Infos d’ALAHED
french.alahednews.com.lb
 
Souhaila al-Zakzaky: Mes parents sont détenus dans l’un des départements des services de sécurité de l’état La Russie a les preuves des liens de l’UK avec «l’attaque chimique» à Douma Gaza/Marche du retour: un martyr Palestinien, moins 10 blessés Moscou prouvera que la Syrie a abattu une partie des missiles tirés contre elle Ouverture d’un téléphone rouge entre dirigeants des deux Corées «Israël» menace de reprendre les assassinats ciblés des dirigeants du Hamas Donald Trump a invité Vladimir Poutine aux Etats-Unis France: un imam salafiste connu pour ses prêches radicaux expulsé vers l’Algérie La Syrie décide de rendre la légion d’honneur d’Assad à la France, «esclave» de Washington Les «Casques blancs» auraient tenté de recruter le fondateur des Pink Floyd Des habitants de Douma révèlent des détails sur la mise en scène de «l’attaque chimique» Armée iranienne: en cas de guerre, Riyad «ne tiendra pas plus de 48h» face à Téhéran Turquie: Erdogan convoque des élections anticipées et brigue un nouveau mandat Ministère: 35 Gazaouis tués et 4 279 blessés depuis le début de la marche du retour Accord de coopération entre l’Iran et l’Irak Discours lors du meeting électoral consacré à la troisième circonscription du Sud L’asile accordé à 538.000 réfugiés en Europe l’an dernier L’élection de Macron est une «mauvaise chose» pour 52% des Français Le Maroc retire ses avions F16 de la guerre saoudienne au Yémen Sanctions US contre la Russie: Berlin voudrait une exemption Yémen: la défense antiaérienne détruit un drone US Gaspillage alimentaire: les Américains jettent 150.000 tonnes de nourriture par jour La journée du prisonnier palestinien, 17 avril Présidentielle en Egypte: Khartoum saisit l’ONU après un vote dans un secteur disputé Le climat social se crispe en France: grève du rail et universités en ébullition
Livre d'or Liste D'adresses عربي english español facebook twitter rss
les catégories >> PRESSE >> Occidentale >> Presse occidentale

Diminuer le texte Augmenter le texte  Imprimer

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont bombardé la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril 2018. Cette opération, qui constitue une agression en Droit international, a été présentée comme une réponse alliée à l’emploi supposé d’armes chimiques par la République arabe syrienne.

Comment des journalistes peuvent provoquer des guerres

Le secrétaire à la Défense US, le général James Mattis, a déclaré ne pas disposer de preuve de cette accusation, mais se fonder sur «des articles de presse crédibles». En 2011, le procureur de la Cour Pénale Internationale, Luis Moreno Ocampo, s’était également fondé sur des articles de presse —aujourd’hui tous démentis— pour lancer un mandat d’arrêt international contre Mouammar Kadhafi, justifiant ainsi l’intervention de l’Otan.

En 1898, le gouvernement US s’était identiquement fondé sur les «articles de presse crédibles», des journaux de William Randolph Hearst  pour lancer la guerre hispano-américaine. Par la suite, ces articles se révélèrent totalement mensongers.

Les «articles de presse crédibles» auquel James Mattis fait référence, quant à lui, se basent sur les déclarations de l’ONG britannique «Casques blancs» (White Helmets). Celle-ci, qui se présente comme une «association humanitaire», est en réalité partie au conflit. Elle a officiellement participé à plusieurs opérations de guerre, dont la coupure d’eau des 5,6 millions d’habitants de Damas durant une quarantaine de jours.

Quelques heures avant le bombardement des alliés, la Russie et la Syrie avaient rendus publics les témoignages de deux hommes, présents à l’hôpital de Douma durant la prétendue attaque chimique. Ils attestaient que celle-ci était une mise en scène et n’a jamais eu lieu.

Comme au XIXème siècle, il serait donc possible aujourd’hui pour des journalistes de manipuler des États et un tribunal international, de les pousser à renverser un régime ou à bombarder d’autres États.

C’est pourquoi, en démocratie, une partie de la presse revendique constituer un «Quatrième Pouvoir», quoi qu’illégitime car non élu.

Les médias qui disposent de cette capacité appartiennent à de grands capitalistes qui, par ailleurs, entretiennent des liens étroits avec les responsables politiques qui prétendent par la suite avoir été intoxiqués par leurs «articles crédibles». William Randolph Hearst était par exemple un proche du président US, William McKinley, qui ambitionnait de lancer la guerre hispano-américaine et qui la déclara.

À l’issue de la Seconde Guerre Mondiale, l’Union Soviétique et la France firent adopter par l’Assemblée générale des Nations Unies diverses résolutions condamnant la propagande de guerre.

Elles furent transcrites en droit national par les États membres. Théoriquement, les journalistes qui se livrent à cette activité devraient donc être poursuivis. Pourtant ce n’est pas le cas, car dans la pratique, seuls les États ont la capacité d’enclencher ce type d’action judiciaire. La propagande de guerre est donc interdite, mais pour le moment seuls des journalistes d’opposition qui n’ont pas la capacité de mener des guerres peuvent en être jugés coupables en droit national, pas les États qui les conduisent.

Source: Voltairenet

16-04-2018 | 14:58
Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


Le Flash

Articles en relation

Recherche
Vers le haut