noscript

Please Wait...

L’Achoura en Irak, un message éloquent à «Daech»

L’Achoura en Irak, un message éloquent à «Daech»
folder_openachoura 2014 access_time depuis 7 années
starAJOUTER AUX FAVORIS

Comme chaque année avec le début de l'an de l'Hégire et l'avènement du mois de Mouharram, les villes, rues et ruelles de l'Irak plongent dans le deuil. Les drapeaux noirs, rouges et verts flottent partout. Les mosquées et husseinies abondent de croyants, venus célébrer la commémoration du martyre de l'imam Hussein, jusqu'au quarantième jour lorsque des millions de croyants organisent une procession vers la ville sacrée de Karbala.

La première nuit du mois de Mouharram est marquée par le changement des drapeaux rouges qui couvrent la voute des mausolées de l'imam Hussein (S) et de celui de son frère Abi Fadel Al-Abbas, par des drapeaux noirs, en prélude au lancement de la période du deuil.
Samedi dernier, le célébration solennelle a débuté sous le parrainage des secrétaires généraux des mausolées sacrés de l'Irak, en présence d'un grand nombre de personnalités politiques et religieuses irakiennes et étrangères. Ces commémorations n'étaient pas organisées durant le mandat de Saddam Hussein, mais se sont multipliées d'un an à l'autre depuis 2003.

                              

Karbala... le symbole


Comme l'Irak est caractérisé par la célébration de l'Achoura vu le grand nombre des sites religieux et des mausolées des proches du prophète, la ville de Karbala est encore plus symbolique, puisqu'elle fut lieu de la révolution de l'Imam Hussein. Le lieu de la confrontation entre le Vrai et le Faux.
Cette ville a en effet longtemps souffert de la tyrannie, de l'oppression et de la répression. Le mausolée de l'imam Hussein (S) a été détruit, saboté et profané à plusieurs reprises, et finalement en 1991, lorsque le régime de Saddam Hussein a réprimé par la force le soulèvement populaire.
A la suite de la chute du régime de Saddam en 2003, les mausolées sacrés, y compris ceux de l'imam Hussein et de son frère Abi Fadel el-Abbas (S), n'ont pas été épargnés par les agressions des groupes takfiris. Ces derniers ont perpétré des attentats à la voiture piégée, et aux bombes, notamment durant les cérémonies religieuses comme celles du mois de Mouharram et du 15 Chaaban (anniversaire de l'imam Mahdi(s)). Mais ces attentats récurrents n'ont point empêché les fils de Karbala de célébrer les rituels husseinis, tout comme les fils des autres gouvernorats, qui s'y rendent par milliers.

L’Achoura en Irak, un message éloquent à «Daech»

Bagdad célèbre aussi l'Achoura à sa manière


Si l'importance de Karbala découle du fait qu'elle fut le lieu de la bataille entre l'imam Hussein et ses adversaires et qu'elle renferme la majorité des monuments funéraires sacrés, la capitale de l'Irak, Bagdad, illustre l'exemple de l'Irak, en tant que société pluraliste, formée des composantes chiites, sunnites, chrétiennes, d'arabes, de kurdes de Turkmènes... Cette diversité confessionnelle, religieuse et communautaire, n'a point empêché la capitale de devenir une scène où est relatée l'épopée du sacrifice.
A Bagdad, dans les localités de la ville de Sadr, la nouvelle Bagdad, Karrada, Zaafaranieh, Dora, Bayah, Ghazalieh, Kazmieh et Aazamieh, et dans tous les quartiers, les drapeaux noirs, rouges et verts flottent partout. Les signes du deuil sont observés ici et là, comme les milliers de processions funéraires.

L'Achoura, un message éloquent à «Daech»

Cette année, le terrorisme takfiri illustré par «Daech» révèle, de plus en plus, sa face brutale, abominable. Ses faucons déclarent leur intention de cibler les lieux saints, et les croyants qui commémorent l'Achoura. Tout au long des onze dernières années, les terroristes ont mené des attentats meurtriers contre les pèlerins. Les attentats ont fait des centaines de martyrs et de blessés dans plusieurs villes irakiennes, non seulement à Karbala. Cependant, cette cruauté n'a jamais empêché les adeptes d'Ahl-Beit et les partisans de l'imam Hussein, de commémorer la glorieuse révolution.

L’Achoura en Irak, un message éloquent à «Daech»

A l'heure actuelle, la commémoration de l'épopée husseinie coïncide avec une lutte acharnée, menée par l'armée irakienne et les forces paramilitaires contre «Daech». D'ailleurs, cette organisation terroriste a essuyé des défaites dures, dont récemment celle de Jerf el-Sakher, dans l'ouest de Babel. Ce revers pourrait la pousser à prendre pour cible les cérémonies funéraires de l'Achoura afin de compenser ses défaites et de relever le moral de ses membres. En effet, plusieurs convois et processions ont été dernièrement la cible d'attentats terroristes par les voitures piégées et les bombes, à Bagdad et plusieurs autres villes.
Les autorités religieuses de Najaf avaient mis en garde dans le prêche de la prière du dernier vendredi, contre des attentats prévus par les terroristes durant cette période. Elles ont appelé à la prise des mesures de précaution et à la vigilance afin d'empêcher les ennemis du peuple irakien et des proches du prophète, de nuire aux croyants.
C'est dans le même contexte que s'inscrivent les déclarations du premier ministre irakien, Haydar Ibadi, qui a appelé les forces de l'ordre ainsi que les citoyens irakiens à la vigilance face aux tentatives des groupes terroristes de semer la terreur dans l'esprit des croyants.
Mais contrairement aux plans et désirs de «Daech», on prévoit que le nombre des gens, qui célèbreront le dixième jour de Mouharram et puis le quarantième de l'imam Hussein, étaient-ils des Irakiens ou des étrangers, dépassera celui des années précédentes. C'est en soi le message le plus éloquent adressé à «Daech» et à ceux qui le soutiennent.

Source : Al-Ahednews

 


Comments

//