du Parlement. L'opposition avait boycotté les dernières élections (2014).

Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, est secoué par des troubles sporadiques depuis la répression en 2011 de grandes manifestations réclamant des réformes à la dynastie des Al-Khalifa au pouvoir. La justice a emprisonné de nombreux dissidents, les a déchus de leur nationalité et interdit des mouvements politiques comme Al-Wefaq (chiite) et Waad (libéral).

Source : AFP et rédaction

Comments

// -0.427659